4 caractéristiques des enfants hypersensibles

4 caractéristiques des enfants hypersensibles

caracteristiques-enfants-hyper-sensibles

Dans son livre The highly sensitive child, Elaine N. Aron propose 4 caractéristiques pour identifier les enfants hyper sensibles. Pour elle, les enfants hyper sensibles possèdent ces 4 traits caractéristiques.

Elaine N. Aron désigne ces traits caractéristiques par l’acronyme : D.O.E.S

  • Depth of processing (un traitement profond des informations)
  • being easily Overstimulated (une propension à être facilement sur stimulé.e)
  • being both Emotionally reactive generally, high Empathy in particular (des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle)
  • being aware of Subtle stimuli (la conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres)

1.Un traitement profond des informations

Le traitement en profondeur de toutes sortes d’information peut se traduire par :

  • des questions fréquentes et intenses (pour aller au bout des choses),
  • l’utilisation de mots précis (voire savants),
  • un sens de l’humour développé,
  • des difficultés à prendre des décisions ou à choisir (parce que l’enfant pense et sous pèse toutes les possibilités)
  • un retrait dans des situations nouvelles ou face à de nouvelles personnes (parce que l’enfant a besoin d’observer et de réfléchir avant de s’engager dans l’activité ou dans le groupe).

Elaine N. Aron cite une étude dans laquelle des neuroscientifiques ont fait passer des scanners à une population de personnes hypersensibles et à une population non hypersensible. On leur a demandé de regarder attentivement deux photos différentes pour identifier les différences : il se trouve que les scanners ont montré que les personnes hypersensibles ont une activité cérébrale plus intense dans la zone de perception et de traitement des informations (Jadzia Jagiellowicz).

2.Une propension à être facilement sur stimulé.e

Les personnes hypersensibles sont non seulement plus conscientes de ce qui se passe à l’intérieur (en eux) et à l’extérieur (dans leur environnement proche) mais elles traitent également ce grand nombre d’informations de façon plus intense.

Dans ces conditions, il est normal qu’elles soient plus facilement sur stimulées. Elles remarquent plus de choses que les autres et y pensent souvent, de manière intense.

Les enfants sur stimulés présentent des traits facilement reconnaissables :

  • des « crises » émotionnelles qui nous semblent disproportionnées, inappropriées (à l’occasion d’une bonne journée ou d’une fête par exemple)
  • les difficultés de sommeil
  • des réactions intenses au changement
  • une faible tolérance à la frustration
  • une sensibilité extrême aux bruits (presque physiquement attaqués par des bruits forts)
  • des plaintes face au chaud ou au froid/ des chaussettes qui grattent/ des vêtements humides…
  • un besoin fort de temps calme

Les enfants hypersensibles apprécient peu les fêtes surprises et évitent parfois les soirées, les sports en équipe, les interventions en groupe pour justement éviter les sur stimulations qui les font souffrir.

Il est évident que tous les enfants deviennent excités, agités après des journées chargées en émotions mais le seuil de tolérance au stress est beaucoup plus bas chez les enfants hypersensibles.

Par ailleurs, l’hyper sensibilité ne se résume pas à être dérangé par des bruits ou des odeurs forts, par le désordre ou par une situation nouvelle. L’hyper sensibilité n’est pas synonyme de troubles sensoriels (comme dans les troubles du spectre autistique) mais plutôt d’un traitement sensoriel plus élaboré.

3.Des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle

Les enfants hyper sensibles font plus attention à tout ce qui se passe autour d’eux et ont par conséquent développé une forte empathie. Cette empathie leur permet de savoir ce que l’autre personne pense et ressent.

La forte réactivité émotionnelle des enfants hyper sensibles se retrouve dans :

  • des pleurs plus fréquents et « faciles » que chez d’autres enfants,
  • la capacité à « lire dans les pensées » des autres (et à détecter leur détresse),
  • un perfectionnisme poussé à l’extrême (et des réactions intenses face à l’erreur ou l’échec),
  • le rejet viscéral de la cruauté et de l’injustice.

Des études ont montré que les personnes hyper sensibles sont plus réactives que les autres à des photos exprimant des émotions, en particulier des émotions plaisantes. Ainsi, Bianca Acevedo a proposé à des personnes hypersensibles et non hypersensibles de regarder des photos de gens. Les personnes hyper sensibles ont eu une activité cérébrale plus intense que les autres dans l’insula, la partie du cerveau associé à la conscience, à la vue de photos de visages exprimant une émotion, comme si elles étaient dans un état de conscience renforcé. Par ailleurs, leurs neurones miroirs se sont plus activés, comme si elles cherchaient à mieux comprendre ce que les gens sur les photos pensaient ou ressentaient.

4.La conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres

La forte attention aux sons, aux odeurs, aux détails, aux matières des vêtements, aux postures et mimiques des personnes est typique des personnes hyper sensibles. Cela peut se traduire de plusieurs manières chez les enfants : ils remarquent des changements presque invisibles chez les gens ou dans les endroits (par exemple, quand un meuble a été déplacé), ils refusent d’entrer dans une pièce parce qu’il y a une odeur bizarre, ils sont sensibles aux tons de voix, aux regards, aux expressions corporelles…

Une étude menée en Allemagne consistait à faire deviner à des personnes hypersensibles et non hypersensibles où se cachaient des T retournés parmi des L : les personnes hypersensibles ont été plus rapides et plus performantes.

Une éducation positive et bienveillante d’autant plus importante pour les enfants hypersensibles

Elaine N. Aron écrit que ses recherches l’ont conduite à démontrer que l’enfance des personnes hypersensibles fait une grande différence dans leur vie (encore plus grande que pour les autres personnes).

L’hypersensibilité est corrélée avec une plus grand tendance à la rumination mentale et au stress. Il se trouve qu’au cours de ses recherches, Elaine N. Aron a trouvé que les personnes hypersensibles qui ont eu une enfance malheureuse (selon un questionnaire) avaient plus de chances d’être déprimés, anxieux et timides. Les enfants hypersensibles sont donc plus vulnérables.

Cependant, les personnes hypersensibles qui ont eu une enfance heureuse (selon le même questionnaire) avaient un niveau de bonheur équivalent au reste de la population.

Les enfants hypersensibles gagnent encore plus de bénéfices que les autres à recevoir une éducation bienveillante (de la part de leurs parents et des enseignants qu’ils rencontrent au cours de leur scolarité).

……………………………………………………………………………………………

Source : The highly sensitive child de Elaine N. Aron (éditions Harmony Books).

Commander The highly sensitive child sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. rachel dit :

    Merci pour cet article ! Mon fils est hypersensible et j’ai un mal fou à faire comprendre aux adultes autour de moi de quoi il s’agit et a expliquer ses réactions ! Il est très curieux, très en avance sur beaucoup de chose du coup on comprend d’autant moins ses réactions « excessives » comme fondre en larme parce qu’un camarade est tombé et s’est fait mal ou faire une crise de rage disproportionnée après une journée intense… Heureusement, cette année nous avons une institutrice formidable qui a tout de suite détecté cette hypersensibilité et qui s’adapte (il est en moyenne section). Mais je reste inquiète pour le reste de sa scolarité…

  2. fannette dit :

    Bonsoir, ça ressemble beaucoup aux personnes à haut potentiel! Toute la famille est ainsi , et la description nous colle à la peau! L’hypersensibilité , ce n’est pas toujours facile!

    • Clarisse dit :

      Regarde sur le net…une personne a haut potentiel peut avoir une hypersensibilite…pas tjrs et une pers hypersens n est pas tjrs une personne a haut potentiel..

  3. katia dit :

    J’étais hypersensible enfant – je suis « sensible » aujourd’hui -, mais je me reconnais encore dans certaines choses décrites ici, c’est impressionnant!! Merci pour cet article, car en tant que future enseignante, je pourrais faire davantage attention à certains comportements.

    • Caroline dit :

      Je suis heureuse de savoir que cet article vous aidera dans votre future carrière. Je vous souhaite beaucoup de réussite :).

  4. lanceraux.genevieve dit :

    Je pense au très intéressant et récent livre de Céline Alvarez « Les besoins naturels de l’enfant » Exceptionnel de limpidité déterminée, argumentée et limpide

  5. lanceraux.genevieve dit :

    Autant pour moi…. »Les L O I S naturelles de l’enfant » (et non les besoins) de Céline Alvarez, Ed. Les Arènes

  6. Marie dit :

    Merci pour cet article. Je reconnais en presque tous les points ma fille de 5 ans que j’ai du mal à aider… Je la.comprends les autres un peu moins!
    Est ce que ce livre a été traduit en français?
    Y a t-il d’autres livres qui pourraient nous aider nous parents?

    • Caroline dit :

      Pas de traduction à ma connaissance. L’auteure en question est la référence sur le sujet:). Il y a d’autres ouvrages en français sur le thème mais je ne les ai pas lus et je ne sais ce qu’ils valent…

  7. Angélique dit :

    Merci pour cet article. Mon fils de 13 ans est hypersensible et hypoactif…. Pas évident dans un monde hyperactif et nombriliste J’ai dû le descolariser du collège tellement il souffrait de cette violence extérieur. Depuis que je m’occupe de sa scolarité, l’entourage le trouve beaucoup plus sûre de lui et davantage de confiance en lui… Je suis une fan de Jane Nelsen pour la Positivité

  8. Robert dit :

    On m’avait déjà traité d’hypersensibilité mais dans le sens courant du terme. Lorsque quelqu’un me parle, j’ai l’impression de ressentir ce qu’elle vit intérieurement et même lorsqu’elle n’ose pas dire certaines choses, ou qu’elle n’en est pas encore consciente, j’arrive à le voir comme une évidence. Le jour où je suis aller voir Monsters qui relate le parcours de vie d’une prostituée, j’ai continué à pleurer pendant une heure après la séance de cinéma, tellement j’avais mal vécu l’injuste qu’avait pu vivre cette femme. Non je n’ai jamais vu ça comme une force dans ma vie. Et j’ai de la peine de le voir ainsi puis que je suis en dépression depuis 2 ans, que je prends une médication pour la maniaco-Dépression et pour le TDHA. Et que j’ai de la peine à accepter que je puisse ressentir une profonde empathie pour des gens que je croise au supermarché, que j’arrive à ressentir des demandes non formulées que je ressens comme des exigences, tant les gens se sont habitués à cette attention que j’ai envers eux, alors que les gens ne prennent souvent pas en compte mes paroles, mes demandes. Ce midi, je suis d’ailleurs parti me réfugier en pleurant car j’avais beau parler, les gens continuaient à parler comme si je n’existais pas. Alors en ce moment que je ne travaille pas, à cause d’un arrêt maladie sans fin, je vit très mal cette hypersensibilité car je le vois comme un handicap… sauf dans le cadre de mon travail puisque je suis éducateur social et actuellement je travail en tant qu educateur du jeune enfant. Et là oui je le vois des fois comme une réelle force puisque j’arrive à voir ce qu’une personne demande par un comportement « innaproprié », qui est réprimé par la plupart de mes collègues, alors que j’aide la personne à le formuler plus adéquatement socialement.
    Cette une révélation pour moi que cela soit un réel fonctionnement et non une salle habitude que je dois enrayer dans le cadre d’un travail sur moi pour ne faire changer (ne plus être hypersensible). Je vais aller me renseigner.
    Merci beaucoup pour votre page .
    Robert

    • Caroline dit :

      Je suis heureuse d’avoir pu vous apporter des éclairages et des clés pour mieux vivre.

      Le blog se nourrit de messages comme le vôtre qui m’encourage à poursuivre la rédaction :).

      belle journée,
      Caroline

      • serre dit :

        Bonjour,
        Comme m’avait dit la psychologue de ma fille, ma fille est une hyper hypersensible. Bol zen , cours de respiration, echelle des gravités, nature et animaux… Tout ça lui font beaucoup de bien. Elle va sur ses 12 ans. Mais reste une situation que nous n’arrivons pas a surmonter. Chaque fois c’est pareil. Elle veut donc pour lui faire plaisir on y va, mais ça fini toujours de la même manière : le cinéma!! pour n’importe quel film ou dessin animé, elle finira en grosse crise de larmes à alerter toute la salle à ne plus respirer!!!! honteuse elle n’arrive pas à gérer ces crises dans cet endroit ! Et je ne peux lui interdire d’aller au cinéma! l’école commence les sorties au cinéma, et je ne peux l’accompagner. quelle est la solution pour atténuer ses émotions? que dois-je faire?

        • Caroline dit :

          Bonjour

          merci pour votre message que je prends comme un témoignage de confiance. Peut-être que la visualisation en amont pourrait l’aider ? Regarder la bande annonce et anticiper les éventuels points de blocage, voire faire un repérage sur les lieux, et surtout se passer le déroulement de tout l’événement dans sa tête comme une mise en projet, du départ en voiture pour se rendre au cinéma jusqu’à l’extinction des lumières et le début des publicités. Cela lui permettra d’anticiper tous les éventuels blocages et de vivre cet événement comme une « seconde » fois puisqu’elle l’aura déjà vécu mentalement.
          Je ne suis pas psychologue et je vous invite à en parler à un professionnel pour approfondir.

          J’espère avoir pu vous aider.
          Caroline

  9. Amelie dit :

    merci pour cet article, j’y retrouve mon enfant pour bcp…. les crises disproportionnées, les réactions aux changements, les matières qui grattent…. Je me questionne cependant sur d’autres comportements qu’il peut avoir comme serrer au maximum ses chaussures, toujours ajuster parfaitement ses chaussettes ou ne pas supporter un pyjama légèrement trop grand qui tombe un peu…. toutes ses petites manies m’inquiètent, je ne les contrarie pas pour autant. il semble que cela le rassure

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour votre message que je prends comme un témoignage de confiance. Je ne suis cependant pas psychologue et je vous invite à vous rapprocher de professionnels si cette situation entrave la vie de votre fils ou celle de votre famille.

      Belle journée,
      Caroline

  10. Daniela dit :

    Je reconnais ma fille de 3 ans et demi, entrée en maternelle dans une bonne ecole (petites classes, enseignante et personnel bienveillant) en septembre dernier, elle est restée en retrait un bon moment, elle etait la plus jeune de sa classe de petite section (je precise car petite et moyenne sont dans la même classe), je retrouve son besoin d analyse approfondie… Je retouve ma fille dans pratiquement toutes les caractéristiques de l’enfant hypersensible (si ce n est toutes) étant moi-même extrêmement sensible j ai rapidement compris. Ayant été une enfant malheureuse je fais en sorte que ma fille ne le soit pas.

  11. Alice dit :

    Je suis tombée par hasard sur votre article et mon petit garçon de trois ans ressemble en beaucoup de point à ce que vous décrivez. Crise de pleur s’il n’arrive pas à faire les choses, avec accès de rage parfois. À peur des bruits (à s’en cacher dans un coin) robots ménager, aspirateur, outils, même certains jouets électriques. Il repère aussi les changements si une chaise a été mise ailleurs. Sur les dessins il voit de suite les visages et nous dit l’humeur du personnage. Alors, maintenant, la grande question est comment réussir à l’éduquer sans perdre son sang froid car c’est vraiment dûr parfois?? Il va rentrer à l’école en septembre et n’ose pas jouer avec d’autres enfants qui chahutent.

  1. 10 avril 2017

    […] des pistes pour que les parents non hypersensibles puissent comprendre et accompagner au mieux un enfant hypersensible. Ces conseils sont valables pour toutes les personnes en contact avec un enfant […]

  2. 10 mai 2017

    […] Source de l’article en français : apprendreaeduquer.fr […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *