L’activité de Willie : un exercice pour cultiver l’empathie des enfants et sensibiliser au harcèlement avec une simple boule de papier

L’activité de Willie : un exercice pour cultiver l’empathie des enfants et sensibiliser au harcèlement avec une simple boule de papier

activité de willie empathie harcèlement enfants

Les enfants peuvent avoir tendance à trouver « normal » de recevoir et même d’émettre des commentaires blessants, des critiques, des jugements, des rejets. L’activité de Willie invite les enfants à réfléchir sur les impacts de ces mots durs et sur les actions possibles lorsque cela arrive, à soi ou aux autres.

L’objectif de cette activité (très simple à base d’une simple feuille de papier froissée) est d’aider les élèves à :

  • comprendre les conséquences sur les autres de certains comportements ou commentaires violents (même les mots peuvent être violents et faire mal);
  • réfléchir à des manières non violentes d’interagir avec les autres;
  • réaliser que les dommages peuvent être réparés, mais que la blessure reste.

L’activité de Willie consiste à :

  • Dessiner la silhouette ou le visage d’une personne sur une grande feuille de papier.
  • Dire aux élèves que ce personnage s’appelle Willie.
  • Demander aux élèves de partager des exemples de commentaires ou de comportements qui les ont blessés dans le passé (des choses entendues dans la cour de récré par exemple).
  • À chaque exemple donné, froisser une partie de la grande feuille, jusqu’à en faire une boule de papier.
  • Demander aux élèves ce que Willie ressent selon eux  : quelles émotions le traversent ? qu’a-t-il envie de faire/ de dire ? que pense-t-il ? que ressent-il à l’égard des personnes qui se se montrées maltraitantes envers lui ? que voudrait-il leur faire ? a-t-il envie de revenir en classe ?
  • Puis, ouvrir l’échange : est-ce que quelqu’un dans la classe s’est déjà senti comme Willie se sent en ce moment  ?
  • Demander ensuite ce que l’on pourrait faire ou dire pour aider Willie à se sentir mieux.
  • Dès qu’un élève formule une suggestion encourageante, propose une idée positive (ex : des excuses, du soutien, des manifestations d’amitié, le recours à des adultes…), défroisser un morceau de la silhouette, jusqu’à ce qu’elle apparaisse de nouveau lisse.
  • Faire observer que malgré les encouragements et le réconfort apporté, les froissures demeurent.
  • Souligner l’importance aux élèves d’adopter des comportements bienveillants, de faire preuve d’empathie, en gardant en mémoire que les mots peuvent être très difficiles à retirer, et que les «  froissures  » peuvent rester très longtemps imprimées chez les personnes qui les recoivent.
  • Accrocher Willie dans la salle de classe comme pense-bête et mentionner son corps tout froissé lorsque les enfants oublient de se traiter les uns les autres avec respect :
    • si un élève adopte des comportements inappropriés, lui rappeler à quel point son comportement impacte ses camarades et lui demander ce dont il aurait besoin pour mieux se comporter (des idées ici).
    • si un élève semble passer un mauvais moment, lui demander s’il est en train de vivre une journée comme Willie, et ce qui pourrait l’aider à se sentir mieux.

 


…………………………………………………………….

Source : La Discipline positive dans la classe de Jane Nelsen et Lynnn Lott (Editions Toucan)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.