6 manières d’aider les enfants très sensibles au toucher ou au bruit

6 manières d’aider les enfants très sensibles au toucher ou au bruit

6 manières d'aider les enfants très sensibles au toucher ou au bruit

Quelques attitudes simples peuvent permettre d’accompagner et aider les enfants sensibles au toucher ou au bruit.

Reconnaître, nommer et valider le trouble avec des mots qui ont du sens pour l’enfant

Toi, tu n’aimes pas toucher ce qui est rugueux. 

J’ai remarqué que tu n’aimes pas qu’on te touche par derrière. 

Faire part de ses propres sensibilités en tant qu’adultes

Moi non plus, je n’aime pas les sirènes de police et il m’arrive de me boucher les oreilles. 

Quand j’étais enfant, je détestais…

Encourager l’enfant à nommer lui-même ses préférences et ce qu’il préfère éviter

J’ai remarqué que tu veux toujours mettre le même pantalon, c’est parce que tu aimes bien le tissu ? Y-a-t-il d’autres tissus et vêtements que tu aimes bien ? 

J’ai l’impression que tu n’aimes pas les petites coutures des chaussettes. Est-ce que tu préfères les mettre à l’envers ? 

Respecter les sensibilités de l’enfant et ses réactions d’évitement

Les réactions qui peuvent paraître inappropriées sont la meilleure réponse de l’enfant à la désorganisation de ses sens. Il s’agit de ne jamais imposer à un enfant une sensation que son système nerveux ne peut pas traiter.

Eviter de déclencher la réaction archaïque au danger en évitant d’arriver par-derrière, de toucher l’enfant par surprise, de l’effleurer ou de lui faire faire la bise forcée

La réaction au danger nous vient du fond des âges. Cette réponse spontanée et immédiate de la partie reptilienne du cerveau est de type attaque, fuite ou figement. Du point de vue de l’évolution, cette réaction archaïque a permis aux animaux et aux humains de survivre dans un monde sauvage. Le système nerveux se met en état d’alerte et réagit instantanément quand le danger est perçu.


Le cerveau d’un enfant hypersensible sur-réagit et se met en mode danger beaucoup plus souvent que la plupart des autres enfants parce que :

  • il perçoit de nombreuses situations menaçantes dans la vie quotidienne,
  • il ne parvient pas à moduler les sensations de façon efficace,
  • il surinterprète certains stimuli.

L’enfant qui sur réagit au toucher ou au bruit ne discrimine pas l’origine de sa sensation ni sa raison : il réagit comme on réagit à une agression. Cette agression est réelle pour l’enfant parce que son seuil de tolérance est plus bas que celui des autres enfants et des adultes.

Pratiquer la résolution de problème « à froid » pour trouver des solutions aux comportements inappropriés

Discuter à froid de ce qui s’est passé permet de reconnaître ce que l’enfant a vécu en lui laissant l’opportunité de s’exprimer et de trouver une alternative pour une prochaine fois. C’est beaucoup plus efficace que de se mettre en colère, de punir ou de culpabiliser un enfant qui n’a fait que réagir au danger qu’il a perçu.

…………………………..
Source : L’enfant extra-ordinaire: Comprendre et accompagner les troubles des apprentissages et du comportement chez l’enfant de Isabelle Babington (éditions Eyrolles)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.