26 alternatives aux punitions

Comment remplacer les punitions ?

Je vous invite à lire cet article pour comprendre en quoi les punitions sont à la fois inefficaces et nocives.

Face à un comportement non civilisé, l’enfant doit être entendu dans son besoin : à quoi dit-il oui ? En même temps, l’enfant a besoin d’entendre qu’il y a en lui d’autres moyens pour satisfaire ce besoin qu’en tapant, agressant, insultant, cassant, menaçant et que ces comportements sont intolérables.

 

Voici 26 alternatives aux punitions pour accompagner les enfants en mettant l’accent sur la relation :

1. Penser le cadre et l’organisation pour les enfants

  • L’espace proposé correspond-t-il à leurs besoins ?
  • Peuvent-ils évoluer dans la maison sans avoir à demander de l’aide en permanence ?
  • L’environnement leur permet-il de satisfaire leurs besoins d’autonomie et d’utilité ?
  • L’organisation du temps correspond-t-il à leurs besoins ?
  • Ont-ils assez de temps de jeux ? de défoulement ? d’expression créative ?
  • Ont-ils assez de matériel au moyen duquel s’exprimer ?
  • Ont-ils assez des choses à observer ?
  • Ont-ils assez de stimulation intellectuelle ?
  • Bougent-ils assez ?
  • Passent-ils assez de temps dehors ?

Charlotte Manson, une pédagogue anglaise, recommande même que tous les enfants de moins de 6 ans passent 6 heures par jour dehors TOUS les jours :-).

 

 

2. Raisonner en termes de besoins

  • Qu’est-ce que l’enfant me dit avec ce comportement ?

J’ai tenté de synthétiser quelques uns des besoins fondamentaux des enfants (liste synthétique et non exhaustive) :

liste besoins des enfants

 

Éduquer, c’est entendre le besoin, la raison derrière le comportement inacceptable, c’est avoir de l’empathie pour la cause. – Arnaud Deroo

Voir 5 raisons qui peuvent expliquer les comportements inappropriés des enfants .

 

 

3. Connaître les périodes sensibles

Connaître les étapes de développement des enfants permet de comprendre ce qui motive leurs actions et leurs comportements, sans préjuger ni interpréter à tort. Si nous ignorons les périodes sensibles des enfants, nous pourrons être tentés d’interpréter à tort des gestes qui sont motivés par son élan vital et interrompre les initiatives constitutives de son développement mental et moteur.

Emmanuelle Opezzo prend l’exemple de l’enfant qui verse tout ce qui lui tombe sous la main : la plupart du temps, il ne verse pas pour se servir à boire ou à manger, il verse pour perfectionner ses gestes, améliorer la coordination oeil/ main, répondre à l’effort d’imitation, par dignité, autonomie et indépendance.

Pour en savoir plus : Les périodes sensibles selon Maria Montessori.

 

 

4. Garder en tête les étapes du développement de l’enfant

Un enfant ne comprend peut-être pas une consigne car son cerveau n’est pas assez mature. Ou alors il ne peut pas respecter une règle car son développement moteur ne le permet pas. Ou encore il se met à mentir car il est entré dans l’âge de l’imaginaire.

Voici quelques repères qui vous aideront à comprendre les étapes du développement des enfants (inspirés par les livres d’Isabelle Filliozat ) :

étapes développement enfant 1 à 5 ans

 

étapes développement enfant 6 à 11 ans

 

5. Regarder, décrire, aiguiller

L’enfant a besoin d’un regard vers lui pour grandir et exister.

Je vois que vous voulez tous les 2 le même jeu. Comment allez-vous faire pour vous entendre ? 

Paul a le jouet dans les mains. Tu as très envie de cette voiture mais Paul joue avec. Tu peux prendre une autre voiture, attendre qu’il ait fini, lui demander s’il veut bien te la prêter ou s’il veut bien que tu joues avec lui. 

 

 

6. Accueillir les émotions de l’enfant

citation éducation

 

Une émotion est un langage. Elle n’aime pas être interrompue car elle a besoin de s’exprimer dans l’ici et le maintenant de la situation. Elle n’aime pas non plus être calmée ou tue.

Pour nous parents, le plus difficile est d’accueillir les émotions des enfants : entendre, écouter, être présent et disponible.

La colère est l’émotion la plus difficile à accepter et suscite souvent des punitions ou des retraits (va te calmer dans ta chambre). Pourtant, la colère a une valeur réparatrice : elle se présente face à un obstacle, un dommage, un préjudice. La colère est une réaction face à une injustice et correspond à un besoin de réparation et/ ou d’information.

La colère est une émotion spontanée qui dure de quelques secondes à quelques minutes.

Brigitte Oriol dit :

Il m’est nécessaire pour me restaurer et reconstruire mon intégrité de me mettre en colère.

 

Tous les sentiments sont acceptables : les enfants ont le droit de se mettre en colère. En revanche, tous les comportements ne le sont pas : les enfants n’ont pas le droit d’être violents (physiquement ou verbalement). Les enfants ne tapent pas, les parents ne tapent pas non plus.

Tu as l’air super fâché. Tu peux le dire sans insulter.

Tu as le droit d’être en colère mais pas celui de taper.

On dirait qu’il se passe plein de choses dans ta tête. Est-ce que ça te ferait du bien un câlin ?

Si tu es fâché, dis le moi avec des mots. On ne frappe pas et je ne te permettrai jamais de le faire.

Quand les enfants utilisent le corps pour frapper, ce n’est plus de la colère, c’est de la violence. Arnaud Deroo distingue la vraie colère et la fausse colère :

colère enfant

Source : Porter un regard bien traitant sur l’enfant et sur soi

 

Pour aller plus loin sur le sujet de l’accueil des émotions, je vous invite à lire cet article : 5 clés pour une écoute efficace entre parents et enfants.

 

 

7. S’assurer que la règle est comprise

  • L’enfant connaît-il la règle ?
  • En comprend-t-il le sens ?
  • La règle est-elle assez précise pour l’enfant ?
  • Y a-t-il des nuances trop subtiles qu’il ne peut pas saisir ?

Le comportement est peut-être dû à un manque d’informations, d’explication ou de sens.

Si un comportement est contraire aux règles de respect de soi et des autres, aux règles de sécurité, il doit être stoppé. Les règles les plus efficaces sont celles qui sont formulées en consignes positives (ce qui est autorisé plutôt que ce qui est interdit : « à la piscine, on marche sur le bord » plutôt que « interdit de courir »). Les règles peuvent être rappelées, expliquées et mises en perspective dans le contexte:

Sais-tu pourquoi je demande de… ?

Peut-être que la règle est trop stricte et ne permet pas de satisfaire le besoin de mouvement ou d’exploration des enfants :

  • est-ce vraiment dangereux ?
  • est-ce vraiment sale ?

Les réponses à ces deux questions guideront notre décision d’interrompre nos enfants, en sachant que chacun a son échelle de valeurs personnelles quant à l’hygiène et la sécurité.

 

 

8. Mettre l’enfant en situation de partenariat

Utiliser la résolution de problème :

Quelle solution pouvons-nous trouver pour que cela se passe bien pour toi et pour moi ? 

Que pouvons-nous faire pour que tu puisses… et, en même temps, pour que je sois certaine de… ?

Une maman raconte comment elle a sollicité son fils face à un problème de discipline : le garçon de 6 ans traverse la route sans regarder malgré les avertissements de sécurité de ses parents.

On a un problème. Tu veux te rendre de l’autre côté de la rue quand tu le décides, sans avoir à demander à quelqu’un de t’aider à traverser (décryptage du besoin d’autonomie). C’est bien ça ? (demande de confirmation de la mère à l’enfant

Voici comment je me sens : je m’inquiète quand je pense à un garçon de 6 ans qui traverse à une intersection où il y a déjà eu tant d’accidents (expression des sentiments en message je). Quand il y a un problème, il nous fait une solution (description sans attaquer la personnalité de l’enfant). Penses-y et donne-moi tes idées là-dessus au repas (mise en situation de partenariat : réponse au besoin d’autonomie et assurance que la décision sera respectée par l’enfant si elle émane de lui).

Pas maintenant, c’est un problème très sérieux. J’aimerais qu’on y songe tous les deux (prendre du recul par rapport à la situation). On en reparlera au repas (formulation d’attente et demande claire).

 

 

9. Proposer des choix

Les enfants ont besoin de choix et d’autonomie.

Se voir proposer un choix, c’est vivre un sentiment de liberté. – Catherine Dumonteil-Kremer

Tu préfères la douche avant ou après le repas ?

Tu peux faire ça ou bien faire ci. A toi de choisir.

 

 

10. Apprendre à l’enfant à réparer

Dans ce cas, on évitera de critiquer ou de punir pour ce qui appartient au passé, mais on fera savoir que ce qui prime est l’amélioration des choses dans le futur. Le message à faire passer est le suivant : « Je n’aime pas ce que tu as fait, et je m’attends à ce que tu t’en occupes ». Les enfants apprennent par là à se reprendre et à arranger les choses quand ils regrettent d’avoir fait une chose. On trouve une solution  pour l’avenir.

On peut soit montrer à l’enfant comment redresser la situation, soit lui demander s’il a lui même une idée de la manière dont il pourrait réparer.

citation éducation bienveillante

Face à un verre renversé :

Tiens, voilà une éponge pour essuyer. 

De quoi as-tu besoin pour essuyer l’eau ? 

J’apprécierais que tu m’aides à nettoyer/ ramasser…

On peut aussi développer le sens de l’empathie de l’enfant en lui posant des questions du type :

Marie a eu mal quand tu l’as tapé. Que pourrais-tu faire pour réparer la relation ?

 

 

11. Exprimer les sentiments avec vigueur à l’aide de messages je, sans attaquer la personnalité de l’enfant

Je suis furieux de voir…

Je suis déçue quand…

Je suis vraiment mécontente d’entendre…

Je suis hors de moi…

Je suis consterné/ choqué/ démoralisé/ découragé/ sidéré…

Je suis agacée/ contrariée/ épuisée/ exaspérée/ excédée/ irritée…

Je suis angoissé/ anxieux/ inquiet/ mal à l’aise/ paniquée/ soucieux à l’idée de…

Je suis en train de bouillir.

Une mère s’est exprimée ainsi face à sa fille de 4 ans qui avait barbouillé le carrelage de rouge à lèvres :

As-tu fait ça parce que tu es fâchée contre moi à cause des crayons que j’ai confisqués ? Ça me met très, très en colère quand tu écris sur les murs. Ça exige beaucoup de travail pour les laver et les rendre propres.

L’enfant s’est mise d’elle même à nettoyer le rouge à lèvre. La mère l’a aidée en lui montrant comment se servir du savon et de l’éponge. Une fois les traces effacées, la mère a remercié l’enfant et lui a proposé des crayons et du papier pour dessiner.

 

 

12. Exprimer les attentes

Faber et Mazlish écrivent : « Il faudra peut-être répéter plusieurs fois les même renseignements mais la répétition des renseignements transmet un tout autre message que la répétition des tapes. »

Je m’attends à ce que…

Je te demande de…

Avant de te laisser faire…, j’ai besoin d’avoir l’assurance que tu…

 

 

13. Passer à l’action

Lancer des cubes peut briser les fenêtres. Pour le moment, je range les cubes en bois en lieu sûr.

Je ne veux pas prêter d’autres outils. Je serais prêt à partager de nouveau mes outils quand tu auras ramené la perceuse que tu as laissée chez ton ami la semaine dernière.

Je suis vraiment contrarié de voir que quelqu’un a pris la voiture sans ma permission. Je garde les clés en lieu sûr jusqu’à ce que nous trouvions une solution qui nous convienne à tous les deux. Prenons du temps pour y réfléchir.

Lire 15 phrases pour passer à l’action et protéger plutôt que punir.

 

 

14. Penser aux câlins

C’est dans les moments les plus conflictuels que l’enfant a besoin de se ressourcer. Les câlins et les contacts physiques sont les meilleurs moyens de remplir le réservoir d’amour de votre enfant.

Les simples faits d’accorder du temps à l’enfant, de le regarder et de lui dire « J’aime passer du temps avec toi, j’apprécie d’être avec toi » lui permettront de se recharger en amour.

l'amour est un carburant citation isabelle filliozat

Le contact physique et l’attention portée à l’enfant pendant un câlin permettent à l’enfant de remplir son réservoir affectif. Moins le réservoir affectif de l’enfant est rempli, plus il aura tendance à adopter des comportements inappropriés.

Le contact déclenche une production d’ocytocine et d’endorphines (hormones du bien-être) dans le cerveau de l’enfant et cette recharge l’aidera à se calmer.

 

 

15. Rire et jouer

On peut rendre le quotidien plus attrayant en remplaçant les ordres par des histoires, des blagues, des devinettes, des expériences, des défis, des missions… Le problème provient parfois de notre humeur, de notre impatience, de notre fatigue plutôt que de notre enfant :-).

Je vous propose quelques pistes complémentaires pour mettre plus de jeu et de rire dans la vie quotidienne :

Le jeu pour prévenir et désamorcer les tensions familiales (vidéo d’Isabelle Filliozat)

2 idées de jeux pour favoriser la coopération

Les bienfaits de l’humour dans l’éducation

 

 

16. Utiliser l’imagination des enfants

Si vous êtes incapables d’accorder réellement quelque chose à l’enfant, accordez-le lui par l’imaginaire. C’est une façon de dire non sans faire mal. C’est moins blessant si on accueille au moins les désirs de l’enfant. – Haïm Ginott

On pourrait prévoir un petit carnet qu’on garderait sur nous pour y noter les désirs des enfants (à ne pas oublier quand on part en courses :-) ). On peut décrire les désirs des enfants tels qu’on les comprend avant de les noter :

 C’est vrai qu’il est beau ce vélo avec ses flammes bleues/ son gros klaxon. Je sais que tu aimerais te promener au parc et te rendre à l’école en vélo. Comme la vie serait plus amusante ! A l’heure actuelle, notre budget ne nous le permet pas/ je n’ai pas prévu de t’acheter un vélo. Par contre, on peut le mettre sur ta liste de Noël/ d’anniversaire. Je l’écris ou tu l’écris ? 

 

 

17. Pratiquer le renforcement positif

citation éducation enfants

Le renforcement positif consiste à repérer ce qui va bien, ce que l’enfant fait correctement (même de toutes petites choses) ou conformément à notre demande puis à à valoriser ces petites choses du quotidien qui peuvent être de véritables exploits du point de vue de l’enfant.

C’est la manière de valoriser les petits exploits du quotidien par un renforcement positif qui compte. Il ne s’agit pas de faire de l’ironie ou de se moquer de l’enfant mais bel et bien de :

1. exprimer de la gratitude pour son attitude qui facilite le quotidien : dire merci

  • Merci de m’avoir aidé à…
  • Merci d’avoir fait…. parce que cela signifie que nous pouvons maintenant…
  • Ça rend les matins/ repas/ sorties plus agréables quand tu… et je t’en remercie

2. partager nos sentiments et expliquer pourquoi nous sommes reconnaissants envers notre enfant

  • Je suis content(e) quand tu…
  • Je suis fier(e) de toi
  • ça me fait plaisir/ chaud au cœur quand tu…
  • J’apprécie vraiment quand tu…

 

 

18. Accorder de l’attention positive

Via des signes non verbaux

Il y a de multiples façons d’accorder de l’attention positive :

  • un sourire
  • un clin d’œil
  • un signe de la main
  • un applaudissement sincère
  • tout autre signe convenu avec l’enfant

Via des mots d’encouragement

Les encouragements seront immédiats et autant que possible descriptifs : décrire l’action de l’enfant et la satisfaction de l’adulte.

messages positifs renforcement positif

Source : L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans

Via de l’attention, un pur acte d’amour

Cette approche exige de :

  • l’observation
  • de l’attention
  • du temps

 

 

19. Devancer le problème

Si 2 enfants se chamaillent pour avoir la même chose (appuyer sur le bouton de l’ascenseur, s’asseoir devant dans la voiture…), il est possible de devancer le problème avant d’être face à la situation :

Je suis sûr que vous allez trouver une solution pour savoir qui appuiera sur le bouton/ qui s’assoira derrière. Vous trouvez une solution ou je tranche.

C’est la même chose au moment de quitter un lieu : il vaut mieux prévenir à l’avance et faire des rappels. Avec ma fille, je suis adepte du :

On part dans 10 minutes/ On part dans 5 minutes/ On part dans 2 minutes/ On part dans 1 minute. 

Si elle rouspète, je lui dis au 2° ou 3° rappel :

C’est super, il te reste encore 5 minutes pour jouer !/ Vite, profite en pour faire ce qui te plait le plus dans la dernière minute qui te reste !

 

 

20. Parler des situations difficiles et répétitive pendant des moments calmes en dehors de la situation

Il est préférable de discuter d’une mauvaise conduite et de ses conséquences quand l’enfant s’est calmé, car ces moments de déferlante affective ne sont pas les plus appropriés pour apprendre des leçons. – Siegel et Bryson

 

 

21. Dire « dès que tu es prêt »

La formule « dès que tu es prêt » peut être utile pour éviter les conflits autour des horaires à respecter. Ces mots instaurent une relation de confiance et accordent à l’enfant l’autonomie dont il a besoin.

Je l’ai testée à plusieurs reprises avec ma fille et elle s’est montrée à chaque fois coopérative… je suis convaincue que nous aurions mis plus de temps à partir si je l’avais contrainte.

 

 

22.  Proposer des substituts

Les besoins d’exploration des enfants sont irrépressibles : quand l’objet convoité n’est pas adapté, on peut essayer de trouver un objet équivalent plus approprié à son observation.

Tu ne peux pas lancer la vaisselle, tu peux lancer les oreillers :-).

Pour rediriger les comportements problématiques des enfants vers des comportements plus acceptable, je vous livre plusieurs idées ici.

 

 

23. Se connecter avant de rediriger

citation éduquer

Il est impossible de raisonner un enfant qui traverse une tempête émotionnelle. Il vaut mieux d’abord se mettre sur la même longueur d’onde que lui pour établir un lien profond et asseoir en lui le sentiment qu’il « est ressenti ».

Se connecter avec l’enfant passe par l’écoute, des signes non verbaux, du réconfort.

 

 

24. Fournir aux enfants des façons d’exprimer leurs émotions

Quand on fournit à l’enfant de meilleures façons d’exprimer sa culpabilité et sa colère, et quand les parents apprennent de meilleures façons de fixer et d’appliquer des limites, on diminue le besoin de punition. – Haïm Ginott

Je vous propose plusieurs outils pour accompagner les enfants dans l’expression de leurs émotions :

  • Des livres
  • 4 livres pour aborder le thème de la colère avec les enfants

    livre colère enfant
    Mes émotions… des visiteuses inattendues : un livre à la découverte des émotions pour les enfants
    mes émotions des visiteuses

  • Des roues de choix
  • Un outil pour exprimer la colère de manière respectueuse : la roue de la colère
    roue des choix colère
    Un outil pour aider les enfants à reconnaître leurs émotions et trouver une solution d’expression : Ideo
    roue de secours ideo

  • Des objets apaisants
  • La boîte à émotions pour accompagner les émotions fortes
    boite à émotions grosse peluche

     
     
     

    25.  Appliquer soi-mêmes les règles

    La meilleure manière de s’assurer que l’enfant intégrera les règles est de les appliquer soi-même au quotidien et avec authenticité :-). C’est en disant « s’il te plait » et « merci » à l’enfant qu’il intégrera les règles de politesse et ressentira les effets de la gratitude, sans que ces « mots magiques » deviennent des phrases mécaniques dépourvues de sens.

    C’est en montrant que nous réglons nos problèmes sans violence et maîtrisons nos impulsions que les enfants apprendront à réagir avec bienveillance envers eux-mêmes et les autres.

     

     

    26. Abandonner les croyances du parent parfait et de l’enfant parfait

    Si nous ne regardons pas l’enfant, mais que nous baignons dans nos principes et croyances éducatifs, nous risquons de perdre le contact avec l’enfant et notre authenticité au passage. Nos manières de réagir peuvent être parasitées par des principes trop rigides.

    les parents parfaits n'ont pas d'enfants
     
     
     

    27. S’offrir des moments à soi

    Le stress, la fatigue et l’isolement sont les 3 ennemis des parents !

    C’est seulement quand nous prenons soin de nous que nous pouvons prendre soin des autres. Il faut que notre propre réservoir affectif soit rempli pour pouvoir remplir celui de l’entourage.

    se néglige

     

    Pour terminer, je vous propose de lire cet article : Prendre soin : plus facile à dire qu’à faire… mais tellement nécessaire.

     

    Sources :

    Vous pourriez aussi aimer...

    21 Réponses

    1. Guylaine Charland dit :

      Je trouve ce blogue génial. Je vais mettre en application ses consignes dans mon milieu de garde. Car moi aussi, je ne suis pas d’accord avec le fait que l’enfant aille dans un coin. Je préfère le mettre à côté de moi et attendre que la crise se passe ensuite on discute. Même si c’est des enfants en bas âge.

    2. Guylaine Charland dit :

      Article très intéressant. Il reste plus qu’à le mettre en application dans mon milieu de garde.

    3. Lucanor dit :

      Tres bel article!!!!!

    4. Carole dit :

      Merci pour cette synthèse très intéressante! Je vais donner votre blog comme référence aux parents

      • Caroline dit :

        Bonjour

        merci pour votre message.

        Je suis touchée par votre attention : êtes-vous coach parentale ? Je ne suis pas professionnelle pour ma part mais je prends beaucoup de plaisir à écrire sur ces sujets.

    5. Samar dit :

      Bonsoir. Il y a deux ans que je suis dans la parentalité bienveillante. Avant je punissais ma fille parce que elle ne voulais pas me suivre chez mon amie. Maintenant que je la punis pas elle ne me suis plus. En fait j’ aimerais qu ‘ elle comprenne que je n’ai personne pour la garder et que si elle ne vient pas avec moi je ne peut pas voir mon amie. Par ailleurs (elle a bientôt 5 ans) elle dort chez ses copines, cousines. Je veux pas la contraindre car elle n’ aura pas compris le besoin de lien social.Je suis sans emploi.

    6. Samar dit :

      Elle a bientôt 6 ans .Elle est au Cp

    7. Moreau dit :

      Bonjour,
      Merci pour vos supers articles ça me motive en tant qu’ instit débutante et maman !!!
      pouvez-vous me dire avec outil avez-vous réaliser vos cartes mentales sur les livres d’Isabelle Filliozat ?

      Merci

      Marie Emmanuelle

      • Caroline dit :

        Bonjour

        merci pour votre passage et votre message sur le blog :-). J’ai utilisé iMindMap 7 en téléchargement gratuit.

        Bonne journée
        Caroline

    8. Isabelle dit :

      Bonjour Caroline,
      Article très intéressant : je ne suis pas favorable aux punitions mais je dois bien reconnaître que quelques fois j’y ai recours et je me rends compte que c’est par facilité. dans le même temps, je vois que c’est complètement contre-productif : les punitions ont tendance à tomber pour des sujets récurrents parce que je suis saturée mais cela n’empêche pas l’enfant de recommencer, la punition ne change rien (puisque le sujet est récurrent, c’est bien une preuve de l’inefficacité de la punition), ne lui apprend rien, ce n’est qu’un rapport de force inutile. mais ce n’est pas facile de changer (surtout lorsqu’on a été soi-même élevé avec ce schéma !)
      Je vais m’inspirer de cet article qui contient plein de pistes à explorer. Merci !

      • Caroline dit :

        Bonjour

        merci pour votre passage sur le blog et votre message :-).
        Ce n’était pas non plus forcément naturel pour moi au départ mais c’est devenu une seconde nature. J’oeuvre en faveur de la diffusion de l’éducation bienveillante car cela a vraiment changé notre vie à ma fille et moi et je le souhaite à toutes les autres familles :-).

        Bonne journée
        Caroline

    9. Francyne Theriault dit :

      Je viens de vous découvrir! Quel beau coffre à outils!
      Merci!!

    1. 1 septembre 2015
    2. 7 septembre 2015

      […] pouvez lire un article très intéressant : « 26 alternatives aux punitions » du site […]

    3. 9 novembre 2015

      […] Plus d’alternatives aux punitions ici. […]

    4. 23 novembre 2015

      […] 26 alternatives aux punitions […]

    5. 26 décembre 2015

      […] 26 alternatives aux punitions […]

    6. 12 mai 2016

      […] version carte heuristique du livre d’Isabelle Filliozat, trouvée sur l’excellent Apprendre à éduquer. A 2.5 ans, je constate chaque jour le « de l’ordre, dans l’ordre, pas […]

    7. 19 mai 2016

      […] et les premiers mois d’existence ; bien que plus tard, si cela n’a pas suffisamment pris, le père se montre aussi inventif à lui donner une concrétude. Pour se défaire d’un dieu vengeur, il faut se défaire de la […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *