André Stern : les enfants, ces gardiens de nos potentiels !

Les 4 dispositions spontanées des enfants

enfants gardiens potentiels

A l’occasion des Journées EUDEC Paris 2017, j’ai eu la chance d’assister à une conférence d’André Stern, auteur du livre « Et je ne suis jamais allé à l’école ».

André Stern affirme haut et fort : chaque enfant vient au monde comme une bombe de potentiel ! Il constate que tous les humains naissent équipés d’un dispositif qui leur permettent de tout devenir, de tout apprendre et de s’adapter. Ce dispositif s’incarne dans quatre dispositions spontanées :

1.Le jeu

Les enfants ont un puissant penchant pour le jeu. Le jeu est le plus puissant outil d’apprentissage des humains.C’est de jeux libres dont ont besoin les enfants, pas d’être stoppé dans leurs jeux parce que c’est le moment d’apprendre.

Les enfants ne jouent pas, les enfants sont leurs jeux. – André Stern

Nous ne prenons pas au sérieux les enfants qui jouent. Or comme les enfants sont leurs jeux (ils sont l’avion et l’air quand ils jouent à faire voler un avion), dire que le jeu n’a pas d’importance revient à dire qu’eux-mêmes n’ont pas d’importance.

2.L’enthousiasme

L’intelligence n’est pas gravée dans le marbre des gênes : non seulement on ne vient pas au monde avec une quantité d’intelligence donnée mais l’intelligence n’est pas héréditaire non plus. André Stern fait alors part d’une constatation étonnante : le cerveau se développe à l’usage qu’on en fait… mais les programmes de gym cérébrale ne fonctionnent pas (Sudoku, Baby Einstein). La raison en est simple : le cerveau se développe là où il est utilisé avec enthousiasme !

Or (et cela tombe plutôt bien), les enfants s’enthousiasment pour tout et tout le temps parce qu’il n’y a pas de hiérarchie dans leurs activités (au contraire des adultes qui ont hiérarchisé les métiers en fonction des revenus et du prestige social).

L’enthousiasme est la seule ressource infinie sur Terre. A chaque fois qu’on l’utilise, il grandit. – André Stern

3.Le langage du coeur

Ici non plus, les enfants ne connaissent pas les hiérarchies. Ils s’ouvrent à tout le monde au-delà des -ismes (racisme, sexisme, agisme…). Ils s’ouvrent au-delà de la différence.

D’ailleurs, les enfants, à travers ce langage du coeur, peuvent changer la vie d’un adulte parce que les enfants aiment les gens pour ce qu’ils sont au-delà de tout préjugé ou stéréotype.

4.Le système exploration/ attachement

Théorie de l’attachement

Pour explorer (se détacher), l’enfant a besoin de bien s’attacher.

Tout au long de la vie des humains, la satisfaction du besoin d’attachement (= de lien) reste la condition d’une vie émotionnelle et relationnelle plus épanouie.

Si le besoin d’attachement n’est pas comblé (rejet ou ignorance de l’enfant par ses parents notamment) ou comblé de manière irrégulière, voire imprévisible (un parent alterne entre attitude ouverte et bienveillante puis menaçante ou maltraitante), l’attachement n’est pas « sécure ». Avec le temps, cet attachement insécure se transforme en méfiance dans toute situation ou rencontre nouvelle.

Il est important pour les parents d’écouter et d’entendre les émotions désagréables de leurs enfants à leur égard. Ces émotions désagréables sont nécessairement produites par les frustrations d’une éducation non laxiste. Si les parents n’acceptent pas les sentiments désagréables de l’enfant (colère, jalousie, ressentiment, frustration…), alors ce dernier n’apprendra jamais à réguler sa colère ou sa jalousie : il les exprimera de manière exacerbée ou il bloquera complètement toute émotion. Le fait de ne pas être autorisé à exprimer sa peur dans l’enfance peut conduire à un état d’anxiété général plus tard.

Attachement et exploration

Le bébé veut comprendre comment marche le monde : la curiosité et l’envie d’apprendre sont capitaux pour la survie de l’enfant. Mais le bébé est un explorateur prudent. Au delà d’une certaine distance, le bébé revient parce qu’il est trop loin de sa figure d’attachement.

Entre 9 et 12 mois, le bébé constitue le phénomène de base de sa sécurité avec chacune de ses figures d’attachement. Il les utilise comme base pour explorer et se tourne vers ses figures d’attachement pour du confort et du soutien. Les figures d’attachement sont comme des portes-avion pour le décollage de l’enfant.

L’attachement, bien loin d’interférer avec l’exploration, la stimule. – Nicole Guédeney (spécialiste de la théorie de l’attachement)

Un enfant à l’attachement secure (dont les réponses des figures d’attachement sont cohérentes, répétitives et empathiques) développe plusieurs certitudes :

  • la confiance en l’autre en cas de problème,
  • le sentiment de valeur personnelle au regard de l’autre,
  • une bonne estime de soi (je sais ce que je peux faire par moi-même; j’ai été quelqu’un de spécial et d’unique pour quelqu’un d’autre; j’ai toujours eu l’impression que, même en situation de détresse, j’avais de la valeur et que j’étais digne d’amour aux yeux des gens importants pour moi)

Pour une écologie de l’enfance (respect et bien traitance)

André Stern regrette le regard dur porté par la société sur les enfants qui conduit souvent à un manque de respect envers eux. Il fait le triste constat que la plupart d’entre nous ont vu ces dispositions spontanées être contre carrées par des adultes dans notre enfance. C’est la raison pour laquelle presque tous les adultes portent un enfant intérieur blessé en eux.

André Stern nous invite alors à une bienveillance et à un respect à toute épreuve envers les enfants. Pour lui, l’écologie de l’enfance n’est pas une méthode mais une attitude. Il fustige notamment l’agisme qui vise à limiter l’accès aux enfants de nombreux lieux et à leur imposer du temps et de l’espace contraint dans des écoles la plupart du temps autocratiques.

Pourquoi les enfants devraient-ils accepter des choses que nous n’accepterions pas pour nous-mêmes ? – André Stern

Pour André Stern, la chose la plus importante à faire passer aux enfants (par des mots et au-delà des mots) est : « Je t’aime parce que tu es comme tu es et il n’y a rien à changer« .

Par ailleurs, André Stern aborde la question de l’instruction. Il s’amuse de constater que tout le monde voudrait que les adultes aient les mêmes qualités que celles que les enfants démontrent quand ils jouent librement et naturellement (apprentissage, concentration, créativité, dépassement de soi, persévérance). De plus, les adultes ne reconnaissance pas ces qualités aux enfants quand ils jouent et la valeur éducative du jeu est régulièrement méprisée. Pour que les enfants acquièrent lesdites qualités, on les détourne du jeu qui est précisément la manière dont ils les acquièrent ! Son fils, comme lui-même, ne va donc pas à l’école… et cette conférence a été donné à l’occasion du rassemblement des écoles démocratiques européennes. CQFD !

citation éducation André Stern

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

André Stern développe toutes ces notions dans son livre à paraître fin septembre 2017 : Jouer : le jeu libre est une nécessité (Actes Sud Editions )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *