Pourquoi nous avons le devoir d’apprendre aux filles à être courageuses (plutôt que parfaites !)

Pourquoi nous avons le devoir d’apprendre aux filles à être courageuses (plutôt que parfaites !)

Reshma Saujani, fondatrice de l’association Girls Who Code, délivre un message fort : Nous devons apprendre à nos filles à être à l’aise avec l’imperfection, et nous devons le faire maintenant.

Par l’éducation et la pression sociale, les filles et les femmes ont appris à viser la perfection. Cette quête de la perfection entrave la prise de risque, l’ambition et la persévérance.

Dans les écoles, face à un problème difficile, les filles ont tendance à abandonner plus vite. Plus tard, à l’âge adulte, même lorsqu’elles sont ambitieuses, cette éducation à la perfection les fait prendre moins de risques dans leurs carrières.

Apprendre aux filles à être courageuses plutôt que parfaites requiert de la persévérance et l’acceptation de l’imperfection. Dans le programme d’apprentissage du code informatique, Reshma Saujani voit clairement la peur qu’ont les filles de ne pas bien faire, de ne pas être parfaites.

Elle relate que de nombreuses filles et femmes lui disent : « J’ai peur de lever la main, j’ai peur de poser une question parce que je ne veux pas être la seule à ne pas comprendre, la seule en difficulté. » En apprenant le plus tôt possible aux filles à être courageuses et en leur apportant un réseau de soutien qui les encourage, les inspire et leur montre des modèles, elles sont capables d’entreprendre et de créer des choses incroyables, de faire preuve de persévérance malgré les erreurs.


Nous devons leur montrer qu’elles seront aimées et acceptées non parce qu’elles ont parfaites mais parce qu’elles sont courageuses. J’ai besoin que chacun d’entre vous dise à chaque jeune femme qu’il connaît – votre sœur, votre nièce, votre employée, votre collègue – qu’elle doit être à l’aise avec l’imperfection, parce qu’en apprenant à nos filles à être imparfaites, nous les influençons, nous créons un mouvement de jeunes femmes courageuses et qui créent un meilleur monde pour elles et pour chacun d’entre nous. – Reshma Saujani

 

 

>>>Des ressources pour y parvenir :

Réflexion sur l’éducation des filles (féminisme à l’intérieur !)

6 manières d’aider un enfant qui se décourage (trop) vite face aux difficultés

40 phrases à dire aux enfants pour dépasser la peur de l’erreur et de l’échec

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. PAYET Marie-Reine dit :

    Merci à Reshna Saujani . Elle met l’accent sur un sentiment que je portais en moi : Je n’étais pas parfaite . Je ne méritais donc pas de prendre les meilleures places, même pas d’aller plus haut dans mes diplômes .
    J’espère que beaucoup de mères ayant des filles inculqueront ces préceptes à leurs filles : courage plutôt que perfection .
    Je souhaite aussi que les mères de garçons apprennent à ces derniers que les filles sont aussi capables qu’eux et qu’elles peuvent occuper les mêmes postes de responsabilité qu’eux .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *