CNV : apprendre à reconnaître nos propres besoins non satisfaits – 5/9

Nos émotions sont liées à nos besoins et certains sentiments nous préviennent que nous ne sommes plus liés à nos besoins. Nous retournons alors dans le jeu du « Qui a tort, qui a raison ? ». Nous devons reconnaître nos besoins non satisfaits pour communiquer AVEC les autres, pas CONTRE les autres.

Quels sentiments nous disent que nous ne sommes plus connectés à nos besoins ?

Quand nous exerçons un jugement contre quelqu’un d’autre :

  • la colère

Quand nous exerçons un jugement contre nous même :

  • la dépression
  • la culpabilité
  • la honte

Ces sentiments doivent être pris comme des signaux d’alarme car à ce moment, nous repartons dans notre tête pour faire des jugements au lieu de respecter les besoins de chacun en parlant avec notre cœur. Nous repassons en langage chacal.

Comment reconnaître et exprimer nos besoins non satisfaits en langage girafe ?

L’expression de nos besoins insatisfaits donne du pouvoir avec les autres et pas contre ou sur les autres : pour communiquer AVEC les autres, nous devons attirer l’attention sur nos besoins non satisfaits.

Si les autres entendent nos communications comme des critiques à leur égard, nous perdons la connexion qui donne plaisir à donner et nous avons tendance à défendre ou attaquer.

Marshall Rosenberg propose un exercice dans ce sens :

  1. décrire une situation qui nous affecte en observant sans juger (voir la vidéo 3) : Quand tu fais ce que je décris,
  2. exprimer une émotion, un sentiment non provoqué par autrui (voir la vidéo 4): je me sens de cette manière
  3. reconnaître nos besoins non satisfaits qui s’expriment derrière nos sentiments : car j’ai besoin de X.

Exprimer ses besoins en langage girafe ne fait aucune référence sur la manière de les obtenir. Tous les humains ont les mêmes besoins, ce qui diffère est la stratégie avec laquelle nous avons été éduqués pour les satisfaire.


communication non violente sentiment et besoin de liberté

Malheureusement, nos exprimons nos besoins en espérant que ce soit les bons. Nous savons si nous les avions correctement identifiés seulement quand nous obtenons satisfaction. Si nous nous sentons toujours de la même manière une fois le besoin satisfait (en colère, anxieux, impuissante, tendue, frustré…), c’est que nous nous étions trompés dans l’identification du besoin (ou alors que nous avions mal formulé la demande pour demander à autrui de mettre en oeuvre des moyens pour les satisfaire).

Quand nous exprimons nos besoins en langage girafe, nous n’attribuons plus la responsabilité de nos émotions aux autres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *