Le piège du « C’est facile tu verras ! » : comment éviter de décourager avec des mots maladroits

Le piège du « C’est facile tu verras ! » : comment éviter de décourager avec des mots maladroits 

 

On croit généralement encourager nos enfants en leur disant qu’une chose est facile. Pour nous, cela revient à leur dire que les choses sont à leur portée, que nous les savons capables de le faire à l’avance et que nous leur faisons confiance.

Or cela peut se retourner contre eux.

  • S’ils réussissent à faire quelque chose de facile, ils n’en retireront aucun mérite.
  • S’ils ne réussissent pas, ils se sentiront nuls car ils n’auront même pas été capables d’exécuter une chose communément admise comme simple.

Par ailleurs, l’expression « c’est facile ! » sous entend que l’adulte est omniscient car ce dernier fait l’hypothèse à l’avance que l’enfant sera capable d’y arriver. Cette posture a tendance à entraver le sentiment de fierté et d’autonomie de l’enfant. On préférera l’encourager en lui faisant comprendre qu’il finira par y arriver à sa façon.

c'est facile

Remplacer « C’est facile tu verras ! » par « Ça peut être difficile. »

On peut essayer de remplacer « C’est facile ! » par l’inverse : « Ce n’est pas facile ! » ou « Ça peut être difficile !« . Le message change alors de sens :

  • en cas de réussite, l’enfant est empli de fierté : »J’ai réussi quelque chose de difficile ! »
  • en cas d’échec, cette pensée peut le consoler : « J’ai raté mais c’était difficile. » Dans ce cas, on incitera l’enfant à recommencer avec des phrases motivantes du type « On ne peut pas s’améliorer tant qu’on n’a pas fait un premier pas. Le 40ème essai sera meilleur que le premier. Tu vas continuer à t’améliorer grâce à l’habitude et l’expérience. »

Il ne s’agit pas pour autant de dire que tout est difficile au risque de décourager l’enfant et de lui donner l’impression que le monde est inabordable. Mais plutôt de dire qu’une chose PEUT être difficile.

Pour un enfant, il est en effet difficile de faire quelque chose pour la première fois, et même encore pour la deuxième ou la troisième fois.

Parfois, nous pouvons estimer qu’une chose est facile pour nous aujourd’hui sans penser qu’elle peut être difficile pour un autre adulte ou qu’elle le fut pour nous aussi au même âge que l’enfant (écrire un poème par exemple, apprendre des tables de multiplication par cœur, résister à un pot de Nutella…).

Pour autant, Faber et Mazlish conseillent d’éviter de dire : »ça doit être difficile pour toi ! » car l’enfant pourrait se demander ce qu’il a de différent des autres, pourquoi ses parents le considèrent comme moins habile/doué que les autres

Comment montrer que l’on respecte les efforts des enfants ?

L’idée est de ne pas systématiquement faire à la place de l’enfant qui se trouve devant une tâche compliquée mais d’encourager son autonomie. Il est alors possible d’ajouter des renseignement utiles à la phrase « Ça peut être difficile ! » :

C’est parfois plus facile quand…

C’est parfois préférable de…

Parfois, c’est utile de…

A posteriori, la description de la manière dont l’enfant a réussi permettra de mettre la lumière sur le succès de l’enfant (à l’inverse de « c’était trop facile pour toi ! » ou « je le savais que tu réussirais. ») :


Ce succès représente des heures/ jours/ semaines/ mois de travail et de détermination !

D’autres manières d’encourager efficacement

Montrer à l’enfant qu’on lui fait confiance

Je ne m’en fais pas. Quand tu seras prêt(e)/ décidé(e), tu…

J’ai confiance en ton intelligences/ en tes capacités. Un de ces jours, tu…

Je sais que tu finiras par trouver les ressources en toi pour…

Je ne m’inquiète pas pour toi. Tu es capable de te corriger tout(e) seul(e).

Proposer des choix et laisser l’enfant exprimer un choix

Tu as le choix : soit tu… ou alors tu… A moins que tu ne trouve une autre idée qui permette de résoudre le problème qui se pose à toi/nous.

Poser des questions ouvertes et apprendre à l’enfant à se poser des questions ouvertes

La pédagogie positive incite à utiliser les questions ouvertes :

Mind map des questions ouvertes

Mind map des questions ouvertes – atelier de pédagogie positive (La fabrique à bonheurs)

Encourager l’enfant à trouver des ressources par lui-même pour résoudre ses problèmes

Comment pourrais-tu t’y prendre sans aide extérieure ?

Combien vois-tu de solutions à ce problème ?

Qui pourrait t’aider à répondre à cette question ?

Où peux-tu trouver des réponses sur ce sujet ?

Connais-tu quelqu’un qui a déjà été dans cette situation ?

Qu’est-ce que ça donnerait si…ou… ?

 

Plus de propositions pour encourager les enfants et les guider sur le chemin de l’autonomie : 30 propositions pour encourager efficacement.

 

…………………………………………..

Sources :

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 21 décembre 2014
  2. 27 juillet 2016

    […] le même principe pour « C’est facile, tu verras ! » : ces mots maladroits sont plus décourageants […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *