[COLÈRE] Un jeu pour reprendre contact avec un enfant en proie à des émotions fortes

[COLÈRE] Un jeu pour reprendre contact avec un enfant en proie à des émotions fortes

jeu pour la colère des enfants

Marie Gervais écrit dans son livre « Libérons la créativité de nos enfants » que les enfants ont de grandes facilités pour donner vie à des poupées, des peluches, ou même à des bouts de bois et des objets. Ils s’investissent totalement dans ce monde où tout devient possible. Les poupées, les peluches et toutes sortes de figurines peuvent servir à dédramatiser les conflits ou les relations difficiles que l’enfant peut rencontrer dans sa vie quotidienne : il leur offre bien souvent son propre rôle !

Pour nous, parents, il devient plus facile d’échanger et de reprendre contact dans ces jeux interactifs.

Le jeu étant la voie la plus simple et la plus efficace pour entrer dans l’univers de l’enfant, nous pouvons l’utiliser pour reprendre contact avec un enfant en proie à la colère. Beaucoup d’enfants ne savent plus comment sortir de leur état émotionnel après une grosse colère ou une décharge émotionnelle. Quand parler, câliner ou même juste être présent n’ont plus d’effet, il reste le jeu…

Marie Gervais, maman de deux enfants, témoigne d’une astuce qu’elle a utilisée avec sa fille enfermée dans la colère et le mutisme :

Faire parler les peluches est le seul moyen que j’ai trouvé pour renouer le contact avec ma fille quand elle avait 4/5 ans. Sans la regarder, sans lui parler directement (sinon tout était à recommencer), je faisais discuter les peluches entre elles : elles aimeraient bien aller lui faire un câlin parce qu’elle est triste et en colère (j’associe toujours les deux), mais elles ont peur de voler à travers la pièce !

Heureusement, il y avait toujours une courageuse pour tenter une approche. Souvent, elle commençait effectivement par voler à travers la pièce. Mais à force d’insistance, de chuchotis, les peluches s’approchaient et la main de ma fille tout doucement se décrispait, s’ouvrait pour les toucher, les caresser.

Alors les peluches s’enhardissaient et les voilà qui lui volaient un bisou, puis deux ! Au bout de quelques minutes, ma fille se mettait à interagir, me parlait en me regardant comme si de rien n’était ! Le mélange explosif de peur, de colère, de tristesse s’était envolé, le jeu avait pris sa place, le contact était renoué.

 

……………………………………………………………………………………….

Source : Libérons la créativité de nos enfants de Marie Gervais (éditions de la Martinière). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Libérons la créativité de nos enfants sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Flo dit :

    Bonjour,

    C’est une super idée.Dans le même style je passe aussi par un dialogue avec le canard dans le bain pour réussir à faire sortir ma fille et tenter d’être à l’heure à l’école !

  1. 18 décembre 2016

    […] Cela peut se faire par un message non verbal (juste une présence, un sourire, un clin d’oeil), un message (je t’aime, je suis là, tu es important.e à mes yeux, je ne savais pas que c’était aussi difficile, tu as l’impression que…), un contact si l’enfant l’accepte (un petit massage dans le dos, des caresses…), une chanson ou un jeu . […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *