La Communication Non Violente et la pleine conscience : des chemins vers soi et les autres

La Communication Non Violente et la pleine conscience : des chemins vers soi et les autres

Le processus de Communication Non Violente (CNV) et de pleine conscience sont deux pratiques complémentaires dans un chemin de meilleure connaissance de soi et des autres, dans une éthique de contribution. La CNV et la pleine conscience ont tout intérêt à se rencontrer dans la pratique pour une communication consciente et responsable. 

La pleine conscience et la Communication Non Violente sont deux arts de vivre avec soi, avec les autres et avec le monde. Ce ne sont pas des outils, des méthodes mais plutôt des philosophies de vie pour trouver la paix avec soi-même et vivre dans le monde avec éthique. Ces deux processus ont une intention commune : faire du ET plutôt que du OU.  Elles sont toutes deux au service de la coopération.

La pleine conscience est vivante quand elle est associée à une éthique dans une dynamique de vision, de parole, de pensée, de moyens d’action et d’efforts justes. Il s’agit d’être pleinement présent.e dans le moment, à n’importe quel moment (quand on marche, quand on écoute, quand on écoute, quand on parle…). Il est précieux de s’arrêter pour gagner en discernement en créant des conditions avec le corps pour se relier à soi et aux autres (à travers notamment la respiration).

La Communication Non Violente (CNV) est un processus concret en quatre étapes (observation, émotion, besoin, demande) qui permet de s’exprimer sans poser d’étiquette ni de critique.

intelligence émotionnelle école

Il existe de nombreux points communs entre ces deux philosophies de vie :

  • la pleine conscience et la CNV permettent de se relier à soi dans l’instant présent (qu’est-ce qui est vivant et présent en moi à cet instant ?),
  • la pleine conscience et la CNV  proposent de s’arrêter pour clarifier ce qui se passe en nous, de prendre le temps pour une pause et faire le point sur les sensations à la base des émotions,
  • la pleine conscience et la CNV invitent à une écoute empathique et bienveillante de l’autre, à l’ouverture du coeur,
  • la pleine conscience et la CNV se rejoignent pour trouver un chemin qui prend soin des besoins des uns et des autres et insistent sur l’interdépendance (on ne peut pas prendre soin de soi aux dépends de l’autre),
  • la pleine conscience et la CNV insistent sur la prise de conscience de l’environnement extérieur (alimentation, transport, travail…) : quel impact mes choix ont-ils sur les autres et sur le monde ?,
  • la pleine conscience et la CNV avertissent sur les dangers liés aux étiquettes qui enferment, qui fixent alors que la vie est par essence impermanente,
  • la pleine conscience et la CNV célèbrent le positif et la gratitude.

La pleine conscience et la CNV sont au service d’une vie citoyenne, du Je au Nous (pour paraphraser Thomas d’Ansembourg) justement parce qu’elles sont un chemin vers des décisions conscientes et responsables.


Un chemin vers soi est un chemin pour contribuer au monde en tant que citoyen. – Eliane Regis (formatrice en CNV)

En intégrant la CNV et la pleine conscience dans nos vies, nous contribuons à un monde plus pacifique et nous montrons l’exemple aux enfants qui nous observent.

……………………………………………………………………………………………………..

Mon conseil lecture : Du JE au NOUS, l’intériorité citoyenne : le meilleur de soi au service de tous de Thomas d’Ansembourg (Les éditions de l’Homme).

Commander Du JE au NOUS sur Amazon ou sur Decitre.

Source en vidéo

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *