Démystification autour de la théorie du genre et ressources pour aller à contre courant des stéréotypes de genre

Démystification autour de la théorie du genre et ressources pour aller à contre courant des stéréotypes de genre

La théorie du genre (entendue comme le projet politique de nier les différences entre filles et garçons et de leur permettre de choisir d’être tantôt fille, tantôt garçon selon leur humeur du jour) n’existe pas.

Il existe en revanche des études du genre. Toutes partent du postulat que les différences filles/ garçons ne relèvent pas de la seule nature. En effet, les très jeunes enfants tendent naturellement à jouer aux mêmes jeux avec les mêmes jouets (un ballon Spiderman ou un ballon Hello Kitty roulent de la même façon, une poupée Barbie ou une figurine Avengers peuvent tous les deux « parler » dans la bouche d’un enfant ou « voler » dans ses mains de la même manière).

Quelle est la différence entre sexe et genre ?

Le sexe renvoie à la biologie, à l’anatomie et aux hormones alors que le genre désigne les rôles, les statuts, les droits, les identités et les représentations associées à un sexe.

Autrement dit, le genre regroupe les normes et croyances sur l’identité des filles et des garçons.

Pour avoir une idée sur la puissance des stéréotypes genrés sur le comportement et les croyances des adultes et des enfants, je vous invite à regarder cette vidéo :

De quoi parlent les études de genre ?

Les études de genre représentent un domaine académique dans les sciences humaines. Le développement des études de genre est fortement lié à celui du féminisme au début des années 50.

En France, c’est Simone de Beauvoir et son fameux « On ne naît pas femme, on le devient » qui marque l’idée d’un genre distinct du sexe. Dans cette phrase, elle utilise le mot « femme » pour désigner le rôle et le statut imposés par la société aux individus de sexe féminin, les attentes assignées aux femmes en fonction de stéréotypes de genre (activités, vêtements…).

théorie du genre : on ne nait pas femme, on le devient

Pourquoi la supposée théorie du genre fait-elle peur ?

La société n’est pas fabriquée pour supporter des enfants qui ne soient ni filles ni garçons » (Sciences Humaines, « Devenir garçon, devenir fille », Juillet 2014)

Le monde dans lequel l’enfant grandit est construit pour lui apprendre comment se comporter plutôt comme une fille ou plutôt comme un garçon à travers :

  • Les parents : les pères et les mères s’investissent de manière différente dans leur relation avec l’enfant selon qu’il est un garçon (les garçons ne doivent pas pleurer) ou une fille (une fille ne doit pas jouer dans la boue pour ne pas tacher sa robe),
  • Les frères et sœurs (« oh la honte, je me suis faite battre par ma sœur ! », « arrête de pleurer comme une femmelette » dit l’aîné à son petit frère),
  • Les enseignants (bien que la reproduction des stéréotypes ne soit pas toujours consciente, les enseignants ont été élevés dans une société imprégnée de ces stéréotypes. Ils ont par exemple tendance à plus encourager les garçons à être compétitifs),
  • Les médias et les livres (certaines collections de livres sont dédiées aux garçons et d’autres aux filles… pour ne pas les citer, la collection « P’tit garçon » et « P’tite fille » qui propose « une histoire pour que l’enfant puisse s’identifier au héros et laisser vagabonder son imagination». Sauf que la collection « P’tit garçon » propose l’avion de Gaston, le train de Bastien ou encore l’hélicoptère de Pierre tandis que la collection « P’tite fille » propose « Lola joue à la dinette », « Chloé joue à faire le ménage » ou encore « Ninon joue à la secrétaire ». L’identification est donc vite faite !),

théorie du genre : p'tit garçon

  • L’industrie du jouet (les industriels du jouet sont partis du principe que les enfants miment les adultes. Or les femmes faisant majoritairement le ménage et les hommes étant surreprésentés dans le monde scientifique ou policier du fait des stéréotypes de genre,  aux filles les balais et cuisinières, aux garçons les microscopes et les déguisements de policier. Les stéréotypes sont ainsi maintenus et entretenus.).

En quoi les stéréotypes de genre peuvent-ils être néfastes à la société en général ?

La sociologue Mona Zegaï indique que les stéréotypes présents dans les jouets, livres ou tout autre support destinés aux enfants participent à restreindre l’imaginaire des enfants et à délimiter strictement le champ des possibles en fonction du sexe.

théorie du genre une bd de super héros est une bd pour tous

Par ailleurs, les modèles souvent réducteurs proposés aux petites filles (comme vu plus haut avec la collection P’tite fille) ou les jouets violents destinés aux garçons ne permettent pas une expression pleine et entière de la personnalité de chaque enfant. Les enfants ne décident plus par eux-mêmes, en fonction de leurs goûts mais sont influencés par les copains, les médias, la famille.

L’idée n’est pas de poser de jugement sur les filles qui se maquillent ou qui aiment le rose ni de faire aimer les princesses aux garçons à tout prix mais plutôt de respecter les choix des enfants en dehors des normes et croyances sociétales en faveur de leur épanouissement.


La vidéo suivante montre à quel point nos mots peuvent avoir un impact à long terme sur les comportements de nos filles (en anglais ) : à force de leur dire

  • « ne salis pas ta belle robe ! » au lieu de laisser les filles jouer et se salir comme elles l’entendent,
  • « tu es jolie » au lieu de leur dire qu’elles sont débrouillardes et douées,
  • « laisse faire ton frère » au lieu de les encourager à persévérer,

Les filles perdent confiance en elles-mêmes et en viennent à perdre de vue leurs envies et leurs capacités.

Quelques ressources pour aller à contre courant des stéréotypes de genre

Respecter les envies des enfants

Je me rappelle que mes parents avaient acheté un poupon à mon frère quand il avait 7/8 ans. Il réclamait une poupée : pourquoi ne pas lui en acheter une sous prétexte qu’il était un garçon ? Qu’est-ce que ce refus aurait caché ? La peur qu’il soit trop féminin, qu’il devienne homosexuel ? Quand bien même il aurait été homosexuel, en quoi cela aurait-il été une tare ? Et s’il l’avait été, le fait de ne pas acheter une poupée à un garçon n’aurait pas changé grand chose à son orientation sexuelle future. C’est maintenant un grand gaillard d’1m83, père de famille et viticulteur. 

Une sélection de 6 références culturelles

Il existe aussi des livres ou des films à contre courant de ces stéréotypes parmi lesquels :

théorie du genre marre du rose

Extrait tiré de « Marre du rose » de Nathalie Hense

Marre du rose : un livre pour les filles qui en ont marre d’être traitées de « garçon manqué ». Parce qu’elles sont des filles réussies !

Bichon : et si un garçon lisait un livre rose ? A tester avec ce livre qui raconte l’histoire d’un jeune garçon qui aime le rose et joue à des jeux de filles pendant la récré.

La pire des princesses : une princesse qui en marre d’être enfermée dans sa tour et qui se débrouille toute seule pour en sortir, ça existe !

Tu peux de Elise Gravel : un livre gratuit pour enfants avec des filles qui pètent, des garçons sensibles, des filles drôles et des garçons qui prennent soin des plus petits. En savoir plus à ce lien.

tu peux elise gravel théorie du genre

Billy Elliott : l’histoire d’un jeune garçon qui pratique en secret la danse classique avec des filles malgré l’interdiction de sa famille conservatrice.

Tomboy : quand une petite fille se fait passer pour un garçon dans sa nouvelle école. Film recommandé par les lecteurs et lectrices du site 🙂 !


…………………………………………………………………………………….

Source : Sciences Humaines, « Devenir garçon, devenir fille », Juillet 2014

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ne pas oublier l’excellent film Tomboy de Céline Sciamma

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour la référence ! Je me souviens que ce film avait fait polémique lors de sa rediffusion sur Arte en février. Je n’ai pas eu l’occasion de le voir cependant.
      Mais il est vrai qu’il a sa place dans cet article car il traite de la difficulté vécue par les enfants qui ne rentrent pas dans les cases et invite à se questionner sur l’identité de genre et la raison qui pousse la société à nous assigner un genre social considéré comme « normal » en fonction de notre sexe.

  1. 4 février 2016

    […] >>> Démystification autour de la théorie du genre et ressources pour aller à contre courant des stér… […]

  2. 15 juin 2017

    […] contre courant des stéréotypes de genre », In apprendreaeduquer ,[En ligne], (2014), http://apprendreaeduquer.fr/demystification-autour-theorie-du-genre-ressources-aller-contre-courant-…, (page consultée le 1 juin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *