Ecriture manuscrite : les enfants ne savent-ils plus écrire à la main ?

Ecriture manuscrite : les enfants ne savent-ils plus écrire à la main ?

L’association AFPEAH (Association de Parents d’Enfants et d’Adultes Handicapés) a organisé un colloque en mars 2017 sur le thème d’une éducation plus humaniste. A cette occasion,  Yvette Aboukrat, professeur des écoles et rééducatrice en écriture, est intervenue sur le thème de l’apprentissage de l’écriture. Elle propose des éléments de réponse à une question qui revient souvent au sujet de l’école : Pourquoi les enfants ne savent-ils plus écrire ?

4 raisons qui expliquent une dégradation de l’apprentissage de l’écriture en maternelle et élémentaire

Yvette Aboukrat cite 4 raisons principales qui expliquent la dégradation de l’écriture des élèves depuis quelques décennies : 

  • Manque de formation des professeurs des écoles
  • Moins de motricité fine au profit de plus de graphisme en maternelle
  • Réduction du temps du consacré aux apprentissages du geste d’écriture
  • Développement de l’utilisation des photocopies (et donc moins d’occasion de s’exercer à écrire) 

Recommandations pour repenser l’enseignement du geste d’écriture

Yvette Aboukrat regrette que l’écriture ne soit plus vue comme une approche globale et structurée : 

  • réintroduire des activités de motricité fine en maternelle (couture, travail avec des pinces à linge, tri de petits éléments…)
  • enseigner la bonne posture (feuille penchée, position des doigts, de la main et du bras)
  • insister sur la tenue du crayon (la position du « soleil » et explication de l’importance du pouce plié qui peut se déplier pour tracer les lettres hautes)
  • donner du sens aux lettres (ce ne sont pas des dessins mais la retranscription écrite de « sons », les simples exercices de graphisme ayant tendance à faire percevoir les lettres comme des signes non porteurs de sens)
  • adapter l’environnement et les outils pour les apprentis scripteurs (pas de feuille A4 qui sont trop grandes…)
  • s’exercer, s’entraîner (le goût de l’effort est indispensable à l’apprentissage de l’écriture)
  • ne pas pathologiser à outrance les problèmes d’écriture (quelques séances de graphothérapie et de l’entrainement peuvent suffire à un enfant qui n’est pas dyspraxique)

On retrouve dans ces constats et recommandations beaucoup d’éléments communs à la pédagogie Montessori (notamment sur l’importance des activités de motricité fine chez les 3/6 ans) et de la méthode Dumont (avec l’importance de la préparation au geste d’écriture).

…………………………………………………………………………………

Pour aller plus loin :

La préparation du geste d’écriture par Danièle Dumont (son importance et des exercices ludiques)

PRISE DU CRAYON : une histoire pour apprendre comment bien tenir le crayon (ergothérapie)

Le rôle de la main dans le développement de l’intelligence (par Maria Montessori) + idées d’activités pour exercer la motricité fine

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. « Pour aller plus loin », il serait souhaitable d’indiquer le site de Mme Aboukrat avant tout ! http://www.reapprendre-ecriture.fr/
    Merci d’avoir relayé cette intervention fort intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *