[Education] La différence entre conséquence et punition

[Education] La différence entre conséquence et punition

difference entre consequence et punition

La différence entre punition et conséquence s’avère assez grande. Les conséquences de notre comportement ont beau être désagréables, elles ne nous font pas douter de notre valeur en tant qu’être humain. Les punitions, si. – Jesper Juul

Jesper Juul prend l’exemple d’un enfant qui grimpe sur une chaise : si ce dernier n’y parvient pas, tombe et se fait mal, c’est une conséquence de son comportement. L’enfant apprend à cette occasion que ses capacités physiques sont limitées et gagne en compétences. Il apprend en effet qu’il devra faire autrement une prochaine fois, qu’il lui faudra observer comment font les autres pour grimper ou s’asseoir, qu’il devra élaborer des stratégies efficaces pour éviter bleus et bosses.

A l’inverse, un enfant qui tombe et qui entend ses parents lui dire : « Je t’avais prévenu, c’est bien fait pour toi, pourquoi tu n’écoutes jamais ce qu’on te dit, on dirait que tu le fais exprès de faire des bêtises ! » se sent rabaissé et coupable.

Jesper Juul affirme que les enfants peuvent uniquement apprendre de leurs propres expériences.

Se faire gronder, sermonner ou critiquer par son père ou sa mère constitue une punition superflue qui réduit la faculté de l’enfant à apprendre de ses expériences. – Jesper Juul

Les recherches sur le cerveau ont établi que les conditions d’apprentissage négatives (cris, stress, punition, violence physique comme la fessée ou les tirages d’oreilles, maltraitance émotionnelle telles que critiques et humiliations) limitent l’aptitude des enfants à comprendre et à mémoriser. Les enfants ne peuvent se développer sainement que si le comportement des adultes qui les entourent ne les fait pas se sentir bêtes ou coupables, ou qu’ils ne croient pas que leur ressenti est faux et que quelque chose cloche chez eux.

Jesper Juul parle de « management par la peur » en ce qui concerne les punitions. Cette peur va peut-être, à un moment donné, accroître l’obéissance mais également détruire à petit feu le respect que les enfants éprouvent envers le monde des adultes et leurs règles.

Jesper Juul estime que les enfants ont besoin de leadership et qu’ils ont le droit à une relation d’équidignité. Ils ont besoin d’adultes qui les considèrent en tant qu’individus à part entière, des parents qui sachent assez précisément ce qu’ils veulent eux-mêmes, qui ne posent pas de limites par souci des conventions, des « il faut », du regard des autres, mais leurs propres limites exprimées de la façon la plus personnelle possible. Des parents honnêtes vis-à-vis de l’enfant comme d’eux-mêmes et qui assument la responsabilité de ce qui se manifeste dans la vie de famille.

4 valeurs pour nous guider dans nos décisions éducatives

Jesper Juul propose 4 valeurs pour nous guider dans nos décisions éducatives et nous réapproprier une autorité personnelle ajustée :

  • équidignité : reconnaître que tous les individus ont la même valeur, quel que soit leur âge

Jesper Juul a créé le terme « équidignité » pour rappeler l’importance de traiter les enfants de tous âges comme des sujets, des personnes, et non comme des objets, des choses. Dans une relation adulte/ enfant où l’équidignité est présente, les pensées, les réactions, les sentiments, l’image de soi, les rêves et la réalité intérieure de l’enfant sont pris tout autant au sérieux que ceux des adultes.

Les parents peuvent conserver le leadership dans la famille et, en même temps, respecter les traits de caractère individuels des enfants et tenir compte de leurs besoins, de leurs âge, de leurs compétences dans les décisions familiales.

Jesper Juul nous invite à nous poser plusieurs questions pour mesurer le degré d’équidignité avec lequel nous nous adressons aux enfants :

Quelles sont mes valeurs personnelles ?

Comment préserver ma propre intégrité pour pouvoir préserver celle de mon enfant ?

Comment réussir à accepter mes propres qualités et mes défauts, à m’aimer tel.le que je suis afin d’aimer mon enfant pour lui-même et non parce qu’il fait ou ne fait pas quelque chose de précis ?

  • intégrité : préserver sa propre personnalité

La personne qui dit « oui » alors qu’elle pense « non », qui perd donc de son intégrité, vit rapidement l’amour comme une prison, la famille comme un lieu étouffant. – Jesper Juul

Jesper Juul estime qu’exprimer ses besoins ne signifie pas vouloir les imposer à tout prix ou s’attendre à ce qu’ils soient entièrement et immédiatement satisfaits. Il s’agit plutôt de faire un pas pour rencontrer les autres et se pencher sur leurs besoins.

L’intégrité dans la famille signifie que les parents, au lieu de poser des limites à leurs enfants, indiquent leurs propres limites. On est proche avec ce concept des messages-Je de Thomas Gordon et du processus de Communication Non Violente de Marshall Rosenberg.

  • authenticité : être vrai.e et sincère, rester fidèle à soi-même en osant affirmer « ça me plaît pas/ ça ne me plaît pas », « j’aime/ je n’aime pas »

Jesper Juul nous invite à nous poser plusieurs questions pour mesurer le degré d’authenticité avec lequel nous nous adressons aux enfants :

Combien de mes mots relèvent vraiment de mes expériences personnelles ?

Combien de mes mots viennent du coeur ?

Combien ne sont formulés que pour aller dans le même sens que mon/ma coinjoint.e, que la société, que les avis contre intuitifs du pédiatre ?

Est-ce qu’il m’arrive de répéter quelque chose que j’ai lu dans un article savant, que mes propres parents me répétaient (et que je trouvais injuste, illogique étant enfant) ?

Est-ce que je m’adresse à mon enfant comme j’aurais aimé qu’on s’adresse à moi quand j’étais moi-même enfant ?

Est-ce que j’explique en premier lieu à mes enfants comment ils devraient être (plutôt qu’écouter leurs émotions et leur vécu) ?

Est-ce que je sais réellement qui sont mes enfants ?

  • responsabilité : les adultes sont toujours responsables de la qualité de la relation à leurs enfants

Ce n’est pas l’enfant refusant de se comporter de manière conforme à notre idée qui est responsable du climat difficile qui règne dans la famille mais nous, les parents. L’enfant peut faire office de déclencheur mais nous portons toujours, en tant qu’adultes, la responsabilité du cadre. – Jesper Juul

Jesper Juul estime que les enfants coopèrent avec les comportement intérieurs et extérieurs de leurs parents et, quand les parents agissent pour leurs enfants comme des prestataires et les traitent en clients, les enfants finissent par se satisfaire de ce rôle. Il importe de permettre aux enfants de participer activement à la communauté.

On comprend ici toute l’importance de vivre les 4 valeurs en même temps : la contribution et la coopération seront facilitées dans une ambiance familiale chaleureuse, soutenue par les valeurs d’équidigniité, d’intégrité et d’authenticité.

L’abus de pouvoir ne constitue pas une alternative à l’impuissance. Les parents devraient plutôt manifester leur personnalité et se définir plus clairement en tant qu’être humains. – Jepser Juul

……………………………………………………..

Source : 4 valeurs pour réinventer l’éducation de Jesper Juul (éditions Poche Marabout). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander 4 valeurs pour réinventer l’éducation  sur Amazon ou sur Decitre.

1 réponse

  1. Coralie dit :

    Waouh…Ces valeurs sont secouantes ! Elles aident bien à se remettre en question ! Merci.

    Pour ce qui est de la différence entre punition et conséquence, j’aime ce qu’en explique Jane Nelsen, qui me permet de ne pas me perdre :
    https://les6doigtsdelamain.com/quelle-est-la-difference-entre-une-punition-et-une-consequence/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.