Quand un enfant tape son frère ou sa soeur

Quand un enfant tape son frère ou sa soeur

Quand un enfant tape son frère ou sa soeur

Récemment, j’ai écrit un article au sujet des réparations qui peuvent remplacer les punitions. J’ai eu plusieurs remarques sur le sujet, notamment par des parents qui me disaient qu’ils avaient beau demander à l’enfant qui tapait son frère ou sa soeur de s’excuser, il recommençait systématiquement et que le frère ou la soeur finissait par ne plus croire à la sincérité des excuses.

Il me semble qu’il y a en effet d’autres éléments à prendre en compte quand un enfant en tape un autre : réparer la relation quand on l’a abîmée (comme s’excuser après avoir eu des mots ou gestes agressifs) est une chose, savoir maîtriser sa colère pour ne pas qu’elle dégénère en violence en est une autre. Par ailleurs, si c’est toujours le même enfant qui tape, il y a probablement des choses à explorer du côté relationnel : cet enfant ressent-il de la jalousie pour une raison ou une autre ? se sent-il abandonné, mis de côté ? quelle est l’intention positive pour lui que revêtent ses gestes violents (ex : attirer l’attention, satisfaire son besoin d’appartenance dans la famille, demander maladroitement au frère ou à la soeur de jouer ensemble…) ?

Je suis en train de lire le livre de Laurence Dudek « Parents bienveillants, enfants éveillés » et elle aborde justement ce sujet. Je suis tout à fait en ligne avec ce qu’elle écrit et j’ai envie de le partager avec vous.

Laurence Dudek, psychothérapeute, rappelle que les punitions ne servent pas à apprendre, qu’elles ne servent à rien d’autre qu’à être puni. Comment expliquer sinon qu’un enfant continue à en frapper un autre alors qu’il sait pertinemment que c’est interdit et qu’il va être puni pour cela ? Par ailleurs, les punitions sont une forme de violence éducative ordinaire : user de la violence en la justifiant (« tu mérites d’être puni.e et de souffrir, parce que tu as fait mal et que tu fais souffrir autrui ») est incohérent avec la volonté d’enseigner aux enfants à ne plus faire usage de violence.

Aucune violence n’est jamais bonne ni ne peut se justifier : toutes sont l’expression d’une impuissance. – Laurence Dudek

Un enfant qui en frappe un autre alors qu’il sait que c’est interdit est finalement victime de sa propre violence : il exprime lui-même une impuissance à régler sans violence un problème. Cet enfant-là a besoin d’apprendre les moyens d’identifier ses besoins, ses émotions et d’acquérir des moyens, des stratégies non violentes pour résoudre ses problèmes.

Laurence Dudek estime que les comportements violents entre frères et soeurs peuvent diminuer en jouant sur deux piliers :

  • organiser un contexte familial favorable à l’expression des émotions et à la satisfaction des besoins des uns et des autres;
  • enseigner des compétences relationnelles (qui fassent que taper les autres ne soit plus le meilleur choix pour nourrir un besoin insatisfait).

1.Le contexte

Réfléchir au contexte, c’est se demander, en tant qu’adultes, comment éviter les conditions qui font émerger des situations potentiellement violentes entre enfants (et en particulier entre frères et soeurs). Laurence Dudek cite quelques exemples :

  • limiter la promiscuité,
  • ne pas comparer les enfants pour ne pas les mettre en concurrence,
  • assurer des temps de repos et de sommeil suffisants,
  • vérifier qu’un.a aîné.e n’a pas pris en charge une responsabilité éducative vis-à-vis des autres enfants de la fratrie,
  • s’assurer de ne pas soi-même frapper ou utiliser des actes violents ou que personne dans l’entourage de l’enfant ne frappe (peut-être que l’enfant qui frappe ne fait que reproduire un modèle qu’il a vu par ailleurs).

On pourrait également penser à des modifications dans l’alimentation (moins de sucres, moins d’additifs et conservateurs, moins de lactose, moins de sel), à des modifications dans l’emploi du temps (laisser des plages de jeux libres aux enfants, leur permettre de jouer dehors aussi souvent que possible…).

Par ailleurs, j’ajouterais qu’il peut être intéressant d’explorer les dynamiques relationnelles au sein de la famille. Peut-être qu’un enfant qui frappe son frère ou sa soeur se sent mis à l’écart, mal aimé, inutile, qu’il a l’impression de ne plus avoir sa place dans la famille.

Quelques pistes pour creuser :

 

2.L’enseignement de compétences relationnelles

Cela dépend de nous de donner des informations nécessaires pour que les enfants puissent gagner en intelligence émotionnelle afin d’adopter des stratégies non violentes pour résoudre leurs problèmes.

La violence est toujours un moyen de remédier à une impuissance à agir sur son environnement et sur soi-même. Donner à l’enfant du pouvoir, en lui permettant de changer ce qui provoque sa colère, permet de le protéger de sa propre violence. – Laurence Dudek


Deux éléments importants sont à prendre en compte :

  • offrir une écoute empathique de ce que vit l’enfant

L’écoute active peut être un moyen efficace de permettre à l’enfant de dire ce qu’il a sur le coeur et motive ses comportements. Souvent, les adultes disent aux grands qui frappent les petits qu’il faut être gentil avec les plus petits, qu’eux sont les grands et qu’ils doivent montrer l’exemple, qu’ils doivent se montrer compréhensifs et prêter leurs affaires…

Malheureusement, ce type de phrases ne permettent pas l’accueil des émotions qui traversent les enfants et qui gouvernent leurs comportements inappropriés.

A l’inverse, dans l’écoute active, le parent essaie de comprendre ce que ressent l’enfant, de saisir ce que son message veut dire. Ensuite, le parent transforme sa compréhension dans ses propres mots et retourne le message à l’enfant pour vérification.

Le plus important pour le parent est de transmettre son propre message « décodé » sans évaluation, sans opinion, sans conseil ni raisonnement ou encore analyse. Il retourne seulement ce qu’il pense être le sens véritable du message de l’enfant sans nier son ressenti, ni le minimiser.

L’objectif de l’écoute active est d’aider l’enfant à en dire plus, à approfondir, à mieux développer sa pensée.

L’écoute active nécessite un ensemble d’attitudes pour qu’elle soit efficace. On doit vouloir :

-prendre le temps d’écouter ce que l’enfant veut dire

-aider l’enfant à résoudre son problème sans conseiller ni raisonner ou encore imposer sa propre solution

-accepter les sentiments de l’enfant sans imposer ce qu’il « devrait » ressentir

-faire confiance aux capacités de l’enfant à réfléchir et trouver ses propres solutions

-comprendre que les émotions évoluent (il n’y a pas lieu de s’effrayer des émotions qui sont exprimés car elles ne sont pas permanentes… elles passeront d’autant plus facilement qu’elles seront entendues, accueillies et comprises)

-voir son enfant comme une personne différente de soi : on se met dans la peau de l’enfant pour comprendre son ressenti, sa vision des choses, sa perception de la réalité pour la lui refléter en miroir.

-accepter de changer nos opinions et nos attitudes : adopter le point de vue de l’enfant peut nous amener à redéfinir notre propre manière de voir les choses.

L’écoute active peut passer par des expressions du type :

Tu sembles (fâché contre)…

Tu es tellement (en colère) que tu as envie de

Tu en as assez de…

Tu aimes vraiment… ? / …, ça te plait beaucoup, on dirait.

Tu as peur de…

Tu es déçu de…

Tu veux dire que…

…., c’est ça qui t’embête ? 

Tu n’as pas assez de temps pour…

Ça doit être (douloureux/ gênant) de…

 

  • fournir des moyens et outils à l’enfant pour qu’il régule et utilise ses émotions de manière appropriée

Il existe des outils pour aider les enfants à recourir à des solutions non violentes pour exprimer leurs émotions et régler leurs problèmes.

En voici quelques uns (cliquez sur les images pour les télécharger pour impression) :

La roue de la colère

roue-des-émotions

 

La roue des conflits :

roue-des-choix-conflits

 

Des fiches de gestion émotionnelle :

 

………………………………………………………………..

Source : Parents bienveillants, enfants éveillés : les 10 clés de l’Education Efficace de Laurence Dudek (éditions First). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Parents bienveillants, enfants éveillés : les 10 clés de l’Education Efficace sur Amazon ou sur Decitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.