Enfants hypersensibles : comment réagir en tant que parents non hypersensibles (valable pour l’entourage et les enseignants)

Enfants hypersensibles : comment réagir en tant que parents non hypersensibles (valable pour l’entourage et les enseignants)

Elaine N. Aron est l’autrice de The Highly Sensitive child. Elle propose dans son livre des pistes pour que les parents non hypersensibles puissent comprendre et accompagner au mieux un enfant hypersensible. Ces conseils sont valables pour toutes les personnes en contact avec un enfant hypersensible.

6 points de vigilance pour les parents non hypersensibles d’un enfant hypersensible

1.Les parents ont du mal à croire que leur enfant a une autre expérience du monde que la leur.

Elaine N. Aron désigne les traits caractéristiques des enfants hypersensibles par l’acronyme : D.O.E.S

  • Depth of processing (un traitement profond des informations)
  • being easily Overstimulated (une propension à être facilement sur stimulé.e)
  • being both Emotionally reactive generally, high Empathy in particular (des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle)
  • being aware of Subtle stimuli (la conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres)

Ainsi, les enfants hypersensibles hyper réagissent aux stimulations qui nous semblent bénignes. Leur seuil de stimulation est plus faible que celui des personnes non hypersensibles. Comme ils traitent un grand nombre d’informations de façon plus intense, ils sont plus facilement sur stimulés. Ils remarquent plus de choses que les autres et y pensent souvent, de manière intense. Ils font également preuve de plus d’empathie et font preuve d’une forte réactivité émotionnelle.

Les enfants sur stimulés présentent des traits facilement reconnaissables :

  • des « crises » émotionnelles qui nous semblent disproportionnées, inappropriées (à l’occasion d’une bonne journée ou d’une fête par exemple)
  • des difficultés de sommeil
  • des réactions intenses au changement
  • une faible tolérance à la frustration
  • une sensibilité extrême aux bruits (presque physiquement attaqués par des bruits forts)
  • des plaintes face au chaud ou au froid/ des chaussettes qui grattent/ des vêtements humides…
  • un besoin fort de temps calme

On le comprendre : les enfants hyper sensibles ne simulent pas ou ne cherchent pas à attirer l’attention. Ils ont juste une expérience du monde différente, plus intense.

2.Les parents se sentent souvent impatients.

Cette impatience vient de l’incompréhension et de l’impuissance face aux réactions des enfants hypersensibles qui semblent extrêmes, disproportionnées.

Mieux comprendre les mécanismes de l’hypersensibilité permet de gagner en empathie avec l’enfant et en patience.

3.Les parents parlent souvent trop fort.

La manière de parler des personnes non hypersensibles peut impacter intensément les enfants hypersensibles, que ce soit dans le volume ou le contenu des paroles prononcées. Du fait de leur grande empathie et de leur manière de traiter les informations extérieures profondément, les enfants hypersensibles peuvent lire dans les pensées des autres et détecter leur colère, colère qui les impactera fortement du fait de leur hypersensibilité émotionnelle.

4.Les parents peuvent trouver leurs enfants trop calmes, presque ennuyants parfois.

Les enfants hypersensibles ont besoin de temps avant de se confier, de tester de nouvelles choses. Ils aiment souvent l’introspection et présentent des difficultés à prendre des décisions ou à choisir (parce que l’enfant pense et sous pèse toutes les possibilités.

Par ailleurs, ils ont besoin d’observer et de réfléchir avant de s’engager dans l’activité ou dans le groupe et ont tendance à faire preuve de retrait dans des situations nouvelles ou face à de nouvelles personnes.

Ainsi, les parents non hypersensibles peuvent être décontenancés de ce retrait et de cette introspection, voire s’inquiéter et pousser l’enfant à aller vers les autres ou à tester des nouvelles expériences alors qu’il est loin d’être prêt.

5.Les parents peuvent se sentir rejetés quand l’enfant hypersensible ne veut pas passer de temps avec eux ou refuse les contacts physiques.

Ces réactions ne sont en aucun cas des signes que l’enfant n’aime pas ses parents mais sont liées aux caractéristiques mentionnées plus haut.

6.Les parents peuvent « profiter » sans s’en rendre compte de l’hypersensibilité de leur enfant.

Un enfant hypersensible est capable d’attendre, d’être gentil, d’écouter les problèmes des autres, de faire ce dont les autres ont besoin. Il va essayer de tout faire pour satisfaire les autres, du fait de son empathie exacerbée. Et cela peut se retourner contre lui : il serait injuste d’en demander moins aux autres membres de la famille sous prétexte que l’enfant hypersensible est serviable et que cela ne le dérange pas d’aider.

Des clés pour accompagner au mieux les enfants hypersensibles

Pour ces six points de vigilance, Elaine Aron propose des éléments de solution.

1.Quand les parents n’arrivent pas à concevoir le vécu de l’enfant hypersensible

  • Faire tout ce qui est possible pour comprendre l’expérience de l’enfant

Elaine Aron compare les démangeaisons ressenties par un enfant hypersensible à cause du contact d’un vêtement rèche ou d’une couture à une réaction allergique pour les personnes non hypersensibles.

Elle conseille aux parents d’enfants hypersensibles de lier contact avec des adultes hypersensibles et des parents d’enfants hypersensibles pour échanger sur les expériences vécues par les uns et les autres.

Les enseignants peuvent également être des personnes ressources utiles : ils peuvent donner des pistes sur la manière d’accompagner les enfants hypersensibles, du fait qu’ils côtoient un grand nombre d’enfants avec des profils et sensibilités différents.

  • Garder en tête le caractère hypersensible de l’enfant et ses caractéristiques

Avoir en tête les caractéristiques de l’enfant permet de ne pas attribuer systématiquement des réactions « bizarres », disproportionnées à des raisons négatives : paresse, lâcheté, manque de courage ou d’autonomie, pleurnicherie.. Raisonner en termes de besoins et d’émotions est toujours préférable.

  • Ne pas s’attendre à ce que l’enfant hypersensible apprécie les mêmes choses que la majorité de ses camarades ou que les parents au même âge

  •  Ne pas pousser durement les enfants hypersensibles à faire des choses qu’ils ne veulent pas faire sous prétexte de les endurcir

Il est possible d’encourager les enfants (hypersensibles ou non d’ailleurs) à faire quelque chose dont ils ont peur ou dont ils ne se sentent pas capables mais il est dommageable d’ignorer leurs peurs et leurs besoins (de retrait, de calme, de temps d’observation…).

Lire aussi : 8 étapes pour accompagner les peurs des enfants

  • Ne pas comparer l’enfance de l’enfant hypersensible à celle des autres enfants ou à celle des parents

Il peut être tentant d’inciter un enfant hypersensible à partir en colonie en rappelant nos propres bons souvenirs de colonie. L’enfant peut alors se sentir « mauvais », inférieur, anormal du fait que son caractère hypersensible l’empêche de profiter des grandes joies de la vie.

Or l’enfant hypersensible trouve de la joie dans d’autres sources de plaisir de nature différente.

2.Quand les parents perdent patience

  • Travailler sur la colère et l’impatience (le travail de toute une vie !)

Il est possible de développer des stratégies pour apprendre la patience et éviter que la colère ne dégénère en violence (ici par exemple).

  • A une question posée à l’enfant hypersensible, savoir attendre la réponse le temps qu’il faudra

Si l’enfant a du mal à répondre, on peut lui demander s’il est toujours en train de réfléchir et de donner sa réponse quand il se sent prêt).

Le fait d’exprimer de l’impatience ne fera que paniquer l’enfant et augmentera la durée dont il a besoin pour prendre une décision.

  • Quand un enfant hypersensible doit prendre une décision, lui donner un temps de réflexion suffisant

Si un délai de réflexion ne peut pas être accordé à l’enfant, mieux vaut ne pas demander !

  • Quand on propose une nouvelle activité à l’enfant, être prêt à y aller étape par étape

Là encore, s’il n’est pas possible d’accompagner l’enfant étape par étape avec bienveillance et patience, peut-être vaut-il mieux différer la nouvelle activité.

Lire aussi : Réconforter efficacement les enfants (quand les mots et les raisonnements logiques sont inefficaces face à leurs angoisses)

  • Accueillir l’impatience générée par les besoins extrêmes des enfants hypersensibles en terme de sécurité physique et émotionnelle (en comparaison avec d’autres enfants du même âge)

Elaine Aron écrit qu’il peut-être franchement énervant pour les parents de devoir face aux angoisses de leurs enfants hypersensibles tous les soirs au moment du coucher, après chaque information télévisée ou de devoir partir avant la fin d’un film au cinéma.


Pourtant, reconnaître les signes avant coureurs et les situations déclencheuses d’une crise émotionnelle permet d’anticiper les conflits et les incompréhensions.

3.Quand les parents parlent trop fort

  • Toujours adoucir le ton quand on s’adresse aux enfants hypersensibles (dans le volume et dans le contenu des paroles)

Les questions dures et inattendues qui peuvent être prises pour des critiques sont à éviter (comme « Pourquoi as-tu fait ça ? )

Lire aussi : Les mots blessants et destructeurs à éviter dans l’éducation des enfants

  • Eviter les taquineries ou les blagues qui peuvent être incomprises

Les taquineries sont mal vécues par les enfants hypersensibles parce qu’ils perçoivent une hostilité ou une supériorité dont l’interlocuteur n’a peut-être même pas conscience.

  • Les simple rappels à la règle suffisent

Il est inutile de crier, menacer, punir ou isoler un enfant qui a un comportement inapproprié (et surtout pas de menace qui font peur à caractère angoissant pour l’enfant hypersensible). Un rappel à la règle ou des explications suffit.

  • Etre attentif aux pensées exprimées à haute voix

Exprimer ses pensées est constructif et participe à la construction de l’intelligence émotionnelle des enfants mais partager les peurs ou les colères de manière trop intense avec un enfant hypersensible risque de le plonger dans l’angoisse et les ruminations mentales pendant des jours.

  • Etre attentif à laisser du temps à l’enfant pour penser et réfléchir dans un dialogue

Les enfants hypersensibles ont besoin d’espace de silence pour réfléchir à ce qui leur a été dit et à ce qu’ils vont répondre. Ils peuvent paraître lents mais sont simplement embarqués dans un traitement profond de l’information qu’ils reçoivent, auquel il faut ajouter une profonde empathie.

  • Les enfants hypersensibles se sentent souvent incompris : il est essentiel de prendre un temps d’écoute exclusif quand ils le sollicite

Les enfants hypersensibles sont sensibles (justement) à la manière dont une personne se met à leur écoute, ils décodent les signaux non verbaux comme personne et ont besoin d’une présence accueillante, non jugeante pour pouvoir se livrer intimement.

4.Quand les parents sentent de l’ennui

  • S’attendre à être ennuyé par une activité plus rapidement que ne l’est l’enfant

Du fait que les enfants hypersensibles ont besoin d’un temps de retrait et d’observation avant de se lancer dans une activité, ils y prennent part plus tard… et y prennent du plaisir quand les autres sont déjà rassasiés !

  • S’attendre à ce que l’enfant reste silencieux et ne réponde pas toujours aux sollicitations (pendant de longs trajets en voiture par exemple)

Il est inutile de forcer un enfant à parler mais il est possible de le solliciter de temps à autre pour voir s’il est prêt à répondre ou non.

  • Avant d’abandonner une tentative de contact, demander à l’enfant s’il souhaiterait parler ou faire quelque chose

On peut dire à l’enfant qu’on aimerait bien faire quelque chose avec lui parce qu’on aime sa compagnie et qu’on respecte son besoin de solitude si c’est ce qu’il préfère. Il est important que l’enfant sente qu’on apprécie de passer du temps avec lui.

5.Quand le parent se sent rejeté

  • Comprendre que l’enfant hypersensible apprécie l’intimité, le silence et le calme

Il ne s’agit pas de prendre personnellement les besoins de l’enfant. Un enfant sera plus heureux en présence de parents qui comprennent et respectent sa nature.

On peut trouver justement du plaisir dans le fait de fournir à l’enfant ce dont il a besoin au moment où il en a besoin (proposer un espace de retour au calme, un retour anticipé d’un endroit où il se sent mal…).

  • Se focaliser sur l’aspect protecteur et aimant que le parent peut jouer auprès de l’enfant

En tant que parent d’enfant hypersensible, on est mieux placé que quiconque pour comprendre son besoin de calme et d’introversion… et le communiquer à l’entourage.

  • Apprendre à reconnaître les signes d’une grande fatigue, d’une surstimulation ou d’un stress annonciateurs d’une crise émotionnelle

Reconnaître ces signes permet de mettre en place des actions avant que le point de rupture ne soit atteint.

  • Ne pas presser l’enfant à donner des informations (sur ses émotions, ses relations, des événements de sa vie…)

Il vaut mieux autoriser un espace de discussion, montrer de l’intérêt pour lui mais sans lui « tirer les vers du nez » avec des questions ou insinuations qui lui donneront l’impression d’une violation de son intimité.

  • Respecter les préférences de l’enfant

Vouloir partager un espace temps d’intimité avec les enfants est bien normal mais les enfants hypersensibles apprécieront probablement plus l’intention que l’action… Par exemple, il existe mille manières de se dire bonjour autrement qu’avec un bisou ou un câlin : un sourire, un dessin, des mots gentils, un code inventé (check avec les mains, tape dans le dos…).

  • Demander la permission à l’enfant avant de le toucher

Est-ce que tu serais d’accord pour que je te fasse un câlin ?

Est-ce que ça te gênerait qu’on se donne la main pendant la balade ?

Est-ce que je peux t’embrasser pour te dire bonne nuit ?

L’enfant a le droit de dire non mais le simple fait de demander a tendance à décrisper l’enfant qui va apprendre petit à petit à apprécier les marques d’affection et les contacts physiques.

Cela ne signifie pas d’abandonner tout contact physique mais de les prodiguer de manière légère, brève (comme juste se tenir les mains par exemple). On pourra d’ailleurs demander à l’enfant quelles sont ses préférences.

  • Attendre que l’enfant soit plus détendu

La surstimulation pose souvent problème aux enfants hypersensibles, particulièrement après une journée à l’école ou à la crèche. Ils auront sûrement besoin d’un temps plus ou moins long de décompression avant d’accepter des marques d’affection.

  • Encourager l’enfant hypersensible à exprimer son affection d’une manière qui lui convient (et la respecter)

Cela peut passer par des petits mots écrits, des petits cadeaux, des services rendus… On pourra faire preuve de gratitude envers ces marques d’affection.

6.Quand la famille « profite » de la nature de l’enfant hypersensible

  • Etre attentif aux personnes qui gravitent autour de l’enfant hypersensible

Les enfants hypersensibles étant de bons confidents, des camarades (et peut-être même des adultes) auront tendance à leur confier des choses inappropriées pour leur âge et leur nature angoissée. Le partage ne doit pas être perçu comme un fardeau.

On peut dire aux enfants hypersensibles qu’ils ne sont pas obligés d’écouter les confidences d’autres personnes s’ils n’en ont pas envie. Ils peuvent venir en parler à un adulte de confiance s’ils ne savent pas comment agir face à une personne qui se confie trop à eux.

  • Ne pas vanter les qualités des enfants hypersensibles en public (enfants plutôt sages, obéissants, calmes, gentils)

  • Les tâches ménagères et les sacrifices doivent sembler justes à tout le monde

Du fait de leur nature empathique, les enfants hypersensibles auront moins tendance à se plaindre d’une éventuelle surcharge de tâches et pourront même prendre en charge les tâches d’autres personnes qui le leur demanderait (avec plus ou moins de scrupule…).

Elaine Aron parle du syndrome Cendrillon : l’enfant hypersensible peut accumuler les tâches et les effectuer, tout en se sentant mal et en développant un sentiment de victime.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Source : The highly sensitive child de Elaine N. Aron (éditions Harmony Books).

Commander sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Dulcinea dit :

    Et l’inverse? Comprendre son enfant moins sensible????
    Sinon c’est le thème de ma prochaine activité Ecolibris, tu veux la faire avec moi???? 🙂

    • Caroline dit :

      Ahah… mais toi, tu aurais besoin d’un article : « Comment accompagner une adolescente en grosse, grosse crise d’adolescente et pas du tout hypersensible quand on est une maman hyper hypersensible ? » 🙂

      Trève de plaisanterie, je ne pense pas pouvoir me libérer pour la prochaine rencontre EcoLibris mais je te tiens au courant si je peux faire un petit passage (a priori sans A. car elle sera avec son père 🙁 ).

      Biz

  2. Elodie Bougas dit :

    Merci pour ce super article, très dense 🙂
    Elodie

  3. Chrystal dit :

    J’adore! Cela peut être aussi un enfant qui réagit fortement avec des grosses colères dans les moments de frustrations.
    Je m’apllique a leurs apprendre comment se nettoyer tout seuls leurs corps énergétiques car ce sont aussi des purificateurs sans le savour…ils absorbent les miasmes des autres par empathie mais ne savent pas comment se libérer après de la charge astral ( comme les adultes empathiques d’ailleurs souvent ).
    La formation est en cours de préparation…déja 2 ans de gestation
    Je partage ce bel article

  4. Bonjour Caroline

    Je te remercie pour cet article.

    C’est vraiment important de bien détecter son enfant, sans le stigmatiser je trouve.

    Je rajouterai même : comment réagir quand tu es hyper sensible avec un enfant qui l’est aussi. Car je t’assure ça donne par moment de belles énergies à contrôler !

    La réaction au bruit, presque physique, comme tu le dis, est un des points qui est vraiment impressionnant je trouve.
    Il faut du temps, des explications, de la tendresse, de l’amour pour aider nos enfants à mieux réagir (‘mieux pour eux, pas pour nous hein).

    Au plaisir
    Evan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *