Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ? : mes prochains défis pour une consommation respectueuse

Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ? : mes prochains défis pour une consommation respectueuse

Si vous êtes des lecteurs/ lectrices régulier.e.s du blog, vous avez déjà du lire plusieurs articles au sujet du zéro déchet et de la surconsommation. En tant que maman solo, j’ai en effet du apprendre à gérer mon budget autrement, à repenser mes achats et, en parallèle, mon cheminement vers une éducation bientraitante et respectueuse m’a amenée à m’interroger sur ma relation au vivant en général. C’est à la lumière de ces deux angles de vue que je suis passée à une consommation bio et locale à 90%, à un régime quasi végétarien et à du fait maison pour les produits ménagers et d’hygiène. Dans ce changement de consommation, plusieurs livres ont été des compagnons fidèles pour passer de la théorie à la pratique et concilier mode de vie sain et économie : La famille presque Zéro Déchet (éditions Thierry Souccar) et J’arrête de surconsommer (éditions Eyrolles).

si on arrêtait d'empoisonner nos enfants

 

Au-delà de l’alimentation et des produits cosmétiques/ ménagers, je me suis rendue compte que je n’avais pas encore assez interrogé mes « outils » du quotidien, et mes ustensiles de cuisine notamment, en rapport avec les perturbateurs endocriniens. J’ai trouvé dans le livre d’Erwann Menthéour « Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ? » des éclairages différents : au-delà des impacts économiques et écologiques, Erwann Menthéour insiste sur les risques pour la santé de notre mode de consommation actuelle. 

 

Le livre Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ? s’articule autour de grandes idées :

  • Un autre monde est possible
  • L’avenir d’une civilisation tient dans le ventre de ses enfants
  • Main basse sur leurs assiettes, le grand hold up du siècle
  • Détournement de mineurs : le sucre en garde à vue !!
  • Dire touta la vérité sur le gluten, je le jure
  • Amis du lait, peut-être, mais pour la vie, non merci !
  • Les enfants malades de la viande, petits contes d’une folie ordinaire
  • Cancers tombés du ciel et autres joyeusetés
  • Manger bio : pourquoi mais surtout comment ?
  • Le sport en antidote à la surexposition numérique

On y apprend notamment que nous ne sommes pas faits pour manger autant de viande que nous en mangeons actuellement. En effet, notre mâchoire n’est pas faite pour déchiqueter de la viande, nos intestins sont longs alors que les intestins des carnivores sont courts et notre foie ne produit pas d’urase (qui facilite l’élimination des acides uriques, la consommation de viande favorisant l’augmentation des acides uriques). Par ailleurs, Erwann Menthéour affirme que la consommation de viande affaiblit le système immunitaire en acidifiant l’organisme et rappelle que consommer de la viande aujourd’hui, c’est souvent ingérer des OGM, des pesticides, des antibiotiques… sans compter l’aspect éthique : les animaux sont reconnus comme étant des êtres vivants et doués de sensibilité.


Erwann Menthéour décortique minutieusement les idées reçues à propos des carences (pour le lait et la viande notamment) et reprend des études historiques et anthropologiques pour expliquer comment notre mode d’alimentation a pu à ce point s’éloigner de ce qui est le meilleur pour nous…  

A la lumière de cette lecture, mes prochains défis :

  • changer ma bouilloire en plastique par une bouilloire en inox,
  • changer mes casseroles en téflon,
  • changer mes moules en silicone (ou ne les utiliser que pour du froid sans besoin de chauffer)
  • réduire encore plus notre consommation de viande jusqu’à la supprimer complètement (sachant que ma fille continuera à en manger chez son père quoiqu’il en soit),
  • réduire encore plus notre consommation de produits laitiers jusqu’à les supprimer complètement (sachant que nous sommes des petites consommatrices et que je suis déjà une adepte de l’eau à la place du lait : je fais régulièrement mes crêpes et ma béchamel avec 1/3 de lait et 2/3 d’eau),
  • pratiquer plus de sport (notamment privilégier les balades avec ma fille plutôt qu’aller au parc pour qu’elle joue pendant que je lis 🙂 ),
  • profiter du déménagement (a priori mi 2018) pour désencombrer encore plus (en priorité : jouets en plastique et meubles à base de matériaux agglomérés).

Encore une fois, je garde ma citation préférée de Haïm Ginott en tête : Ce dont on parle est d’une direction, pas de la perfection.

…………………………………………………………………………………………………..

Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ? de Erwann Menthéour (éditions Solar) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ?  sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *