[Optimisme et Résilience] 4 compétences à enseigner aux enfants pour développer un état d’esprit optimiste

[Optimisme et Résilience] 4 compétences à enseigner aux enfants pour développer un état d’esprit optimiste

état d'esprit optimiste enfant

Martin Seligman est chercheur en psychologie, spécialiste de la psychologie positive et l’auteur du livre L’école de l’optimisme : développer la résilience chez l’enfant. Il propose un programme qui enseigne 4 compétences pour que les enfants développent un état d’esprit optimiste.

1.Le captage des pensées

Cette compétence consiste à apprendre à reconnaître les pensées qui traversent l’esprit dans les moments où on se sent mal. Ces pensées, souvent à peine perceptibles, ont une profonde influence sur l’humeur et le comportement.

Cela nécessite un temps de pause pour identifier la « petite voix » qui dit des choses négatives avec des mots d’exagération :

  • des mots limitants : jamais, toujours,
  • des adjectifs enfermants : nul, pas à la hauteur…,
  • des superlatifs du type horrible, pire,
  • des affirmations infondées : je suis sûr.e que…, c’est de ma faute…

Martin Seligman propose un modèle pour surmonter le pessimisme : identifier l’élément déclencheur, exprimer les croyances et l’interprétation de la situation (pensées), explorer les émotions (la façon dont on se sent et se comporte face à l’élément déclencheur).

 

2.L’évaluation des pensées automatiques

Il s’agit de reconnaître que les choses qu’on se dit à soi-même ne sont pas nécessairement exactes. On peut apprendre aux enfants à voir leurs croyances (à leur sujet et à propos du monde) comme des hypothèses qui doivent être vérifiée : recueillir et examiner des preuves afin de déterminer la véracité de leurs croyances.

 

3.Des explications plus exactes

Cette troisième compétence consiste à fournir des explications plus exactes des événements négatifs et à les utiliser pour les remettre en question les pensées automatiques. Cela peut passer par reconnaître les points forts en même temps que les points faibles, les ressources à disposition et celles qui manquent, à trouver les sources des échecs et problèmes.

Une fois ces explications plus exactes trouvées, il est possible de remplacer les pensées automatiques, une fois qu’elles ont été « captées » grâce à la première compétence, par ces explications. La maîtrise de cette troisième compétence permet d’interrompre la chaîne d’explications négatives en insérant une nouvelle explication plus objective et constructive. Quand la difficulté est identifiée, il est possible d’agir dessus et cette impression de pouvoir personnel génère des émotions positives.


A cet effet, Martin Seligman propose une approche en 2 étapes :

  • trouver toutes les preuves qui étayent la croyance pessimiste initiale,
  • trouver des preuves qui contre balancent cette croyance.

Cette approche peut être complétée par la production de solutions de rechange. Une question clé peut remettre les pensées et croyances pessimistes en question : « De quelles autres façons puis-je considérer cet événement déclencheur ? ». Cela peut passer par un changement de point de vue (qu’en dirait telle personne ? et telle autre personne ?).

 

4.La dédramatisation

Martin Seligman propose d’évaluer les probabilités des drames craints et échecs anticipés. Cette compétence permet de canaliser l’énergie vers la résolution des problèmes. Établir des pensées réalistes est en effet la porte ouverte vers des plans d’attaque.

Martin Seligman a créé 6 questions pour apprendre à dédramatiser :

  • Quelle est la pire chose qui pourrait arriver ?
  • Citer une chose qu’il est possible de faire pour empêcher le pire d’arriver.
  • Quelle est la meilleure chose qui pourrait arriver ?
  • Citer une chose à faire pour que le meilleur se produise.
  • Quelle est la chose qui a le plus de chances de se produire ?
  • Que faire si la chose la plus probable se produit ?

………………………………………………………………………………………….

Source : L’école de l’optimisme : développer la résilience chez l’enfant de Martin Seligman (éditions Poche Marabout). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.

Commander L’école de l’optimisme : développer la résilience chez l’enfant sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *