Focus sur le RASED : redonner le goût d’apprendre

Les missions du RASED

Les RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté) interviennent de la maternelle au CM2 et sont composés de trois enseignants spécialisés. Ces enseignants spécialisés repèrent les blocages dans les apprentissages des enfants et travaillent sur leur confiance en eux. Comme l’indique la Fédération  nationale  des  associations  des  rééducateurs de l’Education Nationale,

« le travail du rééducateur ne sera pas d’enseigner mais de créer les conditions nécessaires à l’investissement scolaire et à la disponibilité intellectuelle. »

aide possible du RASED

L’aide apportée aux enfants en difficulté peut prendre trois formes différentes :

1. une aide à dominante pédagogique

L’enseignant spécialisé à dominante pédagogique (appelé maître E) intervient en cas de difficultés de compréhension ou d’apprentissage. Le maître E vise :

  • l’acquisition de méthodes de travail,
  • la prise de conscience par l’élève qu’il peut réussir,
  • l’enclenchement d’une dynamique de succès.

Thérèse Boissellier, maître E, explique son rôle dans un entretien donné au magazine L’école des parents (n°598, octobre 2012) :

« En observant l’enfant travailler, réfléchir, on repère le chemin par lequel il passe, on décèle ce qui l’a conduit à l’erreur. On lui propose alors une activité à sa portée, pour qu’il réussisse. Nous travaillons beaucoup sur cette réconciliation de l’enfant avec l’apprentissage et le travail scolaire. Le gamin qui a compris qu’il est capable d’apprendre et de réussir entre dans une dynamique nouvelle. Notre travail consiste parfois aussi à convaincre les parents que leur enfant est capable. »

2. une aide à dominante rééducative

Le rééducateur (ou maître G) intervient sur la relation que l’enfant entretient avec la scolarité. L’aide du maître G consiste souvent à rétablir des liens entre le monde personnel de l’enfant et le monde scolaire.

Les difficultés traitées par les maîtres G concernent les comportements qui induisent des violences à l’école et/ou du décrochage scolaire (inhibition, opposition, agressivité, immaturité…).

tout enfant a envie d'apprendre

 3. une aide à dominante psychologique

Cette aide est assurée par ke psychologue scolaire. Ce dernier a plusieurs missions :

  • mener des entretiens avec les enfants et leur famille,
  • proposer des suivis et des examens psychologiques,
  • organiser les orientations des élèves porteurs de handicap ou ayant besoin d’une adaptation scolaire (CLIS, SEGPA…)

Comment intervient le RASED ? 

Comment les enfants sont-ils adressés aux enseignants spécialisés ?

Tout enseignant peut faire appel au RASED. L’enfant est signalé par  l’enseignant titulaire pour une difficulté d’apprentissage ou de comportement. L’enseignant formule une demande d’aide en décrivant les difficultés de l’enfant et ce qu’il a déjà mis en place.

L’intervention du maître E est communiquée aux parents par l’enseignant de la classe. L’intervention du maître G et du psychologue scolaire nécessite au préalable l’accord des parents et ne peut pas être efficace sans leur participation.

Sous quelles formes le RASED intervient-il ?

Les enseignants spécialisés accompagnent à la fois :

  • les enseignants des classes (en les aidant à mieux comprendre les obstacles auxquels sont confrontés les élèves),
  • les parents (en écoutant leur souffrance, leur désarroi parfois, en élaborant des solutions communes avec eux),
  • les élèves en difficulté (notamment à travers des activités de détour comme des activités artistiques, des jeux de société, des marionnettes).

peinture enfants RASED

Les rééducateurs utilisent beaucoup les activités créatives, artistiques, scéniques ou encore graphiques. Ainsi la fédération nationale des associations des rééducateurs de l’Education Nationale propose un exemple dans le document « La rééducation en 6 questions » : prenons l’exemple d’un enfant qui ne supporte pas les situations nouvelles.

« En jouant avec un gros ballon, l’enfant accompagné du rééducateur pourra apprivoiser puis apprécier la sensation de déséquilibre provoquée à son contact, oser lâcher prise, accueillir l’imprévu qu’il redoutait et avoir la surprise d’éprouver du plaisir là où il y avait de la peur. Cette expérience vécue grâce au jeu lui permettra ensuite d’affronter en classe le lot quotidien de situations nouvelles et notions inconnues. Il aura appris à ne plus les redouter, sachant qu’elles peuvent même être source de plaisir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.