Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie

Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie 

Bénédicte Denizot signe là un joli livre tout en douceur et en poésie pour l’éveil des enfants à partir de 3 ans. Elle commence Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie avec une introduction à la pensée de de la Garanderie.

jeux pour apprendre d'après la pédagogie d'Antoine de la Garanderie

Pour faire attention à quelque chose, pour apprendre et mémoriser, il faut

1. Avoir le projet de restituer ce qu’on lit, voit ou entend

2. Coder ce qu’on lit, voit ou entend sous forme de sons/ mots, d’images ou de sensations/ mouvements corporels.

Pourquoi je vous recommande ce livre ?

Je vous recommande ce livre dès 3 ans car :

  • de nombreuses notions utiles au quotidien y sont abordées (gauche et droite, verticalité et horizontalité, le nom des doigts, apprendre à mettre le couvert…),
  • les jeux se suivent du plus simples au plus complexes et se complètent pour bien assimiler les notions,
  • les jeux sont responsabilisants pour développer l’autonomie des enfants même très jeunes (comme celui de faire sa valise),
  • les jeux sollicitent les sens : « tu fermes les yeux et tu essaies de voir l’image dans ta tête », « répète doucement ce qu’on a dit ensemble », « couche-toi par terre »,
  • l’auteur précise toujours qu’il ne faut pas insister si l’enfant ne s’amuse pas, qu’il vaut mieux respecter les périodes sensibles, que ces jeux facilitent l’acquisition de notions mais que celles-ci ne seront pas pour autant acquises en un jour.

70 jeux pour apprendre : quelques extraits d’activités

Les contraires avec un ballon

Un jeu pour réviser son vocabulaire des contraires dans une situation de stress et aussi pour s’entraîner à rattraper un ballon.

Jeux pour apprendre d'après la pédagogie d'Antoine de la Garanderie

J’avais déjà lu cette idée de répondre à une question en attrapant une balle ou un ballon, notamment dans le livre Montessori, Freinet, Steiner… quelle école pour mon enfant ?. Il y était question d’une classe Steiner-Waldorf dans-laquelle l’enseignante lançait une balle au hasard en disant une table de multiplication (6×6 par exemple) : l’élève visé devait rattraper la balle et donner la réponse (36 en l’occurence).

Je n’en avais pas vraiment saisi l’intérêt pédagogique jusqu’à ce que je lise le livre de Bénédicte Denizot :

« Ce jeu est un exemple de l’utilisation du ballon pour mémoriser les associations possibles entre deux listes, tout en faisant de l’interrogation un moment ludique. L’enfant est obligé de se souvenir très vite parce qu’il est accaparé par une autre mission : attraper le ballon. Utilisez ce jeu pour d’autres listes : vocabulaire bilingue, capitales des pays, calculs simples… A condition que ça l’amuse ! »


 

Le tableau du musée

Un jeu qui exerce l’évocation visuelle tout en découvrant des oeuvres d’art et qui permet des visites au musée qui donnent envie de « faire attention ».

Jeux pour apprendre d'après la pédagogie d'Antoine de la Garanderie

Le dessin cache-cache : dessiner en touchant

Il s’agit de proposer à l’enfant de dessiner un objet qu’il ne connait pas et qu’il a seulement touché.

dessiner en touchant

On bandera les yeux de l’enfant avec un foulard et on lui proposera un objet qui lui est inconnu. On dira à l’enfant :

Je vais poser sur la table un objet que tu ne connais pas. Je vais te bander les yeux pour que tu ne le voies pas. Tu vas le toucher avec tes mains pour voir dans ta tête quelle forme il a. Après, je le cacherai et tu dessineras l’objet en sentant avec tes mains la forme ou en regardant l’image dans ta tête. 

On aidera l’enfant pendant qu’il touche l’objet :

Prends ton temps, pose tes mains sur l’objet, imagine la forme de l’objet dans ta tête. 

L’enfant peut demander à retoucher l’objet en cours de dessin. On lui bandera à nouveau les yeux. Comme ce jeu est difficile (surtout la première fois), l’enfant pourra faire autant d’allers-retours qu’il veut entre son dessin et l’objet à toucher. On pourra aussi lui demander de nous montrer la forme de l’objet avec les mains.

Il se peut que l’évocation soit bonne mais que les capacités motrices de l’enfant ne lui permettent pas de faire un dessin « réaliste ». Dans ce cas, on se montrera encourageant :

  • on lui dira que l’exercice est difficile,
  • on insistera sur le processus (tu as touché l’objet plusieurs fois pour être sûr de toi, tu as pris ton temps, tu as recommencé…),
  • on décrira ce qu’on voit sans juger beau/ moche ou raté/ réussi (je vois un trait qui me fait penser au côté de l’objet/ c’est bien le haut que tu as voulu représenter ici ?).

Si l’enfant est prêt, on pourra même rire avec lui, sans se moquer.

………………………………………………………………

Commander Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Mam's dit :

    Bonsoir, j’ai laissé un commentaire sur une autre page pour avoir un retour sur cet ouvrage, et puis voilà je tombe dessus!! Merci pour cet article bien écrit, avec des exemples concrets et clichés du livre 🙂

  2. NOEL Sophie dit :

    Bonjour
    Avez-vous connaissance d’un livre qui proposerait des pistes de jeux pour aider les enfants (niveau fin CP ou CE1) en difficulté de lecture ?

  3. Ismail Sadky dit :

    Bravo pour ton article, il oriente vers les bons ouvrages

    • Caroline dit :

      Bonsoir,

      merci pour ce message. Les retours des lecteurs et des lectrices sont des encouragements au quotidien :-).
      Je te l’ai déjà dit mais je te le répète 🙂 : j’aime beaucoup aussi ton blog et ton approche.

      Bonne soirée
      Caroline

  1. 10 septembre 2015

    […] Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie. Je vous en parle ici et je vous le recommande chaudement pour aider les jeunes enfants à développer leurs facultés […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *