Jouer avec et dans la nature, un enjeu de société (plaidoyer pour jouer dehors même en automne et en hiver!)

Jouer avec et dans la nature, un enjeu de société (plaidoyer pour jouer dehors même en automne et en hiver!)

Jouer avec et dans la nature, un enjeu de société

L’institut d’éco-pédagogie qui assure la promotion des pédagogies de l’environnement en Belgique liste et synthétise de nombreuses recherches et retours d’expériences menées dans des jardins d’enfants en pleine nature dans toute l’Europe. De cette synthèse sont ressortis les bénéfices clés d’un rapport quotidien à la nature :

  • un lien positif à la nature créé dans l’enfance perdure à l’âge adulte : meilleure compréhension de la nature, meilleure connaissance de l’environnement, lien profond avec la nature (à travers des souvenirs nombreux et positifs qui lui sont associés), souci de protection de la nature, habitudes écologiques,
  • pacification des relations avec les pairs et plus de solidarité
  • meilleure concentration
  • meilleure santé
  • plus d’endurance
  • capacité à s’occuper seul (autonomie)
  • meilleure créativité
  • capacité à mettre en oeuvre différents moyens pour atteindre un but (pensée divergente, persévérance)
  • motricité fine et globale plus développée
  • augmentation de la capacité de mémorisation

L’environnement naturel (…) fournit aux enfants des opportunités uniques d’apprentissage que ce soit en matière d’engagement, de prise de risques, de découverte, de créativité, de maîtrise des situations, d’estime de soi. Il inspire une variété d’états émotifs – comme l’émerveillement – et améliore les aptitudes psychologiques censées avoir une influence positive sur les différents aspects du développement cognitif. – Payman Davdand (professeur-chercheur en épidémiologie environnementale)

Au-delà de l’apport et des bienfaits de la nature pour les enfants, Elise Mareuil, éducatrice de jeunes enfants et autrice du livre Jouer avec la nature, estime qu’un autre point est essentiel : l’éveil des enfants à la nature est un choix citoyen fondamental. C’est pour cette raison qu’Elise Mareuil a écrit un livre pour proposer une véritable pédagogie de la nature avec plus de 70 jeux d’éveil pour les 0-3 ans. Son idée est de favoriser la découverte par le jeune enfant de sa place dans l’environnement et ce qui le compose (faune, flore, végétaux) et les rapports que ces divers éléments peuvent entretenir entre eux de façon respectueuse. Ces jeux sont avant tout des petits bonheurs simples partagés entre adultes et enfants comme des petites pierres à l’édifice des nouvelles formes d’éducation.

Sortir est plus facile et plaisant au printemps et en été mais l’automne et l’hiver peuvent être des saisons propices aux sorties et aux jeux à l’extérieur : faire du landart avec les feuilles mortes, les pommes de pin, les glands et les marrons, se rouler dans les feuilles mortes, prendre le temps d’écouter la pluie tomber, passer les mains sur l’écorce des arbres, observer les escargots, ouvrir la bouche pour attraper les flocons de neige (spéciale dédicace à ma fille !), sauter dans les flaques, ramasser des châtaignes et les faire griller au four….

Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que des mauvais vêtements. – Proverbe nordique

mandala naturel landart

mandala-naturel.

………………………………..
Source : Jouer avec la nature : 70 ateliers d’éveil pour le tout petit de Elise Mareuil (éditions Dunod). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Jouer avec la nature : 70 ateliers d’éveil pour le tout petit sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Caroline Muller dit :

    Bonjour,
    J’adore le proverbe nordique : « il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que des mauvais vêtements… C’est tout à fait ça !!! Et j’ajouterai aussi que l on a le droit de rentrer tout sale; il suffit de se laver et de mettre les vêtements à la machine… ça parait anodin, mais j’ai redécouvert cela avec mon fils. Il y a encore deux ans, je ne laissais pas les enfants jouers sous la pluie et encore moins tripoter la boue : bah non, car il ne faut pas se salir… Maintenant avant de le stopper dans son élan je me pose certaines questions : est ce grave ? va t il prendre du plaisir en faisant cela et donc apprendre ? Est ce que moi même je ne pourrais pas trouver cela amusant? Et du coup je renoue avec tous les plaisir simples de la vie.
    Si ça vous dis, voici un article que j’ai écrit sur le plaisir de jouer sous la pluie( https://lecolibriimparfait.com/chantons-sous-la-pluie/ )
    Bien à vous

  1. 3 octobre 2017

    […] peut se faire par des histoires, des réflexions sur les éléments du vivant, par des jeux libres dehors en plein air, par une consommation et une nourriture respectueuse de l’environnement, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *