Le bonheur est-il dans la simplicité ?

Le bonheur est-il dans la simplicité ?

bonheur dans la simplicité

“Simplicity” by Gabriel Lima is licensed under CC BY 2.0

 

Marie Lefèvre et Herveline Verbeken sont les autrices du livre J’arrête de surconsommer. Elles y proposent de nombreuses pistes pour une consommation plus éthique et plus raisonnée.

Elles partagent avec nous leurs manières de vivre sainement sans surconsommer grâce au fait maison, au zéro déchet, aux achats d’occasion, à l’entre aide et en privilégiant une économie solidaire et locale. Elles nous invitent à questionner notre manière de consommer, de gérer notre budget mais attirent également notre attention sur ce qui se joue derrière un simple geste de consommation (vêtement, produit ménager, cosmétique, nourriture, énergie, banque…) en termes de pollution, d’exploitation humaine et animale, de commercialisation, de santé ou encore de gaspillage des ressources naturelles. Marie et Herveline nous proposent des alternatives pour faire nous-même, bricoler, cultiver, aimer, vivre…

Consommer de manière responsable est un acte citoyen.

Au delà des nombreux conseils qu’elles donnent pour reprendre en main notre budget tout en contribuant à sauver la planète , elles insistent beaucoup sur le fait que le bonheur existe en dehors de la consommation. Elle écrivent :

Rappelez-vous que la simplicité est un trésor. Envier le voisin ou pester contre la société qui ne vous permet pas d’avoir tout ce que vous souhaitez sans vous endetter de mille façons est un frein dans votre épanouissement car il y aura toujours plus riche et plus consumériste que vous. Se contenter de ce qu’on a, c’est souvent la manière de se recentrer sur l’essentiel : les gens qui vous aiment, en particulier.

On nous fait croire que posséder tel ou tel objet nous rendra heureux, qu’il renverra une image de nous-mêmes [au choix] plus à la mode, plus performant, plus beau, plus cool, plus sûr de soi. Mais c’est juste une image. Cela nous apporte seulement l’illusion d’un bonheur qui est éphémère et déconnecté de nous-mêmes. Dans ce schéma, nous avons toujours besoin d’autre chose pour être heureux.

Non, nous n’avons pas besoin d’une énième robe alors que notre penderie déborde, pour améliorer notre confiance en nous. Des câlins de nos enfants, de la reconnaissance de notre conjoint, en revanche, oui.

Il y a plein de choses simples et gratuites qui peuvent nous apporter leur lot de bonheur.

Marie Lefèvre et Herveline Verbeken proposent d’ailleurs une réflexion intéressante sur le travail :

Gagner (beaucoup) moins mais vivre (beaucoup) plus. Parce que quand on travaille beaucoup, on n’a pas le temps. Pas le temps de cuisiner, de bricoler, de cultiver. On a à peine le temps d’aimer et de s’aimer ! Et tout ce qu’on n’a pas le temps de faire se paie. Moins a le temps, plus on doit payer et plus on doit gagner d’argent et moins on a de temps… C’est un cercle vicieux !


4 manières de savourer l’instant présent sans dépenser d’argent

Pour les autrices, la réduction des besoins en termes de consommation permet de réduire la dépendance à l’argent… et réduire la dépendance à l’argent permet de réduire la dépendance au travail.

Elles nous invitent à passer à l’action grâce à quatre manières de savourer l’instant présent sans dépenser d’argent :

1.Lister nos plus beaux souvenirs

Quand on fait la liste des souvenirs les plus heureux, on se rend bien souvent compte qu’ils concernent des moments simples, des expériences plus que des possessions, des instants partagés plutôt que des plaisirs solitaires.

2.Tenir à jour un carnet de gratitude

Dans un carnet de gratitude, on note chaque soir trois (ou plus) petits bonheurs (les « kifs ») de la journée et on se sent reconnaissant qu’ils se soient produits.

3. Recenser des activités bien-être gratuites

Quand notre réservoir affectif est vide, on pourra venir piocher dans cette liste d’activités/situations qui apportent beaucoup de bien-être et qui coûtent 0 euro !

4.Organiser une journée « no buy »

Une journée « no buy » est une journée en famille sans dépenser un centime : randonnée ou ballade proche de la maison, préparation d’un repas de fête avec le contenu des placards, regarder des photos de famille, rêver ensemble, lire des livres sous la couette…

……………………………………………………………………………………………………..

Source : J’arrête de surconsommer : 21 jours pour sauver la planète de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken (éditions Eyrolles) . Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander J’arrête de surconsommer sur Decitre. 

arrete de surconsommer

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. HOARAU dit :

    Bonjour
    C’ est tout à fait vrai mais le réaliser c’est plus difficile.

  2. Carole dit :

    Je ne crois pas que la simplicité soit difficile à atteindre.
    Le problème réside souvent dans l’image que nous voulons donner aux autres, par l’étalage de nos possessions.
    En montrant à nos enfants que nous n’avons pas besoin de consommer pour exister, nous pouvons leur enseigner les valeurs qui peuvent faire le monde de demain.
    Les journées « no buy » sont légion chez nous, pas seulement par manque de moyens.
    Nous avons beaucoup de ressources dans nos placards, et elles n’attendent que notre bienveillance pour se mettre au service de notre épanouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *