4 conséquences néfastes de la peur de l’échec

4 conséquences néfastes de la peur de l’échec

Claire Bondel , maman, globe trotteuse et fondatrice d’une école bilingue, nous livre ici sa vision de l’éducation française, à l’opposé de l’éducation positive.

Les français sont caractérisés par une grande peur de l’échec car on nous répète souvent enfants : « Il est interdit de se tromper ! ». Claire Bondel prône au contraire une école basée sur l’acceptation de l’erreur et la valorisation des talents.

 

Inculquer la peur de léchec a quatre conséquences très néfastes :

1. L’INTOLÉRANCE

Nous gagnerions à enseigner à nos enfants qu’il existe autant de normes que de cultures. Ce qui est vrai ou juste peut ne pas l’être dans une autre culture, dans une autre langue.

 

2. LA MAUVAISE ESTIME DE SOI

La fille de Mme Bondel répétait souvent au sujet de l’école « Je suis fatiguée d’avoir peur de me tromper ». A 9 ans, elle avait déjà l’impression que ça ne servait à rien d’essayer de changer les choses. Un déclic a eu lieu quand une amie lui a dit : » Je ne comprends pas, tu avais pourtant de bonnes notes dans ton autre école avant. »

Le travail pour se convaincre qu’on est capable de réussir (enfant ou adulte) est long et nécessite un déclic. Ce déclic, cette prise de conscience passe par la valorisation des réussites même partielles, des progrès (même infimes), des qualités, des atouts de chacun.

 

3. LE MANQUE D’AUTONOMIE FACE A L’ERREUR

A l’école, un adulte (l’enseignant) contrôle toujours le travail en fin de chaîne et l’enfant développe des stratégies pour éviter les erreurs (et non pas pour comprendre, pour progresser, encore moins pour se faire plaisir). Il faut donner la possibilité aux enfants de détecter leurs erreurs tous seuls et de les corriger.

 

4. LE MANQUE DE PERSÉVÉRANCE

Les enfants doivent apprendre à surmonter leurs échecs, à en faire des forces, des points d’appui pour recommencer différemment. En résumé, avec l’éducation positive, les enfants ont le droit de se tromper, ils en ont même le devoir !

succes et echec

 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. vanessa dit :

    Mon fils de 7 ans à très peir de l’echec, déjà….ça me fait peur, il préfère dire qu’il ne sais pas, plutôt que de donner une réponse fausse…

    • Caroline dit :

      Bonjour Vanessa,

      c’est bien un des principaux problèmes soulevés par cette vidéo. Les français ont très peur de l’échec car le système scolaire est bâti de manière à nous noter, nous classer, nous dévaloriser en cas de mauvaise réponse. Les notes sont un jugement définitif mais de plus en plus de pédagogues et d’enseignants proposent de retenir la notion de progrès à la place des notes pour remettre l’accent sur la progression d’un point à un autre.
      Je peux vous proposer la lecture de deux articles pour accompagner et redonner confiance à votre enfant : Comment mettre en oeuvre la discipline positive à la maison et 30 propositions pour encourager efficacement.

      J’espère avoir pu vous aider.

      Excellente journée
      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *