La métaphore des ballons : une belle manière d’expliquer les émotions aux enfants

La métaphore des ballons : une belle manière d’expliquer les émotions aux enfants

métaphore des ballons émotions enfants

On peut expliquer aux enfants que les émotions sont comme des ballons qui se gonflent à l’intérieur de nous. On peut avoir des ballons de toutes les couleurs selon les émotions ressenties (on peut ressentir plusieurs émotions en même temps).Les ballons peuvent être gros, très gros, moyens et même des fois petits.

Pour illustrer cette métaphore, on pourra alors gonfler deux ballons de baudruche devant eux. On placera un ballon devant le ventre et un autre devant la gorge (par exemple) pour leur montrer que les émotions peuvent être gênantes, envahissantes quand on ne s’en occupe pas, quand on ne leur permet pas de se dégonfler.

Les enfants comprendront alors qu’on ne peut pas rester avec nos émotions qui nous encombrent.

On leur dira qu’une solution peut être l’écoute empathique, c’est-à-dire le fait de refléter la ou les émotions ressenties (ex : « ah oui, tu es vraiment en colère, tu avais vraiment envie de… », « tu dois être tellement déçue, ça te tenait à cœur de… », « c’est vrai que ça rend triste de… »). Cette écoute empathique permet à la charge émotionnelle de diminuer.

Toujours dans l’illustration, on pourra dégonfler les ballons au fur et à mesure qu’on donne des exemples d’accueil des émotions. On dégonfle le ballon émotionnel avec l’écoute.

Une émotion entendue, reconnue, verbalisée, comprise disparaît. A l’inverse, une émotion non reconnue, non entendue va grossir. En filant la métaphore, tout se passe comme si le ballon gonflait, gonflait jusqu’à exploser (les fameuses crises explosives).


A partir de cette métaphore, plusieurs jeux et activités sont possibles avec des enfants de 6/7 ans et + :

  • donner des ballons de couleur en attribuant une couleur à une émotion (ex : ballon rouge = colère, ballon vert = peur, ballon bleu = tristesse, ballon rose = joie) et inviter les enfants par paire à imaginer des petits scénarios : un enfant gonfle un ballon et simule l’émotion correspondante et l’autre doit trouver les mots qui feront dégonfler le ballon (l’enfant au ballon dégonfle son ballon au fur et à mesure qu’il se sent entendu jusqu’à ce que le ballon soit à plat et ils échangent les rôles) ;

 

  • demander à tous les enfants de gonfler un ballon signifiant une émotion en particulier et leur demander ce qui aiderait leur ballon à dégonfler : ils peuvent le faire eux-mêmes (par exemple, sauter ou courir pour décharger la colère) ou demander de l’aide (par exemple, un câlin pour évacuer la tristesse);

 

  • adultes et enfants repensent à une situation qui s’est mal terminée : à tour de rôle, adultes et enfants gonflent un (ou des) ballon(s) correspondant aux émotions ressenties alors, puis les autres protagonistes rejouent le scénario différemment pour que ça se termine mieux que précédemment en adoptant des attitudes qui font dégonfler le ballon plutôt que gonfler (adultes ET enfants gagneront alors en compétences émotionnelles).

 

Cette métaphore peut être utile à long terme en y faisant référence quand certaines situations mettent en jeu des émotions difficiles (ex : « Wow, je crois que ton ballon de colère est tellement gros qu’il est prêt à exploser ! », « J’ai l’impression que tu es tellement triste que ton ballon de la tristesse prend toute la place »). Ces références permettent d’amorcer un dialogue sans jugement, dans l’empathie et la volonté de se connecter à ce que vit l’enfant.Il ne s’agit pas de « sauver » l’enfant de ce qu’il vit mais simplement, dans un premier temps, de reconnaître les émotions qui le traversent, de reconnaître le moment difficile qu’il vit, de se connecter sur le plan émotionnel (sans chercher à chasser l’émotion).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.