Parentalité positive : formuler une demande positive plutôt qu’un interdit

Parentalité positive : formuler une demande positive plutôt qu’un interdit

parentalité positive Formuler demande positive interdit

La parentalité positive nous invite à donner des consignes positives aux enfants qu’ils vont plus facilement pouvoir respecter que des interdits. Les formulations positives permettent de transformer les interdits en consignes, en règles.

Une demande formulée de manière positive indique en effet aux enfants ce que nous voulons qu’ils fassent, plutôt que ce que nous voulons qu’ils ne fassent pas. Non seulement, dire ce que nous ne voulons pas ne rend pas forcément évident ce que nous voulons mais la négation est mal traitée par le cerveau des enfants.

Quand une demande est formulée dans un langage affirmatif, le cerveau peut plus facilement traiter cette demande pour construire une action différente. C’est pour cette raison que les formulations positives des consignes sont un des principes clés de la parentalité positive.

Ainsi, pour rediriger l’action d’un enfant qui jette des graviers, il est possible d’abord de se connecter avec lui avant de formuler des demandes positives qui vont l’amener à rediriger son comportement.

Voici quelques suggestions avec des jeunes enfants (non exhaustives et non prescriptives, à chacun.e de les personnaliser, adapter…ou rejeter) :

C’est rigolo de jouer avec les graviers. Si tu veux continuer à jouer avec les graviers, tu peux les jeter sur ceux qui font déjà un petit tas-là.

Il y a plein de graviers dans cette cour ! Est-ce que tu penses qu’il y en a dans l’herbe aussi ? Peux-tu regarder s’il y a des graviers dans la pelouse et les enlever ?

On dirait que tu aimes bien jouer avec ces petits cailloux et que tu aimes bien viser du mieux que tu peux. Je te propose un petit défi : peux-tu faire un gros tas de graviers dans ce coin-là ?

Ils sont attirants ces graviers; il y en a des ronds, d’autres pointus, certains laissent de la poussière sur tes doigts. Combien peux-tu prendre de graviers en même temps dans ta main ?

C’est amusant les graviers. Je connais un autre jeu super amusant. Tu veux que je te montre ? On joue ensemble ?

Ce type de formulation dans un langage positif, qui joue sur la connexion émotionnelle et propose une alternative qui convient à la fois aux parents et aux enfants déplace le comportement de l’enfant dans une direction qui convient à tous.

La formulation de consignes positives invite à faire preuve de créativité : qu’est-ce qui peut faire « oui » chez moi et chez mon enfant en fonction de la situation ? comment à la fois me connecter à ce qui est vivant en mon enfant (ses envies, ses jeux, ses explorations, ses apprentissages) et en moi (mes peurs, mes valeurs, mes besoins) ?


Cette approche ne résout pas toutes les situations problématiques mais permet de les aborder sans violence. Si le comportement de l’enfant reste inapproprié, plusieurs options s’offrent à nous :

  • passer le comportement de l’enfant dans notre filtre de valeurs : est-ce que ce comportement est vraiment inapproprié ? y-a-t-il un danger ? qu’est-ce qui me pousse à vouloir stopper ce comportement ? est-ce justifié ?

 

  • accueillir l’émotion de l’enfant qui ne veut pas changer d’activité en la reformulant (« c’est vrai, tu aurais aimé… C’est difficile de… Ça te met en colère  parce que tu voulais encore… »)

 

  • rediriger le comportement vers ce qui est autorisé avec le plus de détails possible et en démontrant ce qui est attendu (« tu peux jouer ici », »regarde ce que tu peux faire avec… », « comme ça »)

 

  • planifier et anticiper les transitions

 

  • ne pas prendre pour acquis que l’enfant va suivre toutes les règles tout le temps, sous prétexte qu’on les lui a déjà expliquées quelques temps auparavant et qu’on les a formulées de manière positive

 

  • souligner les succès et le respect des règles, même un petit succès, par un renforcement verbal positif (« merci, tu as… », « c’est agréable quand tu… « , « tu as réussi à… »)

 

  • passer les consignes par des phrases simples, courtes et les répéter autant de fois que nécessaires

 

  • s’assurer que les consignes sont comprises en les démontrant par des gestes et en demandant à l’enfant de refaire et/ou en posant des questions et en attendant que l’enfant confirme qu’il les a comprises (plutôt que « tu fais ça, d’accord ? », dire « tu te rappelles ce que tu vas faire ? »)

 

  • aller chercher derrière ce que l’enfant montre à voir s’il persiste dans le comportement inapproprié (un enfant ne « provoque » pas ses parents mais peut chercher son attention en prolongeant le comportement qui a fait réagir son parent, peut chercher à valider auprès de lui ce qui est bien interdit en reproduisant le geste en question, peut n’avoir pas compris les attentes, peut n’être pas capable physiquement et/ou émotionnellement de répondre aux attentes…)

 

  • montrer l’exemple en traitant les enfants comme nous voudrions qu’ils traitent les autres (accueil des émotions, respect, absence de menace et d’humiliation, communication positive…)

 

  • expliquer pourquoi les limites (sécurité, respect des autres…) et les règles (triche…) sont nécessaires en partageant notre inquiétude (pour leur sécurité par exemple)

 

  • détailler les attentes et les règles de sécurité (quoi ? où ? quand ?)

 

  • bien définir ce qui est un jeu et ce qui ne l’est pas (traverser la route n’est jamais un jeu, c’est dangereux et rappeler les règles dans un langage positif)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. La manière positive passe beaucoup mieux. C’est moins agressif pour l’enfant. D’ailleurs, la négation est très mal assimilé jusqu’à un certain âge. Si vous dites « Ne touche pas à la télécommande » , il y a de fortes chances pour que votre enfant retienne « touche à la télécommande ».

    C’est pareil quand on pose des règles avec les enfants, il y a 2-3 choses à savoir pour gagner en efficacité. Par exemple, définir les règles avec les enfants, ou bien faire seulement des règles concises. Pour des astuces plus complètes, visitez ce lien : https://www.parentalitezen.com/les-regles-de-la-maison/

    Pour en revenir à la formulation positive, si je vous dis « Ne penser pas à un oiseau », à quoi pensez-vous? 😉 Et oui, donc il vaut toujours mieux dire « Un peu de calme stp » plutôt que « Arrêtes de courrir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *