Nous pouvons éviter de nombreux conflits avec nos enfants en nous transformant nous-mêmes

4 pistes pour nous transformer nous-mêmes, gagner en conscience et éviter de nombreux conflits avec nos enfants

éviter conflits avec enfants

Thomas Gordon, auteur de Parents efficaces, propose plusieurs pistes pour travailler sur nous-mêmes et progresser vers une éducation respectueuse, consciente et coopérative.

1. S’aimer et s’accepter soi-même

Des études ont montré qu’il existe un lien direct entre la façon dont on accepte les autres et celle dont on s’accepte soi-même.

Les gens qui ne peuvent pas tolérer une grande variété d’attitudes et de comportements chez eux-mêmes trouvent habituellement difficile de tolérer une grande diversité de sentiments et de gestes chez les autres. – Thomas Gordon

Gordon nous incite à répondre à la question : Est-ce que j’aime vraiment la personne que je suis ?

Si la réponse est négative, on gagnerait à réexaminer notre propre vie et à trouver le moyen de s’épanouir et de tirer une plus grande satisfaction de nos propres réalisations.

Les parents qui sont satisfaits de leurs efforts autonomes non seulement s’acceptent eux-mêmes, mais aussi ne ressentent pas la nécessité de rechercher la satisfaction de leurs besoins à travers leurs enfants et leurs façons d’agir. Ils n’éprouvent pas le besoin de contrôler la personnalité et l’avenir de leurs enfants.

Gordon regrette que certains parents recherchent un symbole de prestige en « produisant » de « bons enfants » à cause d’une faible estime d’eux-mêmes en tant qu’adultes et une dépendance au regard d’autrui.

Nous gagnerions en tant que parents à nous engager dans un chemin de développement personnel et de connaissance de soi pour accompagner nos enfants de manière inconditionnelle.

 

2. Mieux se connaître

Mieux se connaître demande du temps et du travail sur soi. Progresser en conscience est douloureux, cela met les protections inconscientes à nu. Ce travail sur soi englobe plusieurs pans de nos vies :

  • reconnaître les émotions élastiques et les transmissions inter-générationnelles,
  • se défaire des conditionnements liés à l’éducation et à la société,
  • prendre conscience d’éléments de psycho-histoire et de la culture dans-laquelle nous baignons.

 

Ce travail peut passer par le fait de participer à des groupes de paroles autour de la parentalité (type Faber et Mazlish ou les ateliers Gordon), par le recours à une thérapie avec un professionnel, par le fait de lire des livres, d’échanger avec d’autres enfants de l’entourage…

 

3. Se poser la question : A qui appartiennent les enfants ?

Plus un parent est possessif, plus il croit avoir le droit de mouler son enfant d’une certaine façon, et plus il est par conséquent porté à ne pas accepter un comportement qui dévie de ses prescriptions. – Thomas Gordon

Gordon fait référence aux psychologues de la tendance humaniste : dans de saines relations, chaque personne permet à l’autre d’être autonome et distincte.

Un enfant a le droit de devenir ce qu’il est capable d’être, différent de ses parents ou des plans qu’ils ont tracés pour lui. Ce droit est tout à fait légitime et inaliénable. -Thomas Gordon

vos enfants ne sont pas vos enfants khalil gibran

4. Des croyances et des valeurs rigides ou ouvertes ?

Gordon écrit qu’il a été surpris de constater que les parents aux prises avec des problèmes graves dans leurs relations avec leurs enfants présentaient très souvent des attitudes rigides sur ce qui est bien ou mal. Il en conclut que plus une personne ressent une certitude absolue de la justesse de ses valeurs et de ses croyances, plus elle aura tendance à les imposer à ses enfants.

Quand les parents ont un système de croyances plus flexible, ils trouvent plus facile d’accepter qu’un fils porte les cheveux longs ou une fille fréquente un garçon d’une culture différente.

 

Mais ne peut-on pas alors transmettre nos valeurs ?

N’est-ce pas notre devoir de parents que d’éduquer les enfants selon nos valeurs et nos principes ?

Les parents ne peuvent pas faire autrement que d’enseigner leurs valeurs à leurs enfants; inévitablement, ceux-ci vont apprendre les valeurs de leurs parents en observant leurs agissements et en les écoutant parler. – Thomas Gordon

comment éviter conflits avec enfants

Les parents en tant qu’exemples

Si nous voulons que nos enfants accordent une valeur à l’honnêteté, nous devons faire preuve d’honnêteté à tout instant. Idem pour la générosité, l’altruisme, la non violence, le sens éthique ou toutes les valeurs que vous voulons transmettre.

 

Les parents en tant que consultants

Gordon estime qu’une position de consultant est une autre approche efficace pour transmettre des valeurs. Nous pouvons faire part de nos expériences à nos enfants et leurs communiquer nos idées, nos connaissances. Mais cette approche ne réussit que sous certains conditions :

  • le parent expose (il ne prêche pas)
  • le parent offre une vision (il n’impose pas)
  • le parent suggère (il ne commande pas)
  • le parent est ouvert à discussion et débat (il ne contrôle pas les pensées et les idées)
  • le parent respecte (il n’insiste pas ou n’humilie pas s’il y a désaccord)
  • le parent pratique l’écoute active et reflète les émotions en cas de résistance ou de défense de l’enfant

 

Accepter ce qu’on ne peut pas changer

Gordon écrit qu’un parent ne peut qu’accepter car ce dernier n’a pas le pouvoir d’empêcher l’enfant de faire ce que ce dernier est déterminé à accomplir.

On ne peut pas attacher un enfant ou un ado à son lit pour l’empêcher de fumer, de sortir avec des copains; il est impossible de faire étudier quelqu’un malgré lui; un père ne peut pas s’asseoir sur le siège arrière de la voiture chaque fois que sa fille sort…

C’est peut-être là un des prix à payer pour être parent : nous pouvons faire de notre mieux et espérer que tout aille bien, mais il se peut que nos efforts soient couronnés d’un succès partiel.

Par ailleurs, la vie est faite de mouvements : rien n’est jamais figé. Un garçon qui fume à 15 ans ne sera pas nécessairement un gros fumeur à l’âge adulte; une fille qui met des mini jupes au lycée ne tournera pas forcément mal; un ado qui rate son bac peut très bien s’intégrer dans la vie professionnelle avec succès…

De même, les relations ne sont pas figées et la relation parents/enfants peut toujours être rétablie avec des efforts, de l’humilité, du travail sur soi, des excuses parfois, de nouveaux outils de communication.C’est aussi une question de volonté, de sagesse et d’acceptation du changement. Nos enfants nous montrent souvent la voie…

……………………………………………………………………………………………

Source : Parents efficaces : les règles d’or de la communication entre parents et enfants de Thomas Gordon. Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Parents efficaces sur Amazon.

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.