5 mesures de prévention des abus sexuels à partager avec les enfants

5 mesures de prévention des abus sexuels à partager avec les enfants

On peut engager des réflexions avec les enfants autour des notions de consentement, de désirs et de maîtrise du corps à partir de ces 5 affirmations.

  • 1. Tu es le seul maître de ton propre corps/ la seule maîtresse de ton corps. Tu as le droit de dire NON ou STOP si tu n’aimes pas la manière dont ton corps est traité. Tu n’es pas obligé.e de faire des câlins, des bisous ou d’être touché.e si tu n’en as pas envie (même pas pour dire bonjour, il existe d’autres manières de saluer quelqu’un).

  • 2. Tu ne peux pas regarder, toucher ou jouer avec les parties intimes de quelqu’un d’autre. Et personne ne peut regarder, toucher ou jouer avec tes parties intimes.

Dans ce deuxième point, la notion de consentement est primordiale.

Pour aller plus loin : 10 phrases pour aider les enfants à mettre en pratique la notion de consentement

  • 3. Personne ne devrait t’obliger à garder un secret, surtout si ce secret te rend triste ou te fait peur.

  • 4. Tu peux utiliser les mots corrects pour parler des parties intimes. Elles ne sont ni drôles ni bizarres.

Lire aussi : Sexualité et questions intimes : un sujet crucial à aborder avec les enfants… comment gérer les points et questions délicats ?


  • 5. Tu peux faire une liste de 5 personnes en qui tu as confiance et à qui tu peux parler si tu as peur, si tu es triste ou que tu t’angoisses pour quelque chose, surtout si cela concerne ton corps. Si quelqu’un te force à faire quelque chose avec ton corps qui te met mal à l’aise, tu pourras le dire à l’une de ces personnes. Il n’est jamais trop tard pour le dire, même si cela s’est passé il y a quelque temps.

Un ouvrage spécialement destiné aux enfants pour aborder ces points : Qui s’y frotte s’y pique ! ou Comment Mimi a appris à dire NON ! (un livre de prévention sur les abus et les dangers liés au corps des enfants)

qui s'y frotte s'y pique livre abus sexuel enfant

Source : HUSHeducation – RSE and Body Safety Education (traduction libre)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sandrine Géneau dit :

    Bonjour. Je m’interroge sur le deuxième point. « Tu ne peux pas regarder, toucher ou jouer avec les parties intimes de quelqu’un d’autre. Et personne ne peut regarder, toucher ou jouer avec tes parties intimes. » J’ai entendu mon fils âgé de quatre ans, dans sa chambre, avec deux amies âgées de six ans (deux jumelles) se montrer leurs fesses et leur sexe chacun leur tour. Ils riaient. J’ai même entendu « Oh, c’est beau ! ». Est-ce que vous pensez que la découverte du corps de l’autre ne doit être autorisée qu’à partir de l’adolescence ?

    • Caroline dit :

      Bonjour

      au départ, j’avais mis avec ton consentement, puis en entre parenthèse et finalement, je l’ai enlevé… Ce qui est central ici est la question de consentement je crois. J’ai fini par l’enlever car le consentement peut être « acheté » (par des cadeaux, par des menaces, par du harcèlement…). Céder (sous la contrainte, sous la menace…) n’est pas consentir :(.
      A partir du moment où il y a un consentement plein et entier, je crois qu’il ne faut pas diaboliser ces gestes au risque de rendre les questions autour de la sexualité taboues.

      C’est pour cette raison que j’ai mis le lien vers un autre article dans lequel je développe ces notions : Répondre aux questions intimes des enfants.

      Je développe également la notion de consentement dans cet autre article .

      J’espère avoir répondu à vos interrogations.

      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *