3 exercices faciles de psychologie positive pour les enfants

3 exercices faciles de psychologie positive pour les enfants 

citation psychologie positive enfants

1. Le processus NUM : surmonter les pensées négatives

Le Dr Boniwell, docteur en psychologie et auteur du best seller Introduction à la psychologie positive, a développé un processus en 3 étapes pour aider les enfants à reconnaître et surmonter leurs pensées négatives.

NUM est un acronyme qui signifie : N = Notice (repérer); U = Understand (comprendre); M = Manage (prendre en charge).

. N = Remarquer quand une pensée négative surgit dans le cerveau

Les enfants sont invités à porter un bracelet élastique et à le faire claquer à chaque fois qu’ils éprouvent une pensée négative. Cela permet de prendre conscience de cette pensée, de la remarquer. Cette première étape ouvre la possibilité de s’intéresser à cette pensée et de la comprendre.

 

. U = Comprendre la pensée négative

Une fois la pensée identifiée et conscientisée grâce à l’élastique, l’enfant pourra se pencher sur elle :

– quelle est cette pensée ?

– d’où vient-elle ? 

quel est le déclencheur ?

– pourquoi émerge-t-elle à ce moment précis ?

–  que va-t-il se passer si elle n’est pas tue ?

. M = Chasser la pensée négative

3 manières de chasser les pensées négatives sont proposées en fonction des préférences de l’enfant et des possibilités matérielles :

L’intervention active : l’exercice physique, et plus particulièrement la course à pied, est recommandé.

L’intervention calmante : la méditation de pleine conscience est une excellent manière de faire taire les pensées négatives envahissantes.

Si vous voulez vous lancer dans la méditation de pleine conscience avec vos enfants ou vos élèves, je vous conseille :

calme et attentif comme une grenouille enfant

– L’intervention de la raison : relativiser, raisonner, insister sur le côté temporaire, considérer les aspects positifs. Le Dr Boniwell prévient que ce dernier point est le moins efficace mais peut cependant convenir à certains enfants.

 

2. Le perroquet dans la tête : apprivoiser la petite voix intérieure

Quand on devient conscient des processus cognitifs à l’œuvre dans notre cerveau à un moment précis, on a le pouvoir de modifier les répercussions émotionnelles de ce moment sur nous-mêmes. Ainsi apprendre à un enfant à identifier les processus cognitifs en jeu dans sa tête en fonction des situations auxquelles il est exposé est un atout pour la vie.

 

Le Dr Boniwell propose aux enfants de prendre conscience de leur petite voix interne en ayant recours à l’image d’un perroquet posé sur leur épaule. Ce perroquet peut avoir des intentions plus ou moins bien attentionnées quand il commente les événements :

  • culpabiliser (« c’est de ta faute »)
  • juger (« ce n’est pas juste »)
  • se lamenter (« tout le monde est contre moi »)
  • s’inquiéter (« mais qu’est-ce que ma mère va dire/ mes copains vont dire ? »)
  • rabaisser (« je suis inutile »)
  • feindre l’indifférence (« je m’en fiche »)

Les enfants sont alors entraînés à identifier le type de perroquet qui parle, à considérer si ce que le perroquet dit est vrai ou faux en fonction de preuves objectives (du passé par exemple) et à trouver des alternatives aux affirmations fausses du perroquet. Cette démarche permet à l’enfant de se réapproprier une vision correcte et objective de la réalité.

 

3. Les quatre muscles de la résilience : rebondir après un choc

Être entouré de personnes bien attentionnées et bienveillantes

Ce travail commence par nous-mêmes en tant que parents ou enseignants et peut prendre ces formes-là :

  • s’engager dans une éducation positive,
  • pratiquer l’écoute active,
  • communiquer de manière non violente,
  • apprivoiser sa propre colère,
  • construire une autorité saine,
  • être bienveillant envers soi-même.

 

 Connaître ses forces

L’enfant qui sait répondre à la question « en quoi suis-je doué(e) ? » aura plus de chance de se focaliser sur le positif.

Cela ne passe pas nécessairement par les notes scolaires, mais aussi par des choses pour lesquelles l’enfant est reconnu par ses copains (une chose pour laquelle ses copains lui demandent de l’aide ou son avis par exemple), des choses pour lesquelles il a été distingué (par exemple lors d’une compétition sportive ou d’un concert), des choses qu’il fait bien faire facilement et naturellement (par exemple, faire des gâteaux, dessiner des oiseaux, jardiner…).


C’est ce que Ken Robinson appelle l’élément : l’Élément est le point de rencontre entre nos talents naturels et nos passions. L’Elément présente ces deux composantes principales : les dons et dispositions naturelles (je sais ce que je peux faire) et les passions (j’adore ce que je veux faire) et repose sur deux conditions : l’attitude (je veux vraiment le faire) et l’opportunité (comment y parvenir ?).

 

 

Pouvoir s’appuyer sur des preuves du dépassement des obstacles dans le passé

Tous les enfants vivent des réussites dans un domaine ou un autre (école, sport, activité artistique, jeux vidéo, cuisine…).

Essayez au maximum d’immortaliser les réussites de votre enfant en photo. Vous pourrez coller ces photos dans un album de réussite en rappelant la date et les ressentis associés à ce moment (les siens et les vôtres en tant que parent).

Votre enfant sera alors heureux que vous donniez de l’importance à sa victoire.

Et quand il sera triste, déçu, découragé, démotivé par un échec ou une erreur, ce sera le moment de ressortir l’album des réussites pour lui rappeler toutes les prouesses qu’il est capable de réaliser.

« C’est cet enfant qui a appris à faire du vélo à 4 ans/ à lacer ses chaussures à 5 ans/ qui a marqué le but de la victoire au dernier match/ qui a aidé sa copine à se relever quand elle est tombée…  qui doute et qui pense qu’il ne va pas y arriver ? »

 

Intégrer les émotions positives dans la vie de tous les jours

Plusieurs manières d’apporter des émotions positives au quotidien sont possibles :

  • les 3 plaisirs du soir : raconter les 3 meilleurs moments de la journée au moment du repas ou du coucher

Voir le livre 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber

 

  • un objet ressource : associer des pensées agréables à un objet toujours à disposition.

Dans l’objet sont ancrées les sensations de bien-être liées à un moment ou un endroit particulièrement agréable. Ressortir cet objet permet de se reconnecter dans la pensée et dans le corps aux émotions agréables « gravées » dans cet objet.

L’application concrète dans cet article :  Le galet ressource

 

  • des questions pour stimuler les émotions agréables 

De quoi es-tu particulièrement fier(e) ? 

Qu’as-tu vu de beau aujourd’hui ? Devant quoi t’es-tu émerveillé(e) ?

A qui as-tu souri ? Qui t’a souri ? 

Qu’est-ce qui t’a fait rire ? 

Qu’est-ce que tu as créé de tes mains ? 

Qui as-tu aidé ? Qui t’a aidé(e) ? 

Qu’as-tu fait pour la première fois ? 

Qu’est-ce que tu as fait d’original ?

 

  • la « douche chaude »

Réalisable en classe ou en famille : un enfant est invité à s’asseoir au centre d’un cercle formé par les membres de la famille ou de la classe. Il ferme les yeux et chacun à leur tour, les autres sont invités à lui dire au creux de l’oreille ce qu’ils trouvent de positif chez lui, à souligner ses points forts et ses réussites, les moments où il a contribué à rendre leurs vies meilleures.

 

  • des jeux en famille

5 idées pour cultiver le bonheur en famille : Psychologie positive en famille : 5 jeux pour cultiver le bonheur et l’harmonie familiale

la psychologie positive en famille

……………………………………………………………………………………………………………………….

Mon conseil lecture : Éduquer les enfants avec la psychologie positive (de Julie Bazinet) aux éditions Jouvence

Commander Eduquer les enfants avec la psychologie positive sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Carhy dit :

    ❤️❤️❤️❤️❤️ ça a l air un peu prenant pour qui n a pas L habitude mais tellement efficace j’conseillerais tout de même aux ADULTES d’enfiler le bracelet

  1. 4 janvier 2016

    […] > 3 exercices faciles de psychologie positive pour les enfants […]

  2. 1 mars 2016

    […] pratiquer la psychologie positive – des exemples d’exercices de psychologie positive à l’école et à la maison […]

  3. 7 mars 2016

    […] 3 exercices faciles de psychologie positive pour les enfants […]

  4. 9 octobre 2016

    […] 3 exercices faciles de psychologie positive pour les enfants […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *