Quand il/elle fait encore pipi au lit

Quand il/elle fait encore pipi au lit

Dans son livre Il me cherche, Isabelle Filliozat traite du thème de l’énurésie.

L’énurésie nocturne est une affection caractérisée par la survenue pendant le sommeil de mictions involontaires et inconscientes chez l’enfant de plus de cinq ans ou l’adulte (source Wikipedia).

Isabelle Filliozat donne quelques chiffres :

7% seulement des enfants n’ont jamais fait pipi au lit. 

15% à 20% des enfants de 5 ans le font encore. 

A 10 ans, ils sont encore 6% et plus de 2% à l’âge de 15 ans. 

On peut lire sur le site de l’Assurance Maladie que l’énurésie peut avoir plusieurs origines :

  • un retard dans le processus naturel de maturation de la vessie. Le trouble disparaît souvent lorsque ce retard est rattrapé ;
  • une production trop importante d’urine au cours de la nuit due à une baisse de production de l’hormone anti-diurétique ;
  • une vessie plus petite que la moyenne ;
  • un retard dans le développement de la zone du cerveau qui contrôle les sphincters : quand l’activité cérébrale consciente est débranchée, le contrôle n’est plus suffisant pour éviter les accidents, surtout en cas de fatigue ou de stress ;
  • une intolérance alimentaire ;
  • des facteurs génétiques : dans 30 à 60 % des cas, il existe d’autre cas dans la famille ascendante ;
  • des difficultés de réveil nocturne : l’enfant se réveille difficilement en milieu de nuit ;
  • des facteurs liés aux conditions de la naissance (prématurité, etc.).
  • un passage régressif ou un élément stressant, en relation avec un événement : naissance d’un nouvel enfant, départ d’un proche, maladie dans la famille, échec scolaire…
  • plus rarement, elle peut être un symptôme de diabète de type 1

Le stress aggravant le problème, surtout ni culpabilisation, ni punition mais amour et sécurité seront les préliminaires pour aller plus loin et tenter d’identifier le stress à l’origine du symptôme. – Isabelle Filliozat

 

pipi au lit enfant

Illustration : Il me cherche (Editions Lattes)

5 pistes pour accompagner les enfants qui font pipi au lit

1. Remplir leur réservoir d’amour

Isabelle Filliozat conseille de dédramatiser : ce n’est ni de la faute des parents, ni celle de l’enfant.

Il est possible d’expliquer à l’enfant que son cerveau s’est bien développé dans certaines zones (et en profiter pour nommer ses compétences et ses réussites), et moins dans d’autres pour l’instant. Souligner l’aspect temporaire de la situation et ne pas douter qu’il finira par réussir à maitriser sa vessie le réassurera.

En attendant, les couches grandes tailles et les alèses faciliteront la transition. Il est également possible de laisser un drap sec, une serviette sèche et/ou un pyjama sec facilement accessibles en pleine nuit dans sa chambre.

 

2. Nourrir et stimuler la maturation cérébrale

– Des exercices cérébraux pour accompagner le développement de toutes les zones du cerveau

Tous les sports impliquant des mouvements gauche/ droite mobilisent les deux hémisphères cérébraux (course à pieds, gymnastique, arts martiaux, escrime).

La pratique d’exercices de Brain Gym peut également être bénéfique.

> Lire cet article pour un détail de cette approche et des exercices : Brain Gym® , l’importance du corps pour apprendre

Stimuler la main non dominante lors de gestes quotidiens (se brosser les dents avec la main gauche quand on est droitier, manger avec la main droite quand on est gaucher…)

Des exercices physiques conçus spécialement pour aider au développement du cerveau : main sur les hanches, tête droite, yeux fermés, monter et descendre quelques marches d’escaliers (d’abord 3 marches, puis 5, puis 7), trois fois, trois fois par jour. Le faire ensuite en marche arrière.

 

– Une modification de l’alimentation

Prendre conscience en famille des méfaits du sucre et des additifs alimentaires sur le développement des enfants aide à les éliminer de l’alimentation.

> Voir cette vidéo pour approfondir :

sucre enfants filliozat

 

Le cerveau a besoin d’une nourriture variée et équilibrée, avec le moins de polluants et de perturbants hormonaux possibles. Isabelle Filliozat conseille donc de :

  • augmenter la consommation de fruits, de légumes, d’huile de première pression à froid et de poisson gras,
  • cuire à basse température pour ne pas détruire les vitamines,
  • supprimer les produits chimiques et les additifs alimentaires,
  • diminuer le sucre et supprimer les sucres blancs,
  • réduire les farines blanches, pain blanc, pâtes blanches,
  • assurer des petits déjeuners complets, riches en protéines et glucides complexes (pain complet, céréales complètes, oeuf, jambon…),
  • déterminer par des analyses sanguines si des suppléments en vitamines ou en oligo-éléments sont nécessaires.

 

3. Satisfaire le besoin de liberté et de pouvoir personnel

L’enfant pourra choisir lui-même de mettre une couche ou non.

La responsibilisation nourrit le sentiment d’estime de soi, estime d’autant plus fragile que les enfants sont « différents » et peut-être sujets à moquerie. Cette responsibilisation pourra passer par le fait d’enseigner à changer les draps mouillés et à les mettre à la machine seul.

 

4. Identifier les éventuelles sources de stress

Les réponses à certaines questions pourront donner des pistes sur les causes des petits accidents de pipi au lit :

  • qu’est-ce qui pourrait être difficile à vivre en ce moment pour lui ?
  • y-a-t-il certaines émotions qu’il n’exprime jamais, et qui pourraient être refoulées et à l’origine de son stress ?
  • y-a-t-il de la pression dans la famille, des soucis ?
  • y-a-t-il eu un changement, un événement important ?

 

5. Faire preuve de patience

Les tableaux de récompenses ou de punitions (type nuage/soleil) ne sont pas adaptés. Faire preuve de patience valorise bien plus et est bien plus éducatif que mille récompenses ou punitions.

 

Pour aller plus loin : http://www.ameli-sante.fr/pipi-au-lit-enuresie/que-faire-en-cas-de-pipi-au-lit-enfant.html

Si la situation perdure, il est indiqué de consulter un médecin. 

……………………………………………………………………………………………………..

Source : Il me cherche d’Isabelle Filliozat

Commander Il me cherche sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. dumont dit :

    très bon article , voila un bon produit pour les plus grand les couches libéro junior + de 25kg que l’on trouve dans les Centres Leclerc à prix Discount .

  2. NRP dit :

    Bonjour, notre fille de 4 ans et demi fait encore pipi au lit en première partie de nuit même si elle va sur le toilette avant de se coucher. Nous lui avons retiré les couches il y a peu parce que ça lui provoquait des démangeaisons et des plaques sur les fesses. Mon mari la lève et la met sur les toilettes autour de 22h, elle se rendort sans problème (elle n’ai pas vraiment réveillée d’ailleurs) et elle ne fait plus pipi au lit après ça. Pensez-vous que ça puisse aider à lui apprendre à se contrôler ? Je ne suis pas sûre qu’elle se rende compte que c’est parce qu’on la lève qu’elle ne fait pas pipi. Le matin elle se réveille contente de ne pas avoir fait au lit…

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour votre message que je prends comme un témoignage de confiance. Avant de vous répondre, je tiens à préciser que je ne suis ni psychologue, ni médecin ni coach parentale (juste une maman enseignante qui lit beaucoup 🙂 ). Les quelques pistes que je peux évoquer sont donc à prendre comme des « conseils d’amie » :).

      Vous semblez avoir trouvé une solution qui vous convient à tous. Peut-être que vous pouvez juste lui parler doucement quand vous l’emmener aux toilettes vers 22h en lui disant que vous allez l’y emmener pour qu’elle fasse pipi puis que vous allez la recoucher. Au moment où elle est sur les toilettes, vous pouvez l’accompagner par des paroles : « là, c’est la nuit et tu es en train de faire pipi dans les toilettes. » A voir si elle s’en souvient le matin du coup. Cela pourrait peut-être l’aider à devenir plus autonome au fil du temps.

  3. Valentine dit :

    Faire travailler la main non dominante, ça marche!!!
    je m’explique: ma fille de 7ans 1/2 a toujours fait pipi au lit, toutes les nuits… Nous avons essayé beaucoup de choses différentes, rien n’y faisait…
    Il y a 6 semaines, elle s’est cassé le coude droit, dans le plâtre, elle a été obligée de se servir de la main gauche (elle est droitière) après 5 jours de plâtre, fini! Plus de pipi au lit!
    Depuis 5 semaines, 2 malheureux petits accidents, c’est tout
    Je ne propose bien évidemment pas de casser le bras des enfants souffrant d’énurésie!! Mais de les inciter à utiliser leur autre main!
    Nous avons tellement galerer avec ça, que je voulais partager notre expérience

  1. 18 août 2017

    […] Quand il/elle fait encore pipi au lit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *