Qu’appelle-t-on triangle dramatique (victime, persécuteur, sauveteur) ?

Qu’appelle-t-on triangle dramatique (victime, persécuteur, sauveteur) ?

Dans son livre Sortir du triangle dramatique, Bernard Raquin explique en quoi consiste le triangle dramatique de Karpman.

Le triangle dramatique est un jeu psychologique, c’est-à-dire un scénario pratiqué inconsciemment et qui peut se répéter tout au long de la vie s’il n’est pas conscientisé. Le jeu psychologique est un système de comportements si codifiés et habituels qu’ils en paraissent naturels. Dans un échange/ une relation, si un des protagonistes opte pour un des rôles du triangle dramatique, les réactions se déclenchent automatiquement. Les partenaires se manipulent eux-mêmes et l’un l’autre.

Ce jeu psychologique nous offre le choix entre trois positions inconfortables, limitantes et douloureuses :

  • être une victime

La victime se sent impuissante et irresponsable et espère que quelqu’un soulagera son malaise interne. Quand on endosse le rôle de victime, on cherche à dominer en apitoyant autrui (je suis faible et on doit m’aider).

La victime est davantage tournée vers elle-même, se sent impuissante et compte sur les autres pour régler ses problèmes ou ceux de la société.

  • être un persécuteur (une persécutrice)

Le persécuteur fait souffrir autrui pour tenter de canaliser ses propres peurs et douleurs. Quand on endosse le rôle de persécuteur, on tente de s’imposer ouvertement (je dois leur dire comment il faut être et agir car je sais mieux et j’ai raison).

Le persécuteur est dans l’action mais dans un rôle de redresseur de torts, de justicier, de donneurs de leçons.

  • être un sauveteur (une sauveteuse)

Le sauveteur vole au secours d’autrui (même quand autrui n’a rien demandé) pour son propre bien (parfois au détriment de celui d’autrui). Quand on endosse le rôle de sauveteur, on cherche à dominer en se rendant indispensable (les autres sont faibles, je dois les aider).

Le sauveteur est tourné vers les autres et est dans l’action (ou parfois seulement l’intention d’action).

triangle dramatique analyse transcationnelle

Source : Sortir du triangle dramatique, Bernard Raquin

 

Le triangle dramatique a été nommé ainsi par Karpman en relation avec de qu’Eric Berne, père de l’analyse transactionnelle, appelle les quatre mythes :

  1. J’ai le pouvoir de rendre les autres heureux (sauveteur en recherche d’une victime)
  2. Les autres ont le pouvoir de me rendre heureux (victime en attente d’un sauveteur)
  3. J’ai le pouvoir de rendre les autres malheureux (persécuteur en recherche d’une victime)
  4. Les autres ont le pouvoir de me rendre malheureux (victime en attente d’un persécuteur)

Les trois rôles du triangle dramatique sont douloureux et source de conflits. Chacun d’entre nous peut les jouer tous les trois en fonction du contexte, des personnes en interaction et des circonstances.

triangle dramatique karpman

Source : Sortir du triangle dramatique, Bernard Raquin

Si un partenaire ou interlocuteur endosse l’un de ces rôles, nous aurons de grandes chances d’être entraînés dans le triangle dramatique. Le problème est qu’un fois entrés dans le triangle, chacun navigue entre ces trois rôles sans trouver la porte de sortie.

Comment faire la différence entre de vraies motivations et un jeu psychologique relevant du triangle dramatique ?

Pour Bernard Raquin, le critère doit être les faits occasionnels et l’objectivité dans les propos tenus. Il est parfois nécessaire de vouloir rétablir l’ordre, de vouloir être aidé ou de vouloir aider, sans pour autant dénigrer l’autre.

Ainsi, un policier ne joue pas de rôle quand il dit : « Vous rouliez à 160km/h, vous saviez ce que vous encouriez » mais endosse le rôle de persécuteur quand il dit : « Les gens comme vous, on devrait les mettre en prison ! ».

Comment éviter d’entrer dans le triangle dramatique ?

Bernard Raquin propose plusieurs pistes :

  • observer nos pensées pendant quelques semaines et les dialogues autour de nous pour y détecter les jeux psychologiques et les rôles endossés par nous-même et notre entourage
  • prendre la responsabilité d’exprimer clairement ce que nous souhaitons ou refusons
  • laisser libres les autres d’accepter ou refuser nos demandes et offres sans s’en prendre à eux
  • engager des discussions gagnants-gagnants où chacun peut exposer ses besoins afin de trouver une solution qui convienne à chacun
  • ne parler que du problème actuel de manière objective (les faits) en restant au plus près des faits sans s’en prendre à l’identité de l’interlocteur.trice
  • éviter les sous entendus
  • reconnaître nos torts et ne pas profiter des excuses pour persécuter
  • éviter les reproches, critiques, jugements
  • ne pas psychologiser (faire de la psychologie de comptoir) ni généraliser ou théoriser
  • dire ce que nous souhaitons (plutôt que ce dont nous ne voulons pas) en adoptant un langage positif d’action
  • faire des suggestions (« et si… que dirais-tu ? ») plutôt que des reproches ou des ordres (« tu devrais… ») tout en acceptant que l’autre n’y soit pas réceptif
  • accuser réception de ce que dit l’autre et soit en tenir compte, soit marquer son désaccord sans culpabiliser (ni nous-même ni l’autre) ni rabaisser
  • cesser d’attendre que les autres ou la vie soient conformes à nos désirs
  • en cas de rôle prépondérant de sauveteur, n’aider que si l’autre formule clairement son besoin d’aide
  • en cas de rôle prépondérant de persécuteur, renoncer à punir l’autre de ce qu’il dit ou est et à juger les autres
  • en cas de rôle prépondérant de victime, ne pas se plaindre des choses qui ne peuvent pas être changées par nos soins et prendre la responsabilité de nos émotions

Je trouve cette approche très complémentaire avec la Communication Non Violente. Avec le processus en 4 étapes de la Communication Non Violente, on peut désamorcer les tentatives de mise en place du triangle dramatique.

intelligence émotionnelle école

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Source : Sortir du triangle dramatique : Ni persécuteur ni victime ni sauveteur de Bernard Raquin (éditions Jouvence)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *