Que se passe-t-il quand nous anesthésions notre vulnérabilité ?

La vulnérabilité : notre plus grande force vitale. Pourquoi cherchons-nous à l’éviter à tout prix ?

Dans cette conférence poignante et renversante, Brené Brown, chercheuse en sciences humaines, nous éveille sur le pouvoir de la vulnérabilité.

La vulnérabilité est au cœur de la honte et de la peur et de notre problème d’estime de soi, mais il semble que ce soit aussi la source de la joie, de la créativité, du sentiment d’appartenance, de l’amour. – Brené Brown

Le pouvoir de la vulnérabilité

Brené Brown a constaté au cours de ses recherches en sciences humaines que nous anesthésions la vulnérabilité. Nous vivons dans un monde vulnérable. Et l’une des façons dont nous traitons ce problème, c’est d’anesthésier la vulnérabilité.

Pourtant, au cours de ces mêmes recherches, elle a découvert que se montrer vulnérable est la condition d’un fort sentiment d’amour et d’appartenance, source d’un bonheur durable.

Pour pouvoir entrer en relation avec les autres, nous devons nous montrer tel.le.s que nous sommes, vraiment tel.le.s que nous sommes et accepter de nous aimer tel.le.s que nous sommes, imparfait.e.s et vulnérables.

Le courage d’être imparfait.e engendre la compassion nécessaire pour être gentil.le.s, tout d’abord avec nous-mêmes, puis avec les autres, car, à ce qu’il semble, nous ne pouvons faire preuve de compassion envers les autres si nous sommes incapables d’être gentil.le.s envers nous-même.

Que se passe-t-il quand nous anesthésions notre vulnérabilité ?

Nous ne pouvons pas anesthésier ces sentiments pénibles sans anesthésier en même temps les affects, nos émotions.


Nous ne pouvons pas anesthésier de façon sélective. Alors quand nous anesthésions les émotions, nous anesthésions aussi la joie, nous anesthésions la gratitude, nous anesthésions le bonheur.

Et nous nous retrouvons malheureux.ses, et nous cherchons un but et un sens à nos vies, et nous nous sentons vulnérables, alors nous prenons quelques bières et un muffin au chocolat… et cela devient un cercle vicieux.

Pourquoi alors sommes-nous si nombreux et nombreuses à anesthésier notre vulnérabilité ?

Eviter la vulnérabilité est une façon de se décharger de la douleur et de l’inconfort. Nous perfectionnons tout.

Brené Brown nous conseille d’accepter de nous montrer vraiment, d’oser la vulnérabilité et l’authenticité, d’aimer de tout notre cœur, même si il n’y a aucune certitude, de nous exercer à la gratitude et à la joie même dans ces moments de terreur, de croire que nous sommes bien comme nous sommes.

Juste pouvoir s’arrêter et, au lieu de s’imaginer les catastrophes qui risquent d’arriver, de dire :  » Je suis simplement reconnaissant.e, parce que me sentir si vulnérable signifie que je suis vivant.e. ». – Brené Brown

Quand nous écoutons la petite voix qui nous dit :  » Je suis bien comme je suis « , alors nous arrêtons de hurler, et nous commençons à écouter, nous devenons plus gentil.le.s et plus doux.ce avec notre entourage, et nous sommes plus gentil.le.s et plus doux.ces avec nous-mêmes.

Nous méritons tous et toutes amour et appartenance car nous sommes tous et toutes imparfait.e.s et conçu.e.s pour avoir des problèmes.

…………………………………………………………………………………

Pour aller plus loin : 3 exercices pour dépasser la honte

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *