Pourquoi demander « pourquoi ? » aux enfants est inefficace pour les faire parler !

« Pourquoi te sens-tu comme ça » : en quoi cette question est inefficace pour faire parler les enfants

Votre enfant a du mal à vous répondre quand vous lui poser des questions qui commencent par « Pourquoi ?« . Voici quelques débuts d’explication :-).

Plusieurs auteurs se rejoignent sur ce point : il vaut mieux éviter les Pourquoi ? quand on cherche à comprendre les émotions d’un enfant.

Ecouter revêt deux dimensions :

  • prêter une oreille attentive,
  • aider l’enfant à exprimer sa vérité.

Ecouter ne veut pas forcément dire questionner :-). Dans la plupart des cas, l’enfant ne connaît pas les motivations réelles et inconscientes de ses émotions, et notamment de sa peur.

Les questions qui commencent par Pourquoi ? (comme Pourquoi as-tu peur ? Pourquoi es-tu en colère ? Pourquoi te sens-tu comme ça ?) sont à éviter pour comprendre ce qui motive les émotions des enfants. En ce sens, Filliozat, Faber et Mazlish et Gordon se rejoignent.

Le « pourquoi » a tendance à être perçu comme intrusif et culpabilisant.

Faber et Mazlish écrivent que la question Pourquoi ? ne fait que s’ajouter à leurs problèmes. En plus de leur détresse initiale, ils doivent maintenant en analyser la cause et fournir une explication raisonnable.

Très souvent, les enfants ne savent pas pourquoi ils se sentent de telle ou telle façon.

A d’autres moments, ils sont réticents à en parler parce qu’ils craignent que leur raison ne soit pas assez bonne aux yeux des adultes : Tu pleures pour ça ? .


Par ailleurs, l’enfant n’a peut-être pas envie que l’adulte règle son problème et ne veut donc pas lui communiquer ses raisons.

L’enfant sera plus à même de parler à un adulte qui accueille et accepte ce qu’il ressent qu’à un autre qui l’interroge pour obtenir des explications ou des justifications.

Faber et Mazlish conseillent de décrire comment se sent l’enfant « Je vois que quelque chose t’attriste » plutôt que de poser des questions comme « que s’est-il passé ? » ou « pourquoi te sens-tu comme ça ? ».

 


 

Pour aller plus loin :

8 étapes pour accompagner les peurs des enfants

Quand une émotion en cache une autre : comment les décoder ?

6 réactions bienveillantes face aux mensonges des enfants

Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *