15 propositions pour remplacer « c’est bien » et « tu es intelligent » (encourager plutôt que complimenter)

15 propositions pour remplacer « c’est bien » et « tu es intelligent » (encourager plutôt que complimenter)

Jane Nelsen, auteure de La discipline positive, insiste sur les 5 manières d’utiliser l’encouragement de façon efficace :

  • Développer le référentiel interne (« JE l’ai fait », « JE suis fier.e de moi », « JE suis allée.e au bout »)
  • Le temps dédié : l’importance d’être connecté pour encourager efficacement
  • Le geste d’affection : établir un lien
  • Créer une relation de respect mutuel et de confiance
  • Changer de regard sur les « bêtises » et les erreurs : plutôt parler de maladresses et d’apprentissages

L’encouragement efficace atteint le coeur avant d’atteindre la tête. – Jane Nelsen

Carol Dweck, psychologue américaine, insiste quant à elle sur l’importance de cultiver un état d’esprit de développement chez les enfants (« growth mindset ») plutôt qu’un état d’esprit fixe. Être qualifié.e d’adjectifs aussi positifs et valorisants soient-ils ne donne pas à l’enfant la conviction qu’il peut agir, prendre des initiatives pour changer et contrôler la manière dont il est perçu.

Carol Dweck a d’ailleurs mené une étude aux Etats-Unis au cours de laquelle elle a montré qu’un seul compliment maladroitement formulé (en insistant sur les capacités intellectuelles fixes : « Bravo, tu as bien réussi, tu es tellement intelligent » plutôt que sur le processus intellectuel : « Tu as réussi, tu as dû beaucoup réfléchir et essayer plusieurs fois avant d’y arriver ») a suffi à rendre certains enfants peu sûrs d’eux au point de mentir pour se conformer à leur statut d’enfants intelligents.

Porter notre attention sur les efforts et le processus, ainsi que faire des remarques descriptives sur le résultat (les couleurs, les formes, l’intention de l’enfant) n’a pas le même effet que porter un jugement sur le résultat (un joli dessin, une belle peinture…) ou une étiquette sur l’enfant (intelligent.e, doué.e…).

Les enfants ont besoin de bien plus que des félicitations :

  • un accompagnement de leur joie à eux,
  • une attention portée à leurs sentiments, une validation de leurs émotions,
  • de l’admiration pour les efforts et la réussite qui en découle.

Jane Nelsen nous invite donc à distinguer l’encouragement et le compliment. Dans son livre La discipline positive, elle propose plusieurs questions qui nous aideront à différencier encouragement et compliment :

  • est-ce que ce que je dis pousse l’enfant à s’auto évaluer, ou au contraire à être dépendant de l’évaluation d’autrui ?
  • suis-je respectueux.se ou bien condescendant.e ?
  • est-ce que je me place du point de vue de l’enfant ou seulement du mien ?
  • est-ce que je ferais ce commentaire à un ami ?

Voici 15 propositions qui prennent en compte ces points pour exprimer des encouragements plutôt que des compliments :

  1. Tu l’as fait tout.e seul.e.
  2. Tu as fait ça puis ça et ça a fonctionné.
  3. Tu as utilisé beaucoup de peinture/ légos/ feutres rouges/ verts…
  4. Ça t’a pris longtemps et tu as réussi !
  5. C’était vraiment difficile car…. Et tu dois être tellement fier.e maintenant du résultat !
  6. Raconte moi comment tu as fait, ça m’intéresse.
  7. Tu as fait ça, que vas-tu faire ensuite ?
  8. Comment tu as pensé à cette solution/ réponse ?
  9. Pourquoi as-tu choisi ces couleurs/ matières/ notes de musique…
  10. Tu as continué, même quand c’était dur.
  11. J’ai l’impression que tu es vraiment content.e d’avoir réussi à faire ça. Comment tu te sens ?
  12. Tu aimes faire ça, on dirait. Je pense que ça te rend heureux.se de faire ça. 
  13. Tu ne savais pas encore faire cela la semaine dernière/ le mois dernier/ l’année dernière et tu sais faire aujourd’hui grâce à la pratique que tu y as consacrée.
  14. Tu as compris que tes efforts, ton travail sont une raison d’être fier.e. Les qualités humaines, telles que les compétences intellectuelles, peuvent être cultivées par l’effort.
  15. Je prends beaucoup de plaisir à lire/ écouter/ regarder tes productions. J’aime regarder ton dessin car il me fait penser à…

encouragement enfants

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fanouz dit :

    Merci beaucoup ❤

  2. Alexei Jeretic dit :

    Je pense il faut néanmoins faire attention à certains points.
    Lui féliciter disant que la tâche était difficile lui donnerait une notion affaiblie sur la difficulté, ou du moins qui corrélerait avec l’effort associé, et nous savons que l’effort est personnel, dépend des capacités de chacun.
    Ensuite si l’effort a été donné par motivation personnelle, et qu’on caractérise par la suite l’effort comme difficile, cela lui donnerait le sentiment que l’effort n’aurait pas été nécessaire, ou bien heurtera son monde personnel.
    Enfin, il ne faut pas lui encourager répétitivement à aller plus loin, il faut le laisser comprendre tout seul, assimiler l’effort avec le résultat.. Et aussi le laisser se contenter de son travail, être « content ». C’est tout de même l’essence de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *