Sortez les super héroïnes !

Sortez les super héroïnes !

Dans cette vidéo, Dr Christopher Bell (expert en étude des médias) explore les relations entres médias et éducation féministe. Il se demande pourquoi, quand les filles se déguisent en super héros, il s’agit de personnages masculins la plupart du temps ? Où sont passées les super-héroïnes dans les jeux, jouets et déguisements alors qu’il y a plein de super-héroïnes dans les films ou dessins animés ?

Bell aborde le thème de la pédagogie publique. La pédagogie publique désigne la façon dont les idéologies sont apprises aux sociétés, toutes les relations sociales qui font de nous une personne (comment nous apprenons ce que nous savons des autres et du monde). Nos sociétés occidentales modernes sont complètement saturées par les médias. Cela signifie que chaque aspect de notre existence, en dehors de nos fonctions corporelles basiques, est influencé par les médias.

Christopher Bell explique que les médias ne nous disent pas quoi penser, ils nous disent à quoi penser. Ils contrôlent la conversation et, en contrôlant la conversation, ils nous font réfléchir aux choses auxquelles ils veulent que nous pensions et, plus important, ne pas penser à ce qu’ils ne veulent pas. Pour Bell, le problème est que, si nous apprenons ce que nous savons sur les autres et le monde à travers les médias, alors les entreprises de médias et divertissement telles que Disney enseignent aux filles que, malgré le fait qu’elles soient fortes, intelligentes, rapides, cela importe peu : ce sont les héros masculins qui passeront dans la postérité avec ces qualités à travers le merchandising (jouets, peluches, déguisements, accessoires…).

Pour Christopher Bell, ce qui est également problématique est que nous avons développé une société où l’on préfère être un garçon mort plutôt qu’un garçon qui aime des trucs « de filles ». Il raconte l’histoire d’un garçon de 11 ans qui aimait les petits poneys et qui a fait une tentative de suicide après avoir été moqué pendant des semaines par ses camarades (images pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes dans la vidéo).

Les filles qui aiment les super héros ne sont pas stigmatisées : elles sont au pire traitées de « garçon manqué » (cela signifie que ces traits les définissant ne sont pas à elles mais leurs sont juste prêtés pendant un temps par des garçons). En revanche, les garçons qui aiment les personnages avec des traits socialement prêtés aux filles et femmes (gentillesse, paillettes, couleurs vives..) peuvent être vivement moqués, jugés, harcelés, rejetés. Christopher Bell affirme : « Il ne faut plus que les seuls t-shirts sur lesquels apparaissent des super-héroïnes soient roses et pour les filles. Il faut arrêter. »

Les entreprises de médias et les enseignes de prêt à porter ont fait des efforts en ce sens ces derniers temps (on peut penser au personnage de Rey dans Star Wars). Pour Christopher Bell, il est important que les garçons jouent avec des super-héroïnes, tout autant que les filles jouent avec des super-héros; que les garçons autant que les filles se déguisent en super héroïnes (comme Rey).

J’ai d’ailleurs découvert dans cette vidéo l’origine de cette image que vous avez sûrement dû voir passer au cours de la période des fêtes de fin d’année dans laquelle une question est posée : « Ce jouet fonctionne-t-il grâce à vos organes génitaux ? » et deux réponses sont proposées : « Si la réponse est oui, ce n’est pas un jeu pour enfants. Si la réponse est non, alors c’est pour les garçons et les filles. »

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Kat dit :

    Bonjour,
    Très bel article, très intéressant et intelligent. Je le relaie sur Facebook en espérant (malgré mon tout petit comité) qu’il sera partagé en masse. Malheureusement, sur le papier, en discutant avec les gens, si il semble que nous soyons nombreux à penser cela. Pourtant, dans les faits, c’est loin d’être appliqué ! Bon dimanche à vous et merci pour cet article.

  1. 2 février 2018

    […] vous renvoie d’ailleurs à cette vidéo dans laquelle le conférencier dénonce que, dans nos sociétés, nous préférions avoir des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *