5 expressions qui fragilisent nos relations avec nos enfants

5 expressions qui fragilisent nos relations avec nos enfants

 

1. C’est pour ton bien : le baromètre de l’autorité

Caroline et Joseph Messinger écrivent que les phrases du type « C’est pour ton bien » ou « Je dis ça pour ton bien » sont les arguments du parent en déroute et qui cherche à couper court à tout dialogue.

Si vous agissez effectivement pour son bien, vous n’éprouveriez pas le besoin de lui dire. Ce n’est pas tant votre refus qui engendre le conflit que le caractère frauduleux de votre argument.

Le « c’est pour ton bien » est vécu par l’enfant comme une intrusion affective et une brimade de ses propres opinions. Au contraire, le respect du dialogue est une preuve à ses yeux que vous voulez effectivement agir pour son bien.

 

2. Tu ne peux pas comprendre ou Tu comprendras plus tard : le baromètre de l’incompétence et de l’intelligence

Si vous utilisez ces expressions, non seulement vous diminuez votre enfant en l’estimant trop bête pour comprendre mais vous risquez aussi de vous décrédibiliser à ses yeux car ce qui est compris peut être réexpliqué simplement et facilement par vous. Si vous ne maîtrisez pas un sujet, appuyez-vous sur des livres ou sur Internet plutôt que de vous défiler.

Et ne sous estimez pas l’intelligence de votre enfant, au risque qu’il finisse pas croire lui-même qu’il ne pourra jamais rien comprendre ni maintenant ni plus tard.

 

3. Maman, papa, maîtresse et les autres : le baromètre de la communication

Nous utilisons tous fréquemment des formules comme « maman va te donner à manger, « papa va se fâcher » ou « les enfants, venez voir la maîtresse/ le maître ». Or ce discours sous-entend que nous avons besoin de jouer un rôle, d’abandonner notre « je » pour devenir papa, maman ou enseignant.

Quand nous évacuons le « je » de notre discours, l’enfant se retrouve devant une figure d’autorité et non plus devant un homme ou une femme qu’il aime. Plus nous nous investirons dans nos relations avec nos enfants en tant que personne et en assumant nos « je » et nos « me », plus nous faciliterons la communication avec eux. J’ai particulièrement aimé l’exemple tiré du livre : imaginez votre tête si votre enfant venait vous dire « Maman/ papa, ton fils/ ta fille t’aime »… une communication totalement dépersonnalisée et froide.

 

4. Tu es méchant(e)/ pénible, j’en ai marre de toi, je ne t’aime plus : le baromètre de l’estime de soi

Les étiquettes négatives (« tu es + un adjectif dévalorisant ») et le chantage affectif sont les derniers retranchements des parents qui se réfugient maladroitement derrière le pouvoir absolu qu’ils possèdent (y compris le droit de privation d’amour). C’est la personnalité de l’enfant qui est rejetée en bloc et ces phrases fragilisent le lien de confiance parents/ enfants.

Caroline et Joseph Messinger écrivent

Abstenez-vous de jouer avec les sentiments de votre enfant ! Il est important de lui dire que vous l’aimez et que vous ne pouvez pas tolérer son attitude pour autant, que vous avez besoin d’être traité avec respect. Laissez-lui la liberté d’extérioriser ses « méchantes » pensées, ses colères. Un enfant ne manquera pas de respect à un parent qui fait preuve de tolérance à son égard. Il l’aide au contraire à gérer ses émotions.

 

5. Fais un bisou à la dame : le baromètre du respect

Les bisous ne sont pas une marque de politesse mais un signal affectif, des témoignage d’amour. Demander à l’enfant de faire un bisous à la dame revient à lui demander de faire preuve d’amour envers une inconnue. Caroline et Joseph Messinger insistent sur le respect de l’enfant

 Respecter ses émotions, ses sentiments à l’égard des adultes qu’il rencontre, c’est l’autoriser à développer son empathie. Cette qualité essentielle dans la construction des rapports sociaux lui permettra de garder ses distances avec les gens qu’il ne « sent » pas, qui lui son antipathiques. Lui apprendre à écouter ses impressions et à tenir compte de son ressenti, c’est lui apprendre à se protéger.

Il y a plein d’autres manières de dire bonjour : une parole, un signe, un sourire, un dessin 🙂

 

………………………………………………………………………….

Source : Trouver les mots justes avec ses enfants de Caroline et Joseph Messinger

Caroline Messinger, spécialiste du langage et des relations parents/ enfants, et Joseph Messinger, psychologue expert en communication non verbale, ont écrit ce livre pour :

  • nous aider à repérer les formules émotionnellement négatives dans notre langage courant,
  • nous expliquer le sens caché des expressions toutes faites du style « C’est pour ton bien » ou « Si tu savais combien je t’aime »,
  • nous révéler l’impact de notre discours et mesurer le tort causé à nos enfants,
  • nous suggérer d’autres mots et attitudes pour un échange positif et constructif.

Trouvez les mots justes avec ses enfants

Bien que certains conseils paraissent exagérés et infaisables (comme supprimer le « on » trop impersonnel de notre discours pour le remplacer par le « nous' » plus inclusif), cet ouvrage a le mérite d’attirer notre attention sur certains abus de langage dont nous n’avons pas toujours conscience et qui pourtant entachent la communication avec les enfants. Et pour le prix plus que raisonnable, c’est un achat vite rentabilisé 🙂

Commander Trouver les mots justes avec ses enfants sur Amazon.

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *