Un témoignage de burn out maternel en vidéo

Un témoignage de burn out maternel en vidéo

Laetitia Autret a connu un burn-out maternel. Elle témoigne dans cette vidéo de ce qu’est un burn out maternel (ou épuisement maternel) et des enseignements qu’elle en a tirés après avoir surmonté honte et culpabilité.

Suite à cette expérience, Laetitia est devenue accompagnante parentale. Vous pouvez la retrouver sur son blog www.eclore-leblog.com et sur sa page Facebook dédiée à la parentalité épanouie.

Qu’est-ce que le burn out maternel ?

Le burn out (ou épuisement) maternel est une perte profonde du sens de sa parentalité. Craquer, pleurer à n’en plus finir, avoir des pensées du type « Je n’en peux plus de cette vie là, je n’en veux plus surtout » sont des symptômes du burn out maternel.

Laetitia Autret détaille les 3 étapes du burn out maternel :

1. L’épuisement émotionnel et physique

Ne penser qu’à une chose : dormir

Avoir un goût d’inachevé qui reste en travers de la gorge

Arriver à épuisement de son capital patience, écoute et tolérance

2. La distanciation

Les enfants sont source de stress.

Les cris, les pleurs, les bruits de jeux deviennent insupportables.

La colère et l’impatience montent en un quart de seconde.

Les soins et tout ce qui touche à l’éducation sont exécutés de manière automatique.

3. Le reniement des actions passées, présentes et futures

Le sentiment de n’être bonne à rien, d’être une mauvaise mère domine.

Une petite voix intérieure répète à longueur de journée des critiques, des mots qui tirent vers le bas.

Les enseignements tirés d’un burn out maternel

Laetitia Autret explique qu’on ne se remet pas facilement d’un burn out maternel. Il est difficile d’en parler avant de craquer complètement du fait de la honte et de la culpabilité. Il est aussi difficile de s’en sortir sans accompagnement bienveillant.

Mieux vaut prévenir que sombrer

  • Reconnaître la lourdeur de la tâche pour oser demander de l’aide

Aux premiers signes de fatigue, de lassitude, de ras le bol, de découragement, ne pas hésiter à se faire épauler, à demander de l’aide à l’entourage proche, à la famille, aux amis. Il est possible de leur demander de garder les enfants un après midi, une nuit, une journée complète et en profiter pour dormir, se détendre, aller se faire masser ou retrouver des amies, lire ou faire du shopping, parler avec des amies ou des spécialistes… peu importe du moment que cela vous permet de souffler, de vous changer les idées, de penser à vous, de combler vos besoins non assouvis.

Vous pourrez aussi fréquenter des maisons des enfants. La plus connue est La Maison Verte fondée par Françoise Dolto à Paris. Créée en 1979, la Maison Verte est un lieu d’accueil et d’écoute des tout-petits accompagnés par leurs parents ou par ceux qui s’en occupent habituellement et avec lesquels ils se sentent en confiance. C’est un lieu pour passer un moment ensemble, lieu de rencontre avec d’autres enfants, d’autres adultes, parents ou membres de l’équipe d’accueil. Il n’y a pas d’inscription, les parents peuvent s’y rendre quand ils le souhaitent sans avoir besoin de prévenir.

Vous pourrez trouver l’adresse d’autres maisons des enfants basées sur le même principe que la Maison Vert en tapant le mot clé « maisons des enfants + votre département/ville » dans un moteur de recherche.

Si vous préférez le virtuel, plusieurs groupes de soutien et de partage existent sur Facebook :

Dépression post partum, burn out maternel confions nous!

STOP Burn Out Maternel

Le mal d’une mère ou le burn out maternelle

  • Prendre soin de soi pour un « sain égoïsme »

Quand on s’occupe d’enfants, la priorité est de prendre soin de soi. Un égoïsme bienveillant ou sain serait de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres.

Pour pouvoir vivre ce sain égoïsme, il est important de ne pas confondre altruisme et ascétisme. Il ne sert à rien de dénigrer les plaisirs mais il s’agit de se connaître soi-même pour faire des choix ressourçants et énergisants en pleine conscience :

  • comment je me sens dans mon corps ? quel est le message envoyé par mon corps ? sur quels besoins mon corps attire-t-il mon attention ? est-ce que j’ai besoin de ralentir, de faire une pause ?
  • qu’est-ce qui est important pour moi ? comment je peux incarner mes valeurs ?
  • comment je peux être un bon.e ami.e pour moi-même ? comment je peux me donner de l’auto empathie ?
  • comment je peux nourrir mes besoins (de contribution, de compréhension, d’acceptation, d’utilité, d’appartenance, de repos, de calme, de relations sociales…) ?
  • comment je peux satisfaire moi-même mes besoins (des pistes ici avec les cartes besoins) ?
  • qu’est-ce qui provoque chez moi une sensation de plénitude, un état d’animation intérieure intense, un profond contentement de l’âme ?
  • comment je peux connaître ces états intérieurs plus souvent dans ma vie ? comment je peux les vivre au quotidien ?

A lire : Prendre soin de soi : plus facile à dire qu’à faire… mais tellement nécessaire pour les parents !


S’autoriser à consulter et se faire accompagner

Les accompagnantes en parentalité aident à :

  • Retrouver du plaisir

Réapprendre à se respecter en tant que personne, prendre du temps rien que pour soi, alterner plaisir et devoirs sans culpabiliser, s’adonner à une passion en dehors du cercle familial, savoir dire non sont essentiels pour sortir du burn out.

« Les mères ne sont pas corvéables à souhait. »

  • Reprendre la main sur le quotidien

Reprendre la main sur le quotidien nécessite une remise en question de son organisation : définir où se trouvent les problèmes, trouver des solutions personnelles adaptées, désencombrer la maison.

Laetitia Autret conseille de dresser un état des lieux de l’emploi du temps en notant tout ce qui est fait au cours d’une journée. Elle y voit plusieurs bénéfices :

– lutter contre le sentiment d’inachevé en prenant conscience de tout ce qui a été réalisé au cours de la journée,

– créer des routines du matin et du soir pour une organisation sereine,

– redonner du sens aux gestes automatiques,

-accepter l’imperfection et lâcher prise sur le ménage.

Plusieurs sites internet proposent des astuces d’organisation et de rangement. En voici une liste (non exhaustive) :

www.zen-et-organisee.com

www.organisation-maison.com

www.lamaisondelorganisation.fr

www.les-astucieux.com

La méthode Fly Lady est connue et reconnue pour son efficacité. Cette méthode organisationnelle s’étale sur plusieurs mois, étape par étape, pour retrouver un intérieur propre et rangé, tout en gagnant beaucoup de temps. L’objectif à long terme est de sentir bien chez soi, bien dans sa tête.

Recréer un lien d’amour avec les enfants

Se donner la possibilité de vivre une parentalité différente permet de se reconnecter aux enfants.

Dans son livre 1,2,3 Je me mets à l’éducation positive, Véronique Maciejak propose une activité pour reconnaître les qualités et les talents des enfants. Elle propose de bien observer les enfants quand ils pratiquent une de leurs activités préférées. Sur une feuille blanche, dessiner un grand coeur dans lequel sera inscrit le nom de l’enfant et à partir duquel plusieurs branches de couleur partent. L’idée est de remplir les branches avec des choses positives à propos de l’enfant.

commencer éducation positive

Source : 1,2,3 Je me mets à l’éducation positive de Véronique Maciejak (éditions Eyrolles)

……………………………………………………

Je vous propose de consulter ces sites si vous avez envie de prendre contact avec une accompagnante en parentalité spécialisée dans le burn out maternel pour un accompagnement concret :

www.eclore.com

www.burnoutmaternel.fr

Le livre de La fatigue émotionnelle et physique des mères de Violaine Guéritault propose également de nombreuses pistes pour reconnaître les signes du burn out maternel ainsi que des mesures de prévention et de soin.

8 réponses

  1. Stéphanie dit :

    Moi c’était pas un burn-out maternel mais professionnel et social si l’on peut résumer ainsi. Résultat? J’ai surfé sur l’opportunité des arrêts maladie pour réfléchir et j’ai crée mon entreprise à la fin ! Dans les 2 cas, il est sûr que les choses doivent changer radicalement.

  2. Larisa dit :

    Les informations ici présentes sont relativement pertinentes et intéressantes. J’ai beaucoup, cet article est vraiment bien ficelé et cela nous permet d’y comprendre un peu plus car le sujet est moins évident qu’il n’y semble.
    Valentin Pringuay / Presse-citron.net

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour votre message :-). Les retours des lecteurs sont toujours un plaisir !

      Bonne journée
      Caroline

  3. sandrine dit :

    j’ai vraiment beaucoup aimé malheureusement je m’y reconnais tellement en ce moment. Merci pour ce témoignage qui montre que l’on peut aussi réussir à sortir de cette spirale

  1. 2 juin 2016

    […] J’en parle plus en détail dans cet article : Un témoignage de burn out maternel en vidéo […]

  2. 18 décembre 2016

    […] Quelques pistes pour prendre du temps pour soi et s’organiser en se préservant dans cet article : Comment j’ai surmonté mon burn out. […]

  3. 18 décembre 2016

    […] > Un témoignage de burn out maternel + des ressources pour y faire face […]

  4. 28 décembre 2016

    […] Quelques pistes pour prendre du temps pour soi et s’organiser en se préservant dans cet article : Comment j’ai surmonté mon burn out. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.