De la violence éducative ordinaire aux violences collectives : ou pourquoi la parentalité positive est d’utilité publique…

De la violence éducative ordinaire aux violences collectives : ou pourquoi la parentalité positive est d’utilité publique…

au nom du père cottonDe la violence éducative aux violences collectives est une conférence de Marc-André Cotton, enseignant et psychohistorien, au salon Primevère (mars 2014). Marc-André Cotton est l’auteur du livre « Au Nom du Père : les années Bush et l’héritage de la violence éducative » aux Editions L’Instant Présent.

Pour lui, l’impact de la violence éducative dépasse le cadre privé et se répand par ricochet dans toute la société, et même dans le monde. Il démontre comment l’enfance violente de George W. Bush a conduit à la mort de plus de 200 000 civils en Afghanistan et plus de 500 000 personnes en Irak. Il en conclut que la parentalité positive est d’utilité publique.

Je résume les grandes lignes de cette conférence sous la vidéo mais ce résumé est forcément incomplet. Je vous encourage vivement à regarder cette conférence en entier (53 min).

 

La Violence Educative Ordinaire (VEO) : quelles conséquences personnelles et sociétales ?

La VEO recouvre diverses formes de pression des adultes sur les enfants (physiques et/ou psychologiques) pour conditionner le comportement de l’enfant car ce dernier est considérer comme à corriger (à tel point que le verbe corriger prend deux sens : rectifier et infliger un châtiment).

Sous la violence, l’enfant ne comprend pas ce qui lui arrive et son cerveau se dissocie. Il est littéralement sidéré par la violence de ceux qui sont supposés lui apporter amour et protection.

violence collective

Les personnes qui défendent (et vont jusqu’à promouvoir) les châtiments corporels se justifient souvent pas le fait qu’ils n’en sont pas morts. Cela dévoile donc que c’était bien la peur de mourir qui traversait les enfants d’alors (du fait de la rupture du lien d’attachement avec leurs parents).

Marc-André Cotton mentionne deux conséquences psychologiques majeures de la VEO :

  • la dissociation traumatique

Face à l’incompréhension de la situation et au danger qui le menace, le cerveau de l’enfant est sous stress. Le stress est tellement élevé que son organisme sur-produit de l’adrénaline et du cortisol, à tel point qu’il y a menace de survoltage. Pour éviter que l’organisme ne disjoncte (coeur qui bat tellement vite sous l’effet du stress qu’il s’arrête), le cerveau met en place un mécanisme de survie. Il produit de l’endorphine en grande quantité pour éviter l’emballement du cœur. La réponse émotionnelle face à la peur est donc éteinte et l’enfant ne ressent plus rien : il est déconnecté. Or ce mécanisme empêche l’analyse et le traitement du traumatisme par l’hippocampe dans le cerveau. La mémoire traumatique reste piégée dans l’amygdale.

Comme le traumatisme n’a pas pu être traité, cette déconnexion est réactivée à l’âge adulte face à des souffrances ou des conditions similaires. La mémoire traumatique ressort de manière inattendue (car inconsciente) quand l’enfant devenu adulte est exposé à des stimuli externes. Il y a alors confusion entre le réel et le passé car le vécu sensoriel remonte intact (très grande peur, sentiment d’insécurité, incompréhension, sidération, panique…).

L’adulte est alors obligé de développer des stratégies d’évitement pour fermer ces vannes ouvertes qu’il ne comprend pas, qu’il ne peut pas maîtriser et qui le font souffrir.

Ces stratégies d’évitement peuvent se traduire par l’exercice de la violence : la victime devient alors bourreau pour gérer sa propre souffrance.

Le déni favorise la reproduction de la violence éducative car les personnes qui ont souffert se coupent de leurs souffrances et deviennent insensibles à celle des autres.

Il en résulte alors un paradoxe : les plus fervents défenseurs de la VEO sont ceux qui l’ont subie (bien que toutes les personnes qui ont subi des violences ne deviennent pas automatiquement des bourreaux, notamment par l’intervention du phénomène de résililence).

 

  • l’état de stress post traumatique

Des études par IRM sur des enfants victimes de VEO ont montré que la taille de l’hippocampe était plus petite que la moyenne (l’hippocampe facilite le traitement et l’intégration des expériences par le cerveau) et que, en parallèle, la taille de l’amygdale était plus grande que la moyenne (l’amygdale sert à traiter la peur).

L’adulte se retrouve alors dans un état d’anxiété permanent.

 

L’exemple de la violence collective américaine

éducation américaine
Marc-André Cotton explique la violence collective américaine (qu’on retrouve notamment dans les séries et les films grand public) est fortement ancrée dans les traditions : elle serait issue de la ferveur religieuse protestante et évangélique des premiers colons.

Aux Etats-Unis, la violence est fondée en grande partie sur une interprétation rigide de la Bible car la douleur est perçue comme un purificateur et le conditionnement verbal (chantage, louange, menaces, récompenses) imprègne la relation à l’enfant.

La présence d’une mémoire traumatique collective (le Dr. Hodson qui prône les châtiments corporels a eu un auditoire de plusieurs millions d’américains pendant des années) a alimenté la névrose américaine :

  • mépris pour les faibles,
  • culte de la force physique et de la puissance militaire (qui aurait dû protéger et qui pourra désormais servir à se venger),
  • législation laxiste en ce qui concerne les ventes d’armes (par une volonté inconsciente de ne pas mettre un terme à la violence).

 

Par conséquent, la voie est grande ouverte pour l’enracinement d’une violence collective qui se traduit par deux points essentiels de la culture populaire américaine :

  • la recherche constante de « cibles émissaires »

On rend coupables de nos souffrances des ennemis et la destruction de ces ennemis est justifiée. On fait le mal pour le bien.

 

  • l’identification à l’agresseur

Il existe une vraie cohésion nationale américaine contre le mal : le désir de vengeance anime la grande majorité du peuple.

 

Cette volonté de vengeance qui se cache derrière la volonté de faire le bien se retrouve dans les médias, dans les productions audiovisuelles américaines. La violence est banalisée.

Pour exemple, Marc-André Cotton mentionne le nombre moyen de personnes tuées par le héros de la série 24 au cours de chaque épisode : 27 meurtres (136 personnes tuées au cours des 5 premières saisons).

La violence infligée aux plus jeunes ressort donc sous forme de passage à l’acte à cause de la mémoire traumatique et des stratégies d’évitement.

 

La nécessité de reconnaître la conscience et la sensibilité des enfants

La volonté d’éduquer les enfants est source de violence : on doit lui substituer autre chose. On doit plutôt aller vers une relation avec les enfants, vers une écoute.

La parentalité positive est d’utilité publique malgré toutes les difficultés qu’elle implique (travail sur soi, éducation émotionnelle, apprentissage de nouvelles manières de communiquer, écoute des souffrance de l’enfant intérieur…).

La seule manière de mettre fin aux violences collectives est de remettre en cause toute la vision de l’éducation, à l’école et à la maison pour cheminer vers plus de conscience et de bienveillance.

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Wal dit :

    Super intéressant cette conférence merci !

    • Caroline dit :

      Oui, j’ai découvert les travaux de M. Cotton récemment et ils me font penser à la démarche d’Alice Miller dans « C’est pour ton bien » quand elle étudie les violences dont les adultes font preuve à l’aune des violences qu’ils ont subies dans leur enfance (et notamment Adolf Hitler).

  2. Romain dit :

    Cet article est très intéressant et très véridique. Ça se rapproche sur plusieurs points de mon livre dans lequel je parle un peu de la violence, de la peine de mort et de la vente des armes aux Etats-Unis. Je demande à ce que le milieu scolaire et les parents éduquent et protègent correctement les enfants. Les nouvelles générations sont l’avenir de notre monde, elles détermineront si la balance penchera du bon ou du mauvais côté. Mal éduquer nos enfants rendra le monde futur pire qu’il ne l’est déjà.

    Il faut garder espoir et lutter pour défendre nos idées et notre envie d’un monde meilleur, car c’est possible d’y arriver ! 🙂

  1. 12 avril 2016

    […] Publié le 12 avril 2016 par mysterjo De la violence éducative ordinaire aux violences collectives : ou pourquoi la parentalité positive… […]

  2. 30 juillet 2016

    […] De la violence éducative aux violences collectives […]

  3. 25 août 2016

    […] conscience d’éléments de psycho-histoire et de la culture dans-laquelle nous […]

  4. 4 novembre 2016

    […] culte de l’autorité inviolable et non contestable. C’est ce culte-là qui amène à la violence collective car cette obéissance nie la conscience de l’individu et il n’y a plus de barrage […]

  5. 16 janvier 2017

    […] mémoire traumatique vont se manifester à divers niveaux de la vie sociale, engendrant parfois des violences collectives insoupçonnées […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *