Les visites (famille, amis…) après la naissance pour rencontrer le nouveau-né : qu’elles soient une aide plutôt qu’une gêne

Les visites (famille, amis…) après la naissance pour rencontrer le nouveau-né : qu’elles soient une aide plutôt qu’une gêne

visite nouveau né aide

Quand un couple vient d’accueillir un nourrisson, tous les bras supplémentaires sont les bienvenus. Cependant, la frontière est fine entre aide et gêne.

Dans le livre L’art de l’allaitement maternel, la Leche League formule quelques conseils pour des visites aidantes de la part de la famille ou des amis qui viennent rencontrer le nouveau-né :

  • dire quand les visites sont possibles (et oser dire non en cas de fatigue ou de besoin de se refermer sur le cocon familial);
  • formuler explicitement la manière dont une aide peut être apportée comme par exemple :
    • en apportant un repas tout fait,
    • en faisant des courses selon une liste fournie par les jeunes parents,
    • en lançant une machine de linge,
    • en débarrassant le lave vaisselle,
    • en passant un coup d’aspirateur,
    • en sortant les aînés…

Ce type de demandes permettra de profiter des visites tout en préservant le lien parent/ bébé et en se préservant (surtout en tant que jeune mère).


Par ailleurs, il est préférable de lâcher prise sur la tenue de la maison pendant quelques temps et de prévenir les invités que la priorité va au bébé et à la vie de famille plutôt qu’à la tenue de la maison. Cette période peut être l’occasion de se rendre compte que tout un tas de petites choses qu’on considérait comme indispensables sont finalement tout à fait superflues (comme repasser le linge par exemple !).

Par ailleurs, il est possible d’adopter ce raisonnement pour l’établissement de la liste de naissance et y intégrer des demandes immatérielles du type :

  • repas cuisinés congelés,
  • heures de ménage,
  • garde des plus grands,
  • aide pour les lessives…

Enfin, il est souhaitable de mettre un terme aux discussions qui penchent du côté des conseils non sollicités ou des critiques du type « Il faut le laisser pleurer » ou bien « Si tu le portes trop, tu vas en faire un dépendant ».

…………………………………………….

Source : L’art de l’allaitement maternel de la Leche League (éditions Pocket)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.