L’appel de Thomas d’Ansembourg pour une renaissance de l’éducation

Vivre, transmettre, inspirer, éveiller 

Je vous propose de découvrir l’intervention de Thomas d’Ansembourg, formateur en Communication Non Violente, aux 1ères rencontres nationales du Printemps de l’Education. 

L’appel de Thomas d’Ansembourg pour une renaissance de l’éducation

J’ai sélectionné 20 citations clés tirées de cette intervention qui pourront nous inspirer chaque fois que nous sommes au contact d’enfants :

  • La véritable autorité, c’est l’autorité avec, pas contre ou sur. C’est le pouvoir ensemble, à l’image d’un chef d’orchestre.
  • Nous avons besoin de comprendre que la raison peut être utile mais que l’intuition, les émotions et la spiritualité comptent également.
  • Nous sommes dans un système de pensée contrôle-programmation et gagnerions à passer à l’ouverture-intuition.
  • Basculons dans l’expansion-confiance plutôt que dans la contraction-méfiance.
  • La violence faite à la nature autour de nous (l’environnement) est le reflet de la violence que nous faisons subir à notre nature intérieure, humaine et spirituelle.
  • La moins bonne émotion pour apprendre, c’est la peur.
  • Chacun est là pour fleurir et donner le meilleur de soi. Il n’y a pas à être LE meilleur.
  • J’ai un égo mais je suis aussi potentiel.
  • Qu’est-ce que nous voulons pour nos enfants ? Quelles valeurs voulons-nous leur transmettre ?
  • Comment nous sentons-nous quand nous pensons à ces valeurs qui font sens pour nous ?
  • Le corps et nos sensations ne mentent pas.
  • Qu’est-ce que tu vis quand tu dis ça ? Où en es-tu ?
  • C’est par là que je veux aller, c’est comme ça que je veux vivre et c’est le sillage que je voudrais laisser sur cette planète.
  • Chaque personne, enfants et adultes, cherche à vivre son élan de vie propre : les éléments qui constituent l’élan de vie sont nos valeurs personnelles et nos besoins.
  • Ce n’est pas parce que ce qui m’arrive ne me rend pas heureux que ce n’est pas heureux dans la perspective.
  • L’enfant n’est pas dans le regret du passé ou l’appréhension du futur. Il est là. Quand l’enfant fait un câlin à papa et maman, il est câlin, il est vibration d’amour, il est nous.
  • On fait les choses parce qu’on est bien dedans et parce qu’on s’y enchante.
  • Quand je ressens un profond contentement de mon être dû à l’alignement de mes actes et pensées sur mon élan de vie, je suis en état de paix et de confiance quand je traverse les difficultés.
  • Mon mal être est là parce que je n’ai pas appris à bien être.
  • Ne pas faire connaître les outils qui existent pour apprendre à mieux se connaître, c’est pratiquement de la non assistance à personne en danger.

 

Thomas d’Ansembourg milite pour un apprentissage dès la maternelle des outils de connaissance de soi-même afin que les enfants restent alignés sur leur élan de vie pendant toute leur vie.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *