L’école autrement : Nathalie, une enseignante pas comme les autres

https://youtu.be/JxCPdqD3Xtk

Nathalie a décidé d’instaurer “la pédagogie du bonheur” dans sa classe. Convaincue qu’avant d’enseigner des connaissances à un enfant, il est indispensable que celui-ci soit en état de confiance et de bien-être, elle a progressivement modifié ses pratiques et revu complètement l’organisation de sa classe.

Voici 8 de ses principes pédagogiques issus de cette vidéo + des ressources et outils pour passer à l’acte :

1. La confiance en soi et le bonheur comme priorités

Le plus beau programme que pourrait avoir l’Education Nationale serait de rendre les élèves heureux. – Nathalie Vermes

Avant d’être des élèves ou des écoliers, les enfants sont des humains qui ont besoin d’amour et de comportements qui renforcent leur estime de soi.

Il faut d’abord s’assurer que les enfants sont en état de recevoir des connaissances avant de chercher à les leur transmettre à tout prix.

Les enfants ont besoin d’un temps calme en début de journée pour comprendre qu’ils viennent de changer d’univers : une écoute de musique, un récit des petits moments de bonheur de la veille, un temps de silence… La minute de bonheur du matin permet de constituer un panier de petits bonheurs chargés d’émotions positives dans lesquelles puiser au cours de la journée en cas de contrariétés.

Je vous propose plusieurs articles pour activer cette “pédagogie du bonheur” :

 

2. Les feuilles de route autonomes

Les enfants sont libres de leur programme dans le cadre prévu par l’enseignante sur une quinzaine de jours. Le contrat est de parvenir à terminer leur feuille de route au bout de la quinzaine.

Les enfants peuvent travailler comme ils l’entendent : solliciter l’enseignante, discuter avec les camarades, chercher dans les livres à disposition, faire des recherches sur Internet, groupes de référence…

C’est pas la quantité de travail qui compte, c’est l’intensité du moment. C’est une façon d’être heureux que de s’approprier son rythme, sa journée et son programme.

une manière de mesurer la pertinence d'un modèle éducatif est le niveau de bonheur d'un enfant Maria Montessori

3. Une discipline auto gérée par la classe

Les camarades ont le droit de dire à un élève si son comportement n’a pas été satisfaisant. Tous les vendredis, une réunion de médiation est proposée au cours de laquelle les élèves trouvent eux-mêmes leurs solutions.

Et pour renforcer les compétences de communication des enfants, on peut les sensibiliser à la communication non violente :

4. Pas de devoirs écrits ni de notes

L’évaluation passe par le fait de s’assurer qu’un enfant a compris une notion : cela peut se faire à n’importe quel moment de la journée, à l’oral sans forcément s’asseoir à une table ni mettre les enfants en compétition.

Le contrôle de ce que les enfants font et apprennent se fait en permanence de manière informelle.

il suffit d'observer les enfants pour savoir ce qu'ils sont en train d'apprendre Maria Montessori

Des idées pour remplacer les devoirs : Et si on remplaçait les devoirs par ces 26 idées ?

5. Un environnement sans stress

Les portes de la mémorisation et de la compréhension se ferment quand les enfants sont stressés.

Il s’agit de mettre les enfants en situation de confiance pour qu’ils puissent se rendre compte qu’ils sont capables de surmonter la difficulté. La détente peut passer par :

  • des exercices de respiration (en voici quelques exemples ici ou ici)
  • des exercices de visualisation (vous en trouverez dans cet ouvrage ou dans celui-ci)
  • des exercices sensoriels (regarder des couleurs, écouter des sons propices à la relaxation)
  • des exercices physiques (Brain Gym, mouvements pour ralentir)
  • des exercices de méditation pleine conscience (des exemples ici ou ici)

La classe dispose d’un coin calme (le “coin du bonheur“) dans lequel les enfants peuvent se retirer quand ils sentent qu’ils n’arrivent plus à apprendre.

Plus d’idées dans mon dossier spécial stress des enfants : Causes, conséquences, prévention du stress chez les enfants. 

 

6. Apprendre à apprendre

Nathalie Vermes utilise les travaux d’Antoine de la Garanderie pour enseigner des techniques d’apprentissage efficaces aux enfants. Elle les invite à mobiliser tous les systèmes de mémorisation à travers leurs 5 sens.

Ce livre à destination des enfants pourra les aider à comprendre comment ils apprennent : Comment fait-on pour apprendre ? (inspiré par la pédagogie des gestes mentaux d’Antoine de la Garanderie)

Plus d’outils pour aider les enfants à apprendre et mémoriser efficacement :

 

7. L’implication des parents dans la vie de l’école

Les parents peuvent venir dans la classe de Nathalie Vermes : ils pourront

  • comprendre comment fonctionne un collectif,
  • voir leur enfant évoluer dans la classe,
  • assister à la manière dont sont acquises les compétences

 

8. Laisser libre cours aux passions de l’enfant

trouver son élément robinson

Pour Nathalie Vermes, il est important de laisser les enfants trouver leur voie et exprimer leur potentiel. C’est également un thème cher à Ken Robinson qu’il développe dans ses deux ouvrages : L’Elément et Trouver son Elément (comment découvrir ses talents et ses passions pour transformer sa vie).

……………………………………………………………………………….

Source de la vidéo : Onpassealacte.fr (site de journalisme positif)

Enregistrer

Enregistrer