les enfants sont aux sources du savoir

Sur ce point, Françoise Dolto et Maria Montessori se rejoignent. Elles se posent toutes deux la même questions :

Pourquoi les enfants devraient-ils tous apprendre les mêmes choses en même temps ?

Maria Montessori écrit dans Les étapes de l’éducation que

“L’enfant, dans la joie de raisonner, de suivre son intuition, de découvrir, travaille tout seul avec enthousiasme libre où il ne craint ni interruption ni critique.”

“Quelquefois, l’enfant fait des découvertes qui rendent perplexes la maîtresse. […] Dans une école élémentaire de Hollande, un enfant découvrit une loi sur la somme des n premiers nombres entiers : et l’on peut citez par dizaines des théorèmes trouvés par des enfants travaillant avec le matériel de géométrie.”

Françoise Dolto quant à elle propose toute l’année des examens de degrés de toutes les disciplines.

” Les élèves s’inscriraient volontairement aux degrés de telle discipline, et quel que soit leur âge, ils passeraient ce degré et puis ils auraient ce diplôme de degré. Il seraient par exemple au 4ème degré de maths, au 5ème d’histoire ou au 3ème de danse, au 5ème d’économie politique.”

“Les écoles seraient bien obligées de changer puisque les enfants travailleraient en partie tout seuls, avec les livres de la matière choisie par eux, dirigés par des maîtres et conseillés par un expert, professeur, moniteur ou artisan de cette discipline, ou dans des ateliers, des bibliothèques. Les écoles seraient réellement les maisons des jeunes, leurs lieux de vie.”

A quoi sert la curiosité naturelle ?

La curiosité naturelle des enfants les poussent à chercher eux-mêmes des connaissances, à s’auto-former, à brûler les étapes pour la discipline qui les attire.

Françoise Dolto fait la promotion de la pédagogie Montessori dans son livre La cause des enfants . Elle y voit un moyen de :

  • laisser échapper moins de talents,
  • perdre moins de dons.

Sources :