Richard Burnett enseigne la méditation de pleine conscience à l’école. Il a créé le programme .B (prononcé dot B, dot signifiant point en anglais). Le B représente l’initiale de Breathe (respirer) et Be (être). Il présente son concept .B et la notion la pleine conscience à l’école dans cette vidéo (en anglais non sous-titré).

 

Qu’est-ce que la pleine conscience ?

L’intervenant est convaincu des bienfaits de la méditation de pleine conscience aussi bien pour les adultes que les enfants ou les adolescents. La méditation de pleine conscience permet de focaliser son attention sur le moment présent en bloquant l’afflux de pensées incessantes et polluantes.

Des exemples de pensées polluantes et déconnectées de la réalité présente ?

Est-ce que j’ai éteint la télé ce matin en quittant la maison ?

Pourquoi mon ami croisé dans la rue m’a ignoré ce matin alors que je suis sûr qu’il m’a reconnu ?

Je me rappelle plus quel jour j’ai rendez-vous chez le dentiste.

Pourquoi j’ai répondu une telle ânerie à mon chef/ prof, il va me prendre pour un/ une imbécile maintenant.

Richard Burnett prend appui sur des données scientifiques pour dire que notre santé mentale et notre bonheur sont profondément modelés par ce que nous faisons de notre attention. La méditation de pleine conscience sert justement à recentrer notre attention sur la réalité présente. L’attention peut être définie comme la faculté d’ouverture de la conscience.

L’esprit fonctionne sur deux modes :

  • le mode THINKING

La plupart du temps, notre attention est absorbée par notre raisonnement, nos pensées et notre petite voix intérieure (par exemple, qu’est-ce qu’un tel va penser de moi si je fais ci ou ça). Cette petite voix résonne sans cesse en nous et a le don de se poser sur ce qui ne vas pas, sur ce qui nous effraie, nous angoisse ou nous manque.

Ce mode de fonctionnement remonte à nos ancêtres : ceux-ci avaient besoin d’être constamment en alerte pour faire face à de nombreux (et réels) dangers naturels.

Dans le cas du mode THINKING, notre attention scanne en permanence nos expériences, nos problèmes pour élaborer la réponse la plus efficace à y apporter en fonction d’hypothèses fondées sur les expériences passées.

Notre esprit commence à se mettre en branle pour le moindre petit stimulus (comme une réponse à un texto qui ne vient pas).

  • le mode SENSING

L’attention est dirigée vers le moment présent de la réalité, vers notre état physique, vers nos sensations.

pleine conscience à l'école sensing thinking

Or notre attention est éduquée de manière à passer en mode THINKING (à penser) plutôt qu’en mode SENSING (ressentir).

 

Pourquoi introduire la pleine conscience à l’école ?

Des bienfaits sur l’esprit

Nous avons tous un corps, une enveloppe corporelle, nous avons tous des sensations ressenties à travers le corps. Pourtant nous n’habitons pas vraiment ce corps. Or il est très bénéfique de passer quotidiennement notre attention en mode SENSING même pour un court temps. Et cela s’apprend !

L’esprit ne se perd alors par en conjectures, en interprétations de ce qu’il pense arriver. L’esprit est dans le moment présent, expérimente ce qui est en train d’arriver sans se raconter d’histoires : nous sommes en vie !

Mais nous avons besoin d’entraîner notre cerveau pour l’empêcher de trop se balader, de se perdre en hypothèses, suppositions et projections éloignées de la réalité. Attention cependant : la pleine conscience n’a pas pour objectif d’empêcher les enfants et les adolescents de penser, mais bien de “trop” penser (“overthinking“) et de mal orienter leur attention, de ruminer des pensées polluantes.

 

Des bienfaits sur le système immunitaire

La pleine conscience n’est pas seulement bonne pour l’esprit mais elle est aussi bénéfique au système immunitaire. Richard Burnett a même remarqué qu’il attrapait moins de rhumes depuis qu’il avait commencé à méditer… simplement parce qu’il est moins stressé ! La médiation de pleine conscience est même désormais recommandée dans le traitement de la dépression.

pleine conscience à l'école citation wiiliam james

Le jugement, la personnalité et la volonté prennent racine dans la faculté à ramener de manière volontaire et obstinée une attention baladeuse. Une éducation qui se propose d’améliorer cette faculté peut être qualifiée d’éducation par excellence. Mais il est plus facile de définir cet idéal que de donner des pistes pratiques pour le concrétiser.

 

Pour résumer :

1. La pleine conscience permet de calmer les angoisses et les flux de pensées négatives.

2. La pleine conscience permet d’être en meilleure santé physique et mentale.

3. La pleine conscience permet de focaliser son attention. Or notre capacité d’apprentissage est liée à notre capacité à être attentif (comme démontré dans cet article neuroscientifique sur les quatre piliers de l’apprentissage),

 

On est donc en droit de se demander :

Pourquoi les élèves petits et grands n’apprennent-ils pas à l’école à diriger et maîtriser leur capacité d’attention ?

Comment apprendre aux enfants à entraîner le muscle de leur attention ?

 

Comment introduire la pleine conscience à l’école ?

Richard Burton a décidé de répondre à cette question en proposant des cours de méditation de pleine conscience à l’école. Il les a voulus :

  1. engageants,
  2. ludiques,
  3. mémorisables,
  4. utilisables dans la pratique par des enfants et adolescents.

 

Il propose ainsi un exercice qu’il enseigne à ses élèves :

    • compter jusqu’à 3 en frappant de toutes ses forces dans ses mains sur le 1,2,3 (de préférence debout et les yeux fermés si l’envie s’en fait ressentir),
    • à 3, garder les mains à hauteur du ventre, écartées comme pour tenir un ballon,
    • imaginer l’attention se loger dans entre les mains, puis dans les pouces et enfin dans les petits doigts,
    • baisser les mains et se concentrer sur la respiration,
    • écouter et imaginer l’air qui entre et sort par le nez.

pleine conscience à l'école méditation et attention

D’autres exercices sont possibles, comme l’envoi (virtuel ou réel) de pensées positives et gentilles à un tiers ou la simple concentration sur l’air qui entre par les narines, qui traverse la gorge, qui remplit les poumons, qui gonfle puis dégonfle la cage thoracique, qui ressort en un souffle chaud par les narines.

Plus de ressources :

Petit programme de pleine conscience de préparation au bac et au brevet (et autres examens)

Comment aider les enfants à remplir leur boîte à bonheur : des pistes avec la méditation de pleine conscience

3 exercices pour entraîner les enfants à retrouver leur calme

 

Quels sont les gains de la pleine conscience à l’école ?

La pleine conscience à l’école peut aider les enfants et les adolescents à :

  • contrôler leur attention en vue des apprentissages,
  • réguler leur colère ou leur frustration,
  • améliorer leur santé et leur système immunitaire,
  • développer leur compassion,
  • diminuer leurs angoisses ou les crises de stress à l’occasion d’examens ou d’évaluation,
  • lutter contre la dépression précoce,
  • reprendre goût à l’école,
  • se sentir soulagé (par exemple, laisser tomber leur mode de défense systématique, stopper le flux de stimuli extérieurs et l’envie d’y répondre).

Pour conclure, je citerai Megan Cowman. Elle soutient que c’est l’INTERRUPTION (“the stopping”)  qui permet la pleine conscience de soi. Quand les enfants expérimentent cette interruption du flot de pensées, d’émotions, de craintes, de critiques, de distractions, ils se sentent soulagés et disent :

“Wahou, je peux vraiment me sentir comme ça !”.