Les 6 problèmes les plus courants des enfants hypersensibles (face aux personnes qui ne comprennent pas l’hypersensibilité)

Les 6 problèmes les plus courants des enfants hypersensibles

1.La conscience des subtilités

Tous les enfants hypersensibles ne remarquent pas les détails subtils (moindre petite odeur, micro changement de position d’un objet, modification d’une recette…). Certains n’y semblent plutôt pas conscients parce qu’ils sont davantage préoccupés par leur monde intérieur. Ou alors c’est plutôt l’intensité qui les dérange : un bruit fort, une lumière vive, un plat épicé… Mais cette subtilité s’exprimera d’une manière ou d’une autre : alimentation, vêtements ou encore situations sociales (micro expressions faciales qui passent inaperçues pour d’autres personnes). Par exemple, un enfant hypersensible va immédiatement remarquer l’absence d’un objet qui devrait être à sa place ou qu’il y a un sac près de la porte comme si quelqu’un avait essayé de le cacher en vitesse. Il va alors faire des hypothèses et en déduire des conclusions qui peuvent être sources d’anxiété.

Elaine Aron, spécialiste mondiale de l’hypersensibilité, propose quelques pistes pour accompagner cette hypersensibilité aux détails :

  • toujours croire les enfants quand ils disent que cela gratte, que cela fait mal ou que ça pique (même quand personne d’autre ne ressent la même chose dans la même situation)
  • s’assurer que l’enfant n’a pas faim et soit bien reposé (les enfants hypersensibles ont un seuil d’irritabilité plus bas que les autres)
  • valider les émotions de l’enfant en reconnaissant que cela peut être désagréable et que cela prendra fin (Elain Aron explique que, quand on a montré un respect sincère face à la réaction de l’enfant et de la compassion vis-à-vis de l’urgence de son besoin puis qu’on a exprimé notre propre raison de retarder sa résolution ou bien de ne rien faire – parce qu’on doit finir les courses par exemple – alors l’enfant est plus enclin à attendre)
  • laisser l’enfant exprimer ses émotions, même bruyamment (crier ou pleurer tout en étant émotionnellement et physiquement proche de lui) puis revenir sur le sujet à froid pour discuter ensemble des stratégies et solutions possibles pour les prochaines fois

 

2.Le fait d’être facilement surstimulé ou surexcité

Comme les enfants hypersensibles remarquent les détails subtils, ils sont plus enclins à être dépassés quand beaucoup de choses arrivent à la fois (ces choses pouvant venir de l’extérieur, comme des lumières, du bruit, du public ou de l’intérieur, comme des angoisses ou des sources d’excitation).

Les hypersensibles atteignent plus rapidement que les autres enfants un niveau de stimulation excessif et cette excitation/ désorientation leur pose de grandes difficultés.

Il est possible d’accompagner les enfants hypersensibles pour prévenir et réguler la surstimulation :

  • faire en sorte que l’enfant ait un domaine de compétence ET d’intérêt dans lequel il est entouré d’adultes bienveillants et valorisants et  viser des objectifs personnels à la manière des petits pas
  • préparer les enfants et anticiper pour éviter les imprévus (mieux vaut éviter qu’un enfant hypersensible se présente à une évaluation sans y avoir été préparé au préalable)
  • parler des problèmes possibles et de la manière de les surmonter (ce qui revient à fournir des ressources pour gérer les échecs et s’en relever -> lire cet article)
  • décrire les effets de l’hyperexcitation sur les performances et le bien-être (l’enfant a surement des capacités mais il est possible que les conditions – bruit, nouveau cadre, public, stress – l’empêche de les démontrer, il peut être déçu mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’est pas capable)
  • proposer et valoriser des activités dans lesquelles ni comparaison ni performance ni compétition n’intervient (par exemple, prendre soin d’un animal, jardiner, faire de la randonnée, chanter juste pour le plaisir)

 

3.Des réactions intérieures profondes

Les enfants hypersensibles (EHS) traitant toutes les informations de manière plus complète que les autres, ils ont également des réactions émotionnelles plus fortes. Cela signifie plus de joie, de bonheur ou encore d’enthousiasme… mais également plus de peur, plus de colère ou plus de stress.

Même lorsque les émotions ne sont pas préoccupantes, comme détester sa petite soeur, il arrive que les enfants hypersensibles ne s’ouvrent pas aux autres de leur tumultueuse vie intérieure. Les introvertis (70% des EHS) gardent généralement tout en eux. Les EHS intenses et extravertis s’expriment davantage. – Elaine Aron

Tous les problèmes émotionnels sont présents chez les enfants (comme d’éprouver une ambivalence entre jalousie et joie à l’arrivée d’un frère ou d’une soeur, de se sentir coupable et insécurisé quand les parents se disputent ou encore de d’être bouleversés par l’injustice) mais ils sont plus forts chez les EHS.

Toutes les ressources de co-éducation émotionnelle sont utiles pour accompagner les émotions fortes des enfants hypersensibles :

  • apprendre à réguler nos propres émotions d’adultes à travers un retour sur nos blessures passées, sur notre mémoire traumatique, sur les émotions qui nous étaient interdites et sur nos propres stratégies de régulation émotionnelle (quel modèle à imiter voulons-nous être pour nos enfants ?)
  • pratiquer l’écoute active et empathique pour valider les émotions des enfants, les nommer et en permettre l’expression
  • proposer des outils et des ressources pour apprivoiser les émotions (à travers des livres, des jeux ou encore des outils de gestion émotionnelle)

 

4.La conscience des sentiments d’autrui

L’homme étant un animal social, si l’on associe une perception des subtilités et une vie émotionnelle intense, on obtient une personne hautement consciente des sentiments d’autrui – Elaine Aron

Ainsi, un des plus gros problèmes des enfants hypersensibles est qu’ils sont parfois conscients des sentiments d’une personne alors que celle-ci ne l’est pas ! Ils décèlent les signaux faibles, les signaux non verbaux qui trahissent les émotions que l’autre tente de dissimuler. Les EHS doivent alors gérer le fait de connaître les émotions de l’autre en recevant un message oral qui va à l’encontre de leur intuition.

Cette conscience fine des émotions des autres peut entraîner plusieurs types de problèmes :

  • l’impression de se faire des idées et d’être désorientés en ne sachant pas s’ils doivent plutôt faire confiance à leur intuition ou à ce que les autres disent
  • une haute conscience de la manière dont les autres se mentent en permanence les uns aux autres
  • la tendance à faire preuve d’une empathie exacerbée les conduisant  à placer les besoins des autres avant les leurs et à être anxieux en permanence pour les autres
  • le fait d’être fortement affecté par les jugements des autres

Quelques conseils simples peuvent être appliqués pour aider les enfants hypersensibles à faire de leur conscience des sentiments d’autrui un atout :

  • à nouveau, être un “bon” modèle à imiter (ne pas tenir de double discours, être capable de dire non et affirmer ses limites personnelles, raisonner en termes de besoins pour chaque membre de la famille plutôt qu’en termes d’égalité stricte, éviter de partager trop de souci avec l’enfant qui devient un confident)
  • inviter les enfants hypersensibles à faire des choix et s’affirmer en leur demandant régulièrement leur avis
  • donner de la force à l’enfant et leur fournir des ressources pour se libérer de leurs angoisses (Mon carnet anti anxiété : des outils et des ressources pour aider les enfants à dépasser leur anxiété)

 

5.La prudence avant d’affronter une nouvelle situation potentiellement dangereuse

Les enfants hypersensibles vérifient chaque situation non familière pour détecter l’éventuelle présence de menaces et sont extrêmement prudents (notamment vis-à-vis des drogue, de la sexualité ou des fréquentations à l’adolescence). Cette prudence peut se conjuguer avec l’aventure : un enfant hypersensible peut s’engager dans le parachutisme à condition d’avoir étudié toutes les consignes de sécurité et avoir besoin d’un temps de récupération pour retrouver son calme après un saut.

Cette prudence peut donc présenter des avantages mais va aussi les priver de certaines expériences ou entraîner des conflits avec des personnes qui voudront les forcer (ou juste les pousser à faire quelque chose avant qu’ils ne soient réellement prêts).

Il est possible d’aider les enfants hypersensibles dans l’exploration de la nouveauté en :

  • soulignant les éléments familiers et connus qui rappellent d’autres situations que l’enfant a connues et maîtrisées (ex : “Cette réunion de famille ressemble beaucoup à l’anniversaire de mamie”, “Untel sera là, tu l’as déjà vu à l’anniversaire la semaine dernière”…)
  • avançant un pas après l’autre  (chaque étape devant être assez petite et facile de sorte que l’enfant soit en situation de réussite tout en étant doux avec lui-même)
  • proposant des défis à sa mesure pour élargir sa zone de confort sans le mettre en difficulté (ex: “Je parie que si tu emmènes ton chien jusqu’aux balançoires, quelqu’un te demandera de quelle race il est”) – en acceptant que l’enfant refuse si cela lui paraît trop difficile
  • mettant un refuge à sa disposition (ex :”J’ai dit à la maîtresse que tu aurais peut-être besoin d’aller te reposer – tu n’auras qu’à la prévenir”)
  • pratiquant le renforcement positif (ex : “J’ai été impressionné quand tu as… alors que l’an dernier/ la semaine dernière, tu n’y arrivais pas encore”)

6.La différence attire l’attention

A moins que votre enfant réussisse très bien à la dissimuler, il sera vu comme quelqu’un qui ressent et remarque davantage les choses, qui marque une pause avant d’agir et repense à tout après coup. C’est un phénomène humain : lorsque nous rencontrons une personne différente appartenant notamment à un groupe minoritaire (et les personnes sensibles font partie d’une minorité), nous décidons aussitôt si elle est inférieure ou supérieure, si elle nous regarde de haut ou si c’est nous qui devons le faire. C’est ce à quoi tout enfant paraissant “différent” doit faire face. – Elaine Aron

Aron propose quelque pistes pour aider les enfants hypersensibles à s’assumer et se protéger des préjuges, voire des moqueries et rejets :

  • prendre conscience de nos propres préjugés (sensibilité = faiblesse) et les interroger pour pouvoir les dépasser de manière consciente
  • parler de l’hypersensibilité avec l’enfant : reconnaître les problème qu’elle peut engendrer mais souligner également ses avantages
  • réfléchir à des réparties que l’enfant peut utiliser face aux remarques qui lui sont faites (des exemples ici pour les adultes, les enfants pouvant reprendre ces réponses qu’ils auront absorbées)
  • raconter que, dans certaines cultures, la sensibilité et les traits de caractère qui y sont associés sont valorisés (les peuples proches de la nature tiennent en haute estime leurs herboristes, leurs pisteurs et leurs chamans)
  • éviter les éloges superflues ou la pitié (un enfant hypersensible n’ayant rien fait pour naître avec ces particularités)

Elaine Aron rappelle que la contribution des hypersensibles au monde peut être d’autant plus positive que leurs parents les ont aimés tels qu’ils étaient.

……………………………………………………

Source : Mon enfant est hautement sensible de Elaine Aron (éditions Leduc S.). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Mon enfant est hautement sensible sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura