L’écoute active : une règle d’or de la communication parent/enfant

Accueillir les émotions des enfants avec l’écoute active : pourquoi ? comment ? (une règle d’or de la communication parent/enfant)

accueil-emotions-enfants-ecoute-active

Quand un enfant a un problème parce qu’il ne peut pas satisfaire un de ses besoins personnels, ce n’est pas le problème de ses parents. Le comportement de l’enfant n’empêche pas les parents de satisfaire leurs propres besoins (par exemple, quand un enfant s’est disputé avec son meilleur ami à l’école). Le problème appartient alors à l’enfant. La meilleure manière d’y faire face selon Thomas Gordon est d’accueillir les émotions de l’enfant à l’aide de l’écoute active.

Qu’est-ce que l’écoute active ?

Dans l’écoute active, le parent essaie de comprendre ce que ressent l’enfant, de saisir ce que son message veut dire. Ensuite, le parent transforme sa compréhension dans ses propres mots et retourne le message à l’enfant pour vérification.

Le plus important pour le parent est de transmettre son propre message « décodé » sans évaluation, sans opinion, sans conseil ni raisonnement ou encore analyse. Il retourne seulement ce qu’il pense être le sens véritable du message de l’enfant : rien de plus, rien de moins :-).

L’objectif de l’écoute active est d’aider l’enfant à en dire plus, à approfondir, à mieux développer sa pensée.

 

Quels avantages de l’écoute active ? 

  • L’écoute active aide les enfants à réduire leur peur des sentiments désagréables. Thomas Gordon écrit que nos sentiments sont nos amis. En exprimant ses émotions négatives et désagréables en présence d’une personne qui accepte et comprend, l’enfant se sent soulagé et aidé.

Il vaut mieux accepter les sentiments de vos enfants tels qu’ils sont, plutôt que de prendre l’approche directive qui consiste à tenter de se débarrasser du pleurnichage et des cris en essayant de rassurer ou de menacer l’enfant. Les enfants veulent que vous sachiez qu’ils éprouvent des sentiments pénibles et que vous vous rendiez compte de leur importance. – T. Gordon

  • L’écoute active établit des liens chaleureux entre le parent et l’enfant. Ces liens fonctionnent dans les 2 sens : les enfants se sentent compris et écoutés tandis que les parents se sentent plus proches de leur enfant qu’ils écoutent avec empathie.

Les parents qui apprennent l’écoute active découvrent une nouvelle sorte d’appréciation et de respect et une plus grande sollicitude envers leur enfant; en retour, ce dernier éprouve à l’égard du parent des sentiments semblables. – T. Gordon

  • L’écoute active aide les enfants à résoudre eux-mêmes leurs propres problèmes. Nommer les émotions, narrer un événement marquant, « en parler » aide les enfants à clarifier un problème.
  • L’écoute active amène l’enfant à être plus réceptif aux opinions et aux idées de ses parents.

Les enfants sont plus enclins à être réceptifs aux messages de leurs parents si ceux-ci ont tout d’abord écouté les leurs. -T. Gordon

  • L’écoute active laisse à l’enfant l’initiative de la conversation. Un enfant qui est écouté avec empathie est encouragé à penser par lui-même, à trouver sa propre définition du problème et à découvrir ses propres solutions.

 

Comment pratiquer l’écoute active ?

L’écoute active nécessite un ensemble d’attitudes pour qu’elle soit efficace. On doit vouloir :

  • prendre le temps d’écouter ce que l’enfant veut dire
  • aider l’enfant à résoudre son problème sans conseiller ni raisonner ou encore imposer sa propre solution
  • accepter les sentiments de l’enfant sans imposer ce qu’il « devrait » ressentir
  • faire confiance aux capacités de l’enfant à réfléchir et trouver ses propres solutions
  • comprendre que les émotions évoluent (il n’y a pas lieu de s’effrayer des émotions qui sont exprimés car elles ne sont pas permanentes… elles passeront d’autant plus facilement qu’elles seront entendues, accueillies et comprises)
  • voir son enfant comme une personne différente de soi : on se met dans la peau de l’enfant pour comprendre son ressenti, sa vision des choses, sa perception de la réalité pour la lui refléter en miroir.
  • accepter de changer nos opinions et nos attitudes : adopter le point de vue de l’enfant peut nous amener à redéfinir notre propre manière de voir les choses.

L’écoute active peut passer par des expressions du type :

Tu sembles (fâché contre)…

Tu es tellement (en colère) que tu as envie de…


Tu n’aimerais pas…

Tu aimerais mieux…

Tu crois que…/ Tu as cru que…

Tu as l’impression que…

Tu te sens…

Quelque chose (te fait peur/ te met en colère/ te rend triste), c’est ça ? 

C’est vraiment….  qui (te fait peur/ te met en colère/ te rend triste) ?

Tu en as assez de…

Tu aimes vraiment… ? / …, ça te plait beaucoup, on dirait.

Tu as peur de…

Tu es déçu de…

Tu veux dire que…

…., c’est ça qui t’embête ? 

Tu n’as pas assez de temps pour…

Ça doit être (douloureux/ gênant) de…

Tu as ressenti (de la honte/ de la peine/ de la peur/ de la colère) ?

Tu te demandes pour quelle raison….

Il te semble (difficile/ risqué) de…

Faire comme ça/ comme ci ne te donne pas ce que tu voudrais

L’écoute active, c’est mettre des mots sur les ressentis des enfants :

Respecter les émotions des enfants sans entrer dans un jeu de pouvoir : « Je vois que tu es en colère »

Reformuler sans juger, sans commenter ni intervenir : « Oh, tu es triste« , « Tu n’en as pas envie du tout »

Accueillir l’émotion en respectant les nuances vécues par l’enfant : « Tu as eu peur ! »

Ecouter avant de consoler : « Je vois que tu as mal »

Ecouter de l’intérieur ce que l’enfant est en train de vivre : « Tu hésites. Qu’est-ce que tu sens ? »

Valider le vécu : « Tu as le droit de ne pas avoir envie, c’est vrai, tu préférerais continuer à jouer, je peux comprendre ça. »

Place à l’échange en paroles quand le calme est revenu

Isabelle Filliozat quant à elle nous conseille d’éviter les questions qui commencent par « Pourquoi ? », comme « pourquoi tu pleures ? » ou « pourquoi tu as peur ? ».

Nous pourrions plutôt demander :

«Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Qu’est-ce que tu as ressenti ? »

Lire aussi : Pourquoi demander « pourquoi ? » aux enfants est inefficace pour les faire parler !

Quand l’écoute active nous parait infaisable

L’écoute empathique n’est pas nécessaire en toutes circonstances pour expliquer en permanence les comportements de l’enfant. Elle est en revanche très utile pour aider les enfants à sortir d’une situation coincée ou pour accompagner un événement douloureux.

Cette écoute empathique risque de nous mettre en contact avec nos propres émotions, de réveiller des manques ou encore des détresses de notre propre passé. Quand les émotions des enfants nous exaspèrent ou réveillent de la violence en nous, plusieurs hypothèses sont possibles :

  • nous sommes épuisés
  • nos besoins sont en compétition avec ceux des enfants
  • l’émotion de l’enfant n’en est pas une : c’est une émotion secondaire, qui dissimule la vraie émotion et s’exprime de manière disproportionnée
  • c’est une émotion que nous ne nous permettons pas (et qu’on ne nous a pas permise d’exprimer dans notre enfance)
  • cela nous rappelle des souvenirs douloureux de notre propre enfance que nous ne voulons pas revivre

Une seule voie pour pratiquer une réelle écoute empathique des enfants : guérir notre propre enfance, affronter nos noeuds affectifs, écouter notre enfant intérieur et cultiver notre propre intelligence émotionnelle.

……………………………………………………………………………………………………

Parents efficaces de Thomas Gordon (Marabout) est disponible chez votre libraire, dans votre bibliothèque ou sur Internet.

Commander Parents efficaces sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Camille dit :

    Merci c’est très clair! J’ai été formé à l’écoute active et l’utilise tous les jours au travail…éducatrice spécialisée en protection de l’enfance…mon meilleur outil par contre beaucoup de mal à l’utiliser avec ma grande de 6 ans… mais tu m’as donné d’autres pistes…ça m’encourage..et ta conclusion…merci laisse les larmes aux yeux…beaucoup de chemin parcouru vers cette bienveillance…mais tout reste à faire…je ne te laisse pas souvent de commentaires mais je voulais te remercier pour ce blog qui m’aide chaque jour pour ma relation avec mes enfants. Amicalemente camille

  1. 25 février 2017

    […] se mettre à la place de l’enfant et pratiquer l’accueil de ses émotions via l’écoute active, […]

  2. 11 mars 2017

    […] nous de mettre le doigt sur ce qui se passe dans le coeur de l’enfant en pratiquant l’écoute active ou en posant des […]

  3. 29 avril 2017

    […] des émotions réelles (et légitimes) des enfants est facilitée par l’emploi de l’écoute active et empathique couplée à un raisonnement en termes de besoins et d’attachement. Ce type […]

  4. 3 juin 2017

    […] L’écoute active et empathique est très utile en ce sens. Ecouter avec empathie ne veut pas pour autant dire laisser les enfants taper, casser, crier, insulter… Il est possible de rappeler les règles sans humilier ou chercher à faire souffrir. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *