ENSEIGNEMENT et BIENVEILLANCE : comment les concilier ? Réflexions et ressources

Enseignement et bienveillance : comment les concilier ? par où commencer ?

Un lecteur m’a récemment fait part de ses doutes à transposer les principes de l’éducation bienveillante dans une relation enseignant/ élèves. Je me suis donc dit que c’était l’occasion de consacrer un article sur l’enseignement et la bienveillance. Je ne prétends pas à l’exhaustivité des sources et ressources mais je vous propose cet article comme point de départ.

 

Posture, état d’esprit et pédagogie

Chez Carl Rogers

Dans son livre Liberté pour apprendre, Carl Rogers estime que 3 qualités sont indispensables aux enseignants :

  • L’authenticité

L’authenticité est réelle quand le facilitateur exprime ses sentiments en les prenant en charge, sans accuser autrui, ni chercher à punir ou à culpabiliser. L’enseignant a le droit et la possibilité d’être enthousiaste ou ennuyé, d’être intéressé par ses élèves ou d’être fâché, de manifester sa sympathie ou encore son désaccord, de dire quand ses propres limites sont dépassées ou ses besoins non respectés.

  • La considération positive (acceptation de l’autre tel qu’il est et confiance en lui)

Carl Rogers l’appelle aussi acceptation ou confiance. C’est une confiance de base : la foi dans l’autre qui est fondamentalement digne de confiance.

Cette qualité se traduit par un respect, un souci que l’enseignant éprouve pour tous ses élèves. Il s’agit de faire en sorte que chaque élève se sente important, mûr, capable de faire des choses par lui-même, qu’il a le droit d’avoir ses propres sentiments et besoins.

  • L’empathie

Les élèves apprécient le fait d’être simplement compris, sans être évalués ou jugés, à partir de leur point de vue.

Plus de détails dans cet article : 3 qualités fondamentales pour faciliter l’apprentissage (d’après Carl Rogers)

 

Chez Montessori

Pour Maria Montessori, l’éducateur/trice apporte plus son aide aux enfants que son autorité. Il/elle apprendra de l’enfant à se perfectionner comme éducateur/trice.

Son rôle principal est de préparer l’environnement pour permettre le libre développement de l’enfant. Il/elle est à la fois un observateur humble et un préparateur de laboratoire.

Maria Montessori écrit que la liberté de l’enfant doit avoir comme limite l’intérêt collectif. L’éducateur/trice doit donc interdire à l’enfant tous gestes grossiers et/ou violents. Un de ses objectifs principaux est de discerner les actes à empêcher de ceux qui sont à observer. C’est avec rigueur mais sans punition que les enseignants doivent empêcher et étouffer peu à peu les gestes indésirables et amener les enfants à discerner clairement le bien du mal (source Pédagogie scientifique, Tome 1).

Selon elle, le but ultime des enseignants est l’émotion de joie sereine et sans borne éprouvée à la simple observation des apprentissages des enfants.

 

Chez Freinet

Il est possible de caractériser la pédagogie Freinet à partir de 5 piliers :

1. L’expression libre

La permission est donnée à l’enfant de devenir l’auteur de paroles, de dessins, de textes, de gestes, de musiques, de sculptures… dans un espace qui autorise la création et valorise les productions.

2. La coopération

La coopération est l’offre faite aux élèves d’apprendre en interagissant avec leurs pairs, d’un côté en tant que récepteur des informations et surtout d’un autre en adoptant la posture enseignante. Cela peut s’organiser par l’intermédiaire d’un tableau des demandes d’aide.

3. La participation démocratique à la vie coopérative de la classe

En pédagogie Freinet, la participation démocratique des enfants est un droit.

La classe est un espace d’apprentissages de la citoyenneté. Les élèves sont associés aux décisions collectives, par l’intermédiaire d’institutions instituantes et de responsabilités qui leur sont confiées.

Dans les classes Freinet, les élèves gèrent eux-mêmes leurs relations au sein du groupe-classe. L’autorité n’émane pas des enseignants mais des élèves qui décident par eux-mêmes des sanctions en cas de non respect des règles de vie. Bien sûr, l’enseignant Freinet instaure en début d’année quelques lois fondamentales comme l’interdiction de la violence. Mais les règles de vie collective et les sanctions sont décidées par les enfants au sein d’un conseil réunissant toute la classe.

Ce conseil regroupe tous les élèves + l’enseignant et se réunit en général une fois par semaine. L’ordre du jour est établi selon les questions/ remarques postées par les élèves ou l’enseignant dans la boîte aux lettres prévue à cet effet dans la classe. Un élève en est le président : il distribue la parole via un bâton de parole (seul l’élève qui tient le bâton de parole a le droit de s’exprimer) et reformule les différentes idées. Un autre élève en est le secrétaire : il présente l’ordre du jour, rappelle les décisions prises lors du dernier conseil et note les décisions prises par l’assemblée.

Dans les classes Freinet, les sanctions peuvent prendre la forme de réparations (excuses, restauration d’un objet dégradé…) ou d’une perte de droits (se déplacer seul dans les locaux, faire une photocopie, travailler en autonomie sur l’ordinateur…), ces droits pouvant être regagnés ultérieurement.

Aussi bien les règles que les sanctions peuvent être remaniées et peuvent évoluer en fonction des problèmes qui se posent au fur et à mesure de l’année scolaire.

4. Les techniques éducatives

Les outils pédagogiques sont couplés aux valeurs d’éducation ayant déterminé leur création, notamment celles visant le retrait de l’enseignant pour davantage d’engagement des élèves.

5. Le tâtonnement expérimental

Le tâtonnement expérimental correspond au processus pour apprendre : faire, et en faisant se tromper, réussir pour progressivement construire des connaissances et développer des compétences basées sur l’interaction avec son milieu.

Source : La pédagogie Freinet (sous la direction de Nadine Giauque et Chantal Tièche Christinat)

 

Dans l’école du 3° type et l’école démocratique

Bernard Collot, initiateur de l’école du 3° type, explique la différence entre un système fermé et un système ouvert.

Dans un système fermé, des enfants en train de faire une dictée qui remarquent un merle posé sur le rebord de la fenêtre savent qu’ils n’ont pas intérêt à bouger, sous peine de punition. Le système pourra même se protéger en couvrant les carreaux des fenêtres dans les salles de classe ou en construisant des écoles avec des fenêtres surélevées.

Dans un système ouvert, les mêmes enfants dans le même cas vont pouvoir se lever, l’enseignant va interrompre sa dictée. Les enfants vont alors faire des observations et des propositions autour de cet événement : installer un poste d’observation avec des jumelles, construire une mangeoire, apporter des graines, rédiger un rapport d’observation, dessiner le merle… autant d’opportunités d’apprentissages (où installer le poste pour avoir la meilleure vue possible sans effrayer les oiseaux ? comment mettre en place un atelier bois pour construire la mangeoire ? quelles graines mettre dedans ? comment corriger le rapport d’observation pour le rendre lisible aux correspondants ?…). un système ouvert s’auto organise et se complexifie pour s’adapter.

Dans une école du 3° type, les adultes professionnels ont une fonction essentielle : assurer la constitution et le maintien d’une entité vivante. Ils sont d’abord les garants du fonctionnement harmonieux de cette entité. Leur pouvoir est ainsi bien perçu par les enfants ou adolescents qui, au lieu d’avoir à s’y opposer ou à le contester, y ont recours […] les adultes sont alors le plus souvent dans la position d’écoute plutôt que dans celle de se faire écouter. On a constaté que les enseignants avaient beaucoup moins de problèmes d’autorité dans les pédagogies modernes et ils n’en ont plus du tout quand il s’agit d’une école du 3° type. – Bernard Collot (Chroniques d’une école du 3° type)

Voir des exemples de gestion des sanctions dans des écoles de type démocratique :

Règles, sanctions, …ou inventer la démocratie ! sur le blog de Bernard Collot

La suspension, sanction suprême ? sur le blog de l’Ecole Dynamique

 

 

Des conseils de la part d’enseignants

> Rita Pierson était une enseignant américaine qui a milité pour des relations humaines de qualité dans l’enseignement car « les humains, ça compte ». Elle a posté de nombreuses vidéos autour de ce thème en partageant ses bonnes pratiques sur You Tube (en anglais). Voici sa conférence Ted traduite en français au cours de laquelle elle démontre que les enfants n’apprennent rien des personnes qu’elles n’aiment pas et propose des solutions pour que chaque enseignant devienne un « champion ».

les relations humaines dans l'enseignement

 

 

> Céline Alvarez est quant à elle une enseignante passée dans l’Education Nationale française et qui se consacre désormais à la mise en ligne gratuite de vidéos à destination des enseignants dans laquelle elle propose des activités et principes issus de la pédagogie Montessori et des dernières découvertes en neuropédagogie.

Vous pouvez la retrouver sur le blog qui relate son expérience dans une classe maternelle multiâge dans une zone prévention violence. Voici une vidéo dans laquelle elle expose les grandes lois d’apprentissage et d’épanouissement humain.

céline alvarez

 

 

Témoignages de pratiques en classe

On trouve de plus en plus de témoignages d’enseignants qui se sont engagés dans un enseignement autrement. Je vous en propose une petite sélection :

> Nathalie a décidé d’instaurer « la pédagogie du bonheur » dans sa classe. Convaincue qu’avant d’enseigner des connaissances à un enfant, il est indispensable que celui-ci soit en état de confiance et de bien-être, elle a progressivement modifié ses pratiques et revu complètement l’organisation de sa classe.

école autrement

Vous retrouverez dans cet article des ressources et des outils pour appliquer les principes pédagogiques issus de cette vidéo.

 

> Isabelle Peloux est enseignante à l’Ecole du Colibri. Elle nous livre sa vision de l’école et sa manière d’enseigner dans cette vidéo.

l'école du colibri isabelle peloux

 

 

> Caroline Sost a fondé une école qui s’articule autour de 2 grands axes : le savoir-être et l’éco citoyenneté. Voici son témoignage, ainsi que celui de deux de ses élèves :

redessiner l'éducation

 

> Un collectif d’enseignantes en maternelle et en élémentaire partage une autre façon de penser l’école et l’enfant dans cette vidéo « Ensemble, redessinons l’éducation ». La lumière est mise non seulement sur l’acquisition des savoirs fondamentaux mais aussi de qualités comme l’empathie, la prise d’initiatives ou la coopération pour une génération de citoyens épanouis, créatifs, conscients des enjeux sociétaux et capables de révéler leur plein potentiel.

ensemble redessinons l'éducation vidéo

 

 

Des activités et de nouvelles pratiques pour la classe

L’enseignement bienveillant passe par une posture, un état d’esprit mais également par une manière de voir l’éducation de manière holistique. L’inclusion de nouvelles pratiques au sein de la classe peut faire partie de ce cheminement et de ce changement de paradigme. En voici quelques exemples concrets :

 

 

Mes conseils lecture pour approfondir

Plusieurs auteurs spécialisés en éducation bienveillante ont dédié des ouvrages à l’enseignement. Voici une sélection des plus connus :
Parler pour que les enfants apprennent à la maison et à l’école de Faber et Mazlish

Enseigner avec bienveillance : instaurer une entente mutuelle entre élèves et enseignants de Marshall Rosenberg

Enseignants efficaces de Thomas Gordon

Sanctionner sans punir : dire les règles pour vivre ensemble de Elisabeth Maheu

 

 

Des liens ressources

Coop’ICEM, site officiel de l’Institut Cooperatif de l’Ecole Moderne (Pedagogie Freinet)

L’Institut Coopératif de l’École Moderne (ICEM-Pédagogie Freinet) est une association créée en 1947 par Célestin Freinet rassemblant autour de lui un certain nombre de pionniers.

Aujourd’hui, agréée par les ministères de l’Éducation nationale et de la jeunesse et de la vie associative, l’ICEM regroupe des enseignants, des formateurs et des éducateurs autour des principes de la pédagogie Freinet.
L’association se donne pour objectifs la recherche et l’innovation pédagogiques, la diffusion de la pédagogie Freinet par l’organisation de stages, par la conception, la mise au point et l’expérimentation d’outils pédagogiques pour la classe, de revues documentaires pour les enfants, les jeunes et les enseignants, et l’édition de publications pédagogiques.

 

Le Printemps de l’éducation, mouvement pour un renouveau de l’éducation

Le Printemps de l’éducation a pour ambition de remettre l’enfant au cœur de l’éducation et de contribuer à rendre les enfants heureux. Sa vision se base sur le constat qu’il est grand temps de permettre aux enfants d’apprendre dans la joie, la créativité, l’autonomie, le respect, la coopération, la paix et en lien avec la nature et le vivant, afin qu’ils deviennent citoyens du monde.

Son ambition est notamment de créer un réseau d’acteurs du renouveau éducatif, de rendre visibles et de partager les pratiques pédagogiques innovantes par l’organisation de rencontres et la mise à disposition de services, et de changer les politiques éducatives. Car construire une société plus humaniste, plus écologique, plus solidaire est un impératif qui commence par l’éducation, tant à l’école qu’en dehors de l’école.

 

Réseau Eudec, Communauté Européenne pour l’éducation démocratique

Le réseau Eudec (Communauté Européenne pour l’éducation démocratique) rassemble les personnes, projets de création et écoles en France qui prônent l’apprentissage libre et autonome, au sein de communautés, d’enfants et d’adultes, basées sur le respect mutuel. Sa mission est de promouvoir une approche permettant aux enfants de faire leurs propres choix concernant leurs apprentissages et tous les autres domaines de la vie.

 

Groupe Facebook Bienveillance et Enseignement

Un groupe privé sur Facebook pour tous ceux et celles qui essayent de mettre de la bienveillance dans leur pédagogie, leur enseignement, leurs rapports aux enfants et leur éducation. Des enseignants de tous niveaux partagent leurs idées, leurs pratiques, leurs découvertes et échangent autour de l’enseignement.

 

Ashoka, Tous acteurs de changement

Depuis 5 ans, Ashoka sélectionne et soutient des écoles qui font émerger la prochaine génération d’acteurs de changement : les Changemaker Schools. Elles mettent au coeur de leur approche pédagogique le développement de qualités comme l’empathie, la coopération, la prise d’initiatives, la créativité, pour que les adultes de demain soient des citoyens épanouis, créatifs, entreprenants, conscients des enjeux sociétaux qui les entourent, confiants dans leur capacité à faire bouger les lignes, et capables de révéler leur plein potentiel et celui de ceux qui les entourent.

Ashoka et son programme « Pionniers de l’éducation » met en lumière et en réseau ces écoles qui cherchent à répondre à la question « A quoi sert l’école ? ».

 

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Samantha dit :

    Je suis impressionnée par la mine d’informations que vous nous donnez. Cet article correspond à ce que je cherchais depuis quelques temps, une mise en lumière et un tour d’horizon des différentes façons d’enseigner avec bienveillance. Je suis convaincue qu’il y a du bon à prendre dans chacune de ces pédagogies et que l’enseignant à tout à gagner à s’en inspirer, pour le bien de ses élèves mais surtout pour lui-même. Merci!

    • Caroline dit :

      Bonsoir

      merci pour votre message :-).
      C’est un gros morceau que j’ai voulu traiter de manière la plus complète possible pour donner des pistes et à amorcer des réflexions même s’il n’y a pas de « recette miracle » .

  2. Craie Hâtive dit :

    Quel article très complet ! Merci, c’est vraiment très intéressant.

  3. mafli dit :

    Cet article est très complet et je retrouve beaucoup de mes références, et un peu plus. J’aurais aimé ajouté qu’il y a aussi des parents qui se mobilisent, dont nous (nous avons crée un collectif) et dans mes recherches, je trouve énormément d’initiatives et de plus en plus de volonté de Bienveillance à l’école. Je ressens ‘envie et le besoin de réunir toutes ces bonnes volontés éparses pour être plus fort face au changement qui nous attend et que nous espérons à l’école.

  4. mafli dit :

    Et j’ajouterai aussi le rapport dévastateur des écrans.
    Notre collectif organise une rencontre autour de la Bienveillance à l’école début Juillet, si vous êtes dans le 91, vous êtes les bienvenus.

  1. 1 mars 2016

    […] Concilier enseignement et bienveillance, réflexions et ressources […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *