7 recommandations pour des apprentissages efficaces à l’école

Comprendre le processus d’apprentissage pour enseigner et apprendre efficacement

L’apprentissage :

  • se produit quand les neurones se touchent.
  • se forme quand le cerveau est face à un déséquilibre ou un défi.
  • s’installe dans la mémoire à long terme

L’apprentissage modifie le cerveau ! Voir cette vidéo pour comprendre la neuroplasticité.

neurones neuroéducation

 

neuroplasticité neuroéducation.jpg

7 recommandations pour des apprentissages efficaces à l’école

1. Développer la relation maître-élève et le climat de classe

L’activité neuronale augmente en présence d’émotions positives et quand l’enseignant célèbre l’apprentissage et la prise de risque (dans un climat où l’erreur est la bienvenue, où le jugement est évité – aussi bien dans la relation enseignant/ élève qu’entre les élèves  eux-mêmes).

L’activité neuronale est ralentie est présence d’émotions négatives ou de stress élevé.

Cela peut passer par plusieurs outils dont voici quelques exemples :

  • la mise en place d’un conseil de classe au cours duquel les élèves exposent et résolvent leurs problèmes eux-même en coopération (voir en pédagogie Freinet),
  • la mise en place d’un « coin de retour au calme » dans la classe où les élèves en proie à des émotions fortes pourront aller se ressourcer (coin avec des coussins, des livres, des objets doux, des images ou citations positives… voir un exemple ici),
  • un temps d’échange sur les erreurs de chacun : et toi, qu’as-tu raté cette semaine ? qu’est-ce que tu en as tiré, appris ? comment tu feras la prochaine fois ?,
  • l’affichage de citations positives dans la salle de classe (en voici une sélection ici)

>> Pour aller plus loin  :L’importance d’un climat de classe positif : pourquoi ? comment ?

 

2. Utiliser la rétroaction

La rétroaction consiste à donner un retour à l’élève sur le degré de développement d’une compétence. Cela signifie donc que l’évaluation n’est pas figée (aquis ou non acquis,) mais il s’agit de faire comprendre à l’enfant qu’une compétence se développe dans le temps et nécessite un temps d’acquisition qui peut varier d’une personne à l’autre. On pourrait alors remplacer « non acquis » par « pas encore acquis » pour se conformer à l’état d’esprit en développement.

Recevoir un retour d’information immédiat sur l’action en cours est constitutif de l’apprentissage. Plus le retour est proche dans le temps de l’erreur, plus l’action corrective sera efficace et intégrée de manière pérenne.

 

3. Multiplier l’encodage

Plus la source de référents sera diversifiée, plus les apprentissages seront efficaces : utiliser des références

 

4. Stimuler l’affectif

Donner vie à des concepts abstraits avec des histoires, des biographies et des exemples aide l’ancrage à long terme des apprentissages.

Les jeux stimulent également l’affectif des étudiants, du primaire aux études supérieurs (comme le montre cette vidéo de gamification utilisée dans une école d’ingénieurs).

On pourra raconter comment Pythagore en est venu à se pencher sur la géométrie, comment les tables de multiplication peuvent servir à créer des mandalas (voir cette vidéo)…

 

5. Connaître les mécanismes de la mémoire

La mémoire de travail trie les informations utiles ou inutiles sans nous consulter au préalable :-). La mémoire de travail est la mémoire à court terme qui gère le présent. La mémoire humaine peut retenir 7 éléments nouveaux à + ou – 2, c’est-à-dire entre 5 et 9.

>>>Pour aller plus loin :5 astuces efficaces de mémorisation pour l’école, le collège et le lycée (validées par les neurosciences)

 

6. Montrer comment apprendre

Apprendre passe par des tâches d’appropriation :

  • de questionnement (voir cet article pour apprendre aux enfants à (se) poser des questions pertinentes)
  • de description et d’intégration, d’organisation,
  • de synthèse et de schéma (voir cet article pour aider les enfants à se servir des schémas pour mieux apprendre)

Le COMMENT (comment tu fais dans ta tête ? qu’est-ce qui se passe dans ta tête ?) est aussi important que le QUOI (contenu).

 

7. Un contenu doit être réactivé à plusieurs reprises 

Les neurosciences ont montré qu’il est indispensable de multiplier les exercices identiques et de s’entraîner avec une grande régularité, à des intervalles de temps espacés d’une courte durée pour automatiser les savoirs.

 

 

Pour compléter cette approche des apprentissages visibles, je vous propose la lecture de cet article :

Les 4 piliers de l’apprentissage d’après les neurosciences

Et quelques outils que j’ai développés dans le cadre de ma pratique pédagogique professionnelle :

Mes 14 outils indispensables pour apprendre

………………………………………………………………………….

Source : vidéo sur les apprentissages visibles

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 réponses

  1. zaaim Majid dit :

    sujet d’une importance extrême; cela m’a beaucoup aidé avec mes élèves. Merci infiniment

    • Caroline dit :

      Merci pour votre message !
      Je suis ravie de savoir que les écrits du blog peuvent être utiles aux enseignants et à leurs élèves ! Les retours des lecteurs et des lectrices font vivre ce blog et m’encouragent à écrire 🙂

  2. amel dit :

    C’est très intéressant ,merci

  3. djaber dit :

    merci beaucoup c’est vraiment très fructueux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.