Dépasser la peur de l’erreur : un exercice pour les enfants et adolescents perfectionnistes

Dépasser la peur de l’erreur : un exercice pour les enfants et adolescents perfectionnistes

Dans son livre J’ai plus peur !, Lawrence Cohen, pédopsychologue spécialisé dans l’approche ludique, propose un petit jeu pour aider les enfants et adolescents perfectionnistes et anxieux à dépasser la peur de l’erreur.

Il s’agit du jeu « faire des erreurs exprès« . Ce jeu peut être proposé en classe ou à la maison. L’adulte commence toujours.

Chaque joueur.se partage trois erreurs qu’il ou elle a faite au cours de la semaine écoulée. La taille de l’erreur n’a pas d’importance (elle peut être énorme ou minuscule), pas plus que sa nature (à l’école, à la maison, en sport, dans les relations amicales…). Cela peut être une mauvaise note, un échec à une compétition, une dispute avec un ami ou une soeur, une maladresse (exemple : casser un vase en verre…).

Avec les jeunes enfants, il est possible d’utiliser l’humour en incluant dans les trois erreurs mentionnées une erreur grotesque (par exemple, « j’ai toujours cru que 2+2=5 »). Il s’agit de faire rire les enfants des erreurs que les adultes peuvent eux-mêmes commettre afin de leur montrer qu’ils peuvent également survivre aux leurs. .

Pour les plus grands, il est possible de partager autour des erreurs de coeur à coeur et d’insister sur les émotions ressenties (la peur, la tristesse, la colère, l’impuissance, l’abattement…) mais surtout les apprentissages qui en ont été déduits et les stratégies mises en place pour surmonter ces erreurs.

tu t'es trompé, c'est fantastique !

L’idée est d’amener les enfants et les adolescents à bien se rendre compte qu’il est fréquent de se tromper (tout le monde se trompe à un moment ou à un autre), que les émotions douloureuses éprouvées lors des ces erreurs sont normales et qu’elles sont surmontables quand on envisage les erreurs comme des expériences et des défis qui nécessitent l’élaboration de stratégies nouvelles.Thomas J. Watson, président de l’entreprise IBM, avait coutume de dire « Vous voulez augmenter votre taux de réussite ? Doublez votre taux d’échec ! ».

Les questions clés ici sont :

  • qu’as-tu fait pour surmonter cette erreur ?
  • que peux-tu encore faire pour surmonter cette erreur ?
  • qu’aurais-tu pu faire à ce moment-là ?
  • que feras-tu la prochaine fois que tu seras dans cette situation ?

il n'y a jamais d'échec il y a seulement ds expériences

Par ailleurs, la psychologie positive a montré que le ratio idéal pour se sentir bien est d’éprouver 3 émotions agréables pour 1 émotion désagréable (l’effet négatif d’une émotion douloureuse pouvant être contre-balancé par le fait d’éprouver trois émotions plaisantes). On pourra alors ensuite inviter les enfants et adolescents à décrire trois réussites et à en ressentir toutes les émotions positives associées (joie, fierté, satisfaction…).

………………………………………………………………..

Source : J’ai plus peur ! : aider un enfant à surmonter ses craintes de Lawrence Cohen (éditions JC Lattes).

Commander J’ai plus peur ! sur Amazon ou sur Decitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.