Faire face aux crises des enfants au supermarché

Faire face aux crises des enfants au supermarché

Faire face aux crises des enfants au supermarché

Les supermarchés sont des lieux qui peuvent saturer les enfants sur le plan sensoriel (bruits, lumières, foule, quantité d’objets, tentations…) et sont donc des lieux propices aux crises.

Faire face aux crises sur le moment

Lors d’une crise émotionnelle, le credo que nous pouvons toujours essayer de garder en tête est « SE CONNECTER AVANT DE REDIRIGER PUIS RECONNAÎTRE LES RÉUSSITES ».

Se connecter

Afin de nous connecter avec un enfant en crise au supermarché, nous avons besoin de valider le vécu de l’enfant, sa frustration, sa surcharge sensorielle, son impatience, sa faim… quels que soient les motifs (qui peuvent se cumuler) qui ont motivé la crise. Cela peut passer par des phrases comme :

Tu avais vraiment, vraiment envie de ces bonbons.

Tu es déçue parce que tu pensais que j’allais t’acheter ce jouet et tu t’en faisais une joie. 

Tu as faim et toute cette nourriture te donne envie. 

Tu en as marre, c’est trop long et tu veux rentrer à la maison. 

Tu as envie de courir et de bouger, c’est difficile de rester tranquille. 

C’est vrai que c’est difficile et que c’est long. Ça demande de la patience et beaucoup d’efforts de rester tranquille dans le magasin.

Rediriger

  • Trouver une solution

Tu as vraiment envie de cette poupée. Tu peux la garder avec toi le temps des courses et on la repose au moment de passer à la caisse. 

  • Créer une diversion

On a besoin de pommes : tu sais où elles se trouvent ? 

Est-ce que tu pourrais trouver 3 objets qui ont du rouge dans le magasin ? 

Où les pâtes peuvent-elles bien être rangées ?

  • Tenter l’humour et les anecdotes

Je t’ai raconté la fois où je me suis trompée de caddie ? 

Une fois, j’ai vu une petite mamie qui…

La dernière fois, il y avait…

  • Confier une mission (selon l’âge de l’enfant)

Pars devant pour me montrer le chemin. 

Tu te rappelles où est la lessive ? Tu vas m’en prendre un bidon ? 

  • Trouver un nouvel intérêt

Tu veux pousser le charriot ?

C’est toi qui barres les choses achetées sur la liste des courses. 

  • Noter les envies dans un carnet des souhaits

Ça te fait vraiment envie ? On peut le noter dans le carnet des souhaits et cela pourrait être un de tes cadeaux d’anniversaire/ de Noël. 

  • Recourir à l’imagination et l’exagération

Tu aimerais tellement en manger que tu voudrais en acheter au moins 10 paquets… non, 50 paquets… attends, qu’est-ce que tu dirais de 100 paquets ?


Reconnaître les réussites (même petites)

Une fois sortis du magasin, il est possible de reconnaître les actes positifs de l’enfant : les comportements appropriés qu’il a adoptés, les choses qu’il a faites et qui ont rendu le reste des courses plus faciles, les aides qu’il nous a apportées…

Cela peut passer par une manifestation de gratitude (merci d’avoir aidé à…), des descriptions (j’ai remarqué que tu as… même si c’était difficile), l’expression de nos émotions (cela me rend heureuse de voir que…) ou encore des encouragements (tu as été un assistant très efficace !).

Anticiper les crises avant d’aller au supermarché

Quand nous en avons la possibilité, nous pouvons agir en amont pour préparer la sortie au supermarché et anticiper les éventuelles crises :

Chercher ensemble ce qui aiderait

On peut poser la question directement aux enfants : « Qu’est-ce qui t’aiderait à ne pas faire de crise ? ». Cela peut par exemple être d’emmener un petit jouet de la maison ou quelque chose à grignoter, ou encore un doudou à caresser ou encore des boules Quies.

Fixer un cadre pour les conduites appropriées

Ici, il s’agit de fixer les lignes de conduite mutuelles pour que la sortie au supermarché se passe bien. Parents et enfants sont concernés par la question : « De quoi avons-nous besoin pour que cela se passe bien ? » et s’engagent mutuellement à respecter le cadre.

Un accord pourra alors être conclu.

Solliciter l’enfant dans la recherche de solutions face aux tentations

Plus les tentations et situations à risques sont anticipées et traiter, plus elles perdent en pouvoir « explosif ». On peut passer par des petits scénarios avec les enfants pour qu’ils élaborent des stratégies face aux tentations : « Et s’il y a le dernier jeux vidéo que tu veux trop, qu’est-ce que tu feras ? », « et s’il n’y a a plus tes céréales préférées ? »…

Donner des responsabilités et missions

Quand les enfants sont occupés et concentrés sur un objectif, ils sont moins sensibles aux distractions extérieures. Il est donc possible de leur donner des missions à hauteur de leur âge.

Quelques exemples : être le conducteur de chariot, être le gardien du temps, être responsable de la qualité des fruits et légumes…

………………………………………………..

Source : Petit décodeur illustré de l’enfant en crise de Anne-Claire Kleindienst et Lynda Corazza (éditions Mango). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Petit décodeur illustré de l’enfant en crise sur Amazon ou sur Decitre. 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.