De quoi parle-t-on exactement quand on parle de fonctions cognitives ?

De quoi parle-t-on exactement quand on parle de fonctions cognitives ?

fonctions cognitives

Dans nos vies, nous traitons tous une grande quantité d’information. Nous faisons tout un tas d’activités grâce à notre esprit (on voit, on mémorise, on bouge, on parle, etc.). La cognition humaine est notre « appareil à penser ». Cette cognition a différents rôles (mémoriser, parler, bouger, etc.) : ce sont les fonctions cognitives, c’est-à-dire les différents grands rôles de notre cognition. Cette cognition a pour fonction de percevoir, de prêter attention, de mémoriser, de raisonner, de produire des mouvements, de s’exprimer.

On a coutume de parler de :

  1. perception,
  2. attention,
  3. mémoire,
  4. motricité,
  5. langage,
  6. raisonnement (ou parfois nommé fonctions exécutives).

 

Les fonctions cognitives ce sont donc différentes facettes de la cognition (de la pensée humaine), qui ont chacune leur rôle, et qui nous permettent de réaliser toutes nos actions. Si j’ai un trouble du langage je suis dysphasique. Si j’ai un trouble moteur, du mouvement, je suis dyspraxique. Si une fonction de peut pas se réaliser correctement j’ai donc un trouble d’une fonction cognitive, un trouble cognitif.

 

1. La perception (ou gnosie)

La gnosie recouvre ce que je reconnais, ce que je vois, ce sur quoi je mets du sens :

  • les capacités de reconnaissance et d’identification sensorielles (visuelles, auditives, tactiles, gustatives, olfactives);
  • le repérage dans l’espace de notre corps (où je suis, où sont les parties de mon corps…).

 

2. L’attention

L’attention est une fonction cognitive complexe mais primordiale dans les comportements humains. L’attention correspond à un processus de sélection d’un stimulus extérieur (son, image, odeur…) ou intérieur (pensée) et au maintien de ce stimulus à la conscience. L’attention mobilise tous les sens.

L’attention est sensible aux interférences et attendre une attention constante est impossible.

 

3. La mémoire

La mémoire est la capacité d’enregistrer et de retrouver des informations. La mémoire fonctionne par système : la mémoire à court terme, la mémoire de travail et la mémoire à long terme.

Il existe 2 types de mémoire :

La mémoire explicite (déclarative)

La mémoire explicite se souvient des informations exactes : l’apprentissage du « quoi » (verbalisation des événements, des procédures et des faits par des mots).

C’est une mémoire du contrôle des gestes : il faut penser à chaque étape. La mémoire explicite permet d’expliquer les connaissances et de les transmettre.

La mémoire explicite comporte :

  • la mémoire sémantique (le sens des choses, nos connaissances sur le monde) -> les mots, le vocabulaire
  • la mémoire épisodique (nos souvenirs personnels, la chronologie de notre histoire, les contextes affectifs et émotionnels dans lesquels se sont produits les événements) -> repères temporels, sensations

La mémoire implicite (non déclarative ou procédurale)

La mémoire implicite est l’apprentissage du « comment » : elle permet de mémoriser les savoir faire, les compétences automatisés et inconscients.

La mémoire implicite permet d’appliquer et de réitérer des procédures de manière automatique. C’est faire quelque chose d’utile des savoirs et connaissances.

Lire aussi : Comprendre le fonctionnement de la mémoire pour aider les enfants présentant des difficultés de mémorisation ou d’apprentissage

 

4. La motricité (ou praxie, la capacité à pratiquer des choses)

La praxie englobe ce que nous essayons de faire : les actions motrices que nous coordonnons dans un but intentionnel (comme l’utilisation d’objets courants telle que la brosse à dents ou le fait de marcher, de s’habiller…).


La praxie dépend de programmes complexes développées et appris.

 

5. Le langage (ou phasie)

La phasie est la capacité à communiquer à travers le langage (car nous sommes en « phase »). La phasie englobe les activités d’expression (parler) et de réception (entendre, décoder et comprendre).

C’est la raison pour laquelle on parle d’aphasie en cas de trouble du langage.

 

6. Le raisonnement (ou les fonctions exécutives)

Les fonctions exécutives sont plusieurs. Elles servent à nous adapter aux nombreuses variations de notre environnement.

Je dois retenir un numéro de téléphone ?

Je veux traverser la route mais une voiture déboule et je dois me retenir au dernier moment ?

Je fais volontairement l’effort de rester concentrer sur mon travail plutôt que de rêvasser ?

Les fonctions exécutives permettent de contrôler nos actions.

Les fonctions exécutives (ou frontales) agissent comme des gestionnaires dont l’objectif serait d’utiliser toutes les autres fonctions supérieures du cerveau et de les mettre dans l’ordre en vue d’une bonne exécution. Par exemple, le fait d’envoyer une lettre nécessite de savoir quoi écrire et de garder en mémoire les idées à communiquer (mémoire et phasie), de savoir comment écrire à la main ou taper à l’ordinateur (praxie), trouver du papier et un crayon (mémoire et gnosie), savoir qu’une lettre s’envoie dans une enveloppe timbrée (mémoire et gnosie), coller le timbre (praxie), aller jusqu’à la Poste pour déposer la lettre dans une boîte aux lettres (praxie et gnosie).

Les fonctions exécutives recouvrent plusieurs compétences :

  • organiser
  • planifier
  • juger
  • faire preuve d’abstraction
  • être flexible
  • savoir inhiber ses actions non adaptées
  • être auto discipliné
  • tenir un raisonnement cohérent
  • faire preuve de créativité

Ce sont les fonctions exécutives qui sont développées le plus tard parmi les fonctions cognitives.

Pour aller plus loin :11 manières de développer les fonctions exécutives des enfants

 

Fonctions cognitives et recueil des informations sensorielles

Il est important de garder en tête qu’une fonction supérieure est toujours dépendante d’une fonction de base (comme voir, entendre, toucher…). Nous avons d’abord besoin de percevoir à travers nos sens avant de contrôler nos perceptions. Pour penser, je dois d’abord recevoir l’information. Je pourrai ensuite contrôler comment je pense.

parole et pensée enfants

Le développement des zones du cerveau dépend de plusieurs facteurs :

  • la génétique,

  • la stimulation,

Lire cet article : Le rôle des 5 sens et de la parole dans le développement de la pensée des enfants

  • l’adaptation.

Cette adaptation peut recouvrir plusieurs domaines : les styles d’apprentissage, les formes d’intelligence, les périodes sensibles, la préparation de l’environnement et de l’ambiance, la bienveillance et les encouragements des adultes encadrants, les relations sociales…

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Johanna dit :

    Merci pour cet article ! Je suis tout à fait d’accord, le terme « fonctions cognitives » est très souvent utilisé sans pour autant être défini. Cet article m’a permit de préciser ma compréhension du terme. Donc, merci 🙂

  2. ALC dit :

    Bonjour. Je suis enseignant-chercheur, docteur en psychologie cognitive et neurosciences et je trouve que cet article n’est pas clair, il y a plusieurs erreurs et vous employez des termes encore plus compliqués (gnosie) pour expliquer quelque chose d’assez simple. Dans nos vies nous traitons tous une grande quantité d’information n’est-ce pas ? On voit, on mémorise, on bouge, on parle, etc. Nous faisons tout un tas d’activités grâce à notre esprit, notre « appareil à penser », appelez ça comme vous voudrez mais nous pouvons appeler ça la Cognition Humaine. Cette cognition a plusieurs facettes, différents rôles. Le rôle de mémoriser, de parler, de bouger, etc. Ce sont les fonctions cognitives, les différents grands rôles de notre cognition. Explications :
    Dans les années 1950 des chercheurs de nombreuses disciplines ont commencé à comparer le fonctionnement humain au fonctionnement de machines perfectionnées (analogie homme-machine). On a alors appelé Système de Traitement de l’Information (STI) tout système qui reçoit, stocke et traite des informations en vue de produire une réponse, un comportement. La cognition humaine c’est cela : toute activité en lien avec la connaissance, le fait de percevoir, traiter, stocker et restituer de l’information, des connaissances c’est la cognition. Elle est parfois synonyme d’intelligence.
    Cette cognition n’est pas une chose unique, elle a plusieurs facettes, plusieurs fonctions qu’on peut distinguer. La cognition a pour fonction de percevoir, prêter attention, mémoriser, raisonner, produire des mouvements, exprimer. Ce sont les FONCTIONS COGNITIVES. On peut en distinguer différentes mais de coutume on parle de (1) perception, (2) attention, (3) mémoire, (4) motricité, (5) langage, (6) raisonnement. Cette décomposition sert à mieux comprendre et étudier la cognition dans le détail, mais on peut trouver d’autres fonctions. On trouve parfois des Docteurs (au sens du doctorat, pas de médecin) qui ne parlent pas de raisonnement mais de fonctions exécutives.
    Puisque vous en parlez, les FONCTIONS EXECUTIVES sont plusieurs. Elles servent à nous adapter aux nombreuses variations de notre environnement. Je dois retenir un numéro de téléphone ? Je veux traverser la route mais une voiture déboule et je dois me retenir au dernier moment ? Je fais volontairement l’effort de rester concentrer sur mon travail plutôt que de rêvasser ? Voici des activités qui impliquent les fonctions exécutives. Elles permettent de contrôler nos actions.
    Les fonctions cognitives ce sont donc différentes facettes de la cognition (de la pensée humaine), qui ont chacune leur rôle, et qui nous permettent de réaliser toutes nos actions. Si j’ai un trouble du langage je deviens aphasique. Si j’ai un trouble moteur, du mouvement, je deviens apraxique. Si une fonction de peut pas se réaliser correctement j’ai donc un trouble d’une fonction cognitive, un trouble cognitif.
    En espérant avoir été utile.

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour vos précisions. J’avais rédigé cet article car j’avais besoin moi même de mieux comprendre ce qui se « cache » derrière ces termes que je suis amenée à lire dans des livres de vulgarisation scientifique et que je ne comprenais pas toujours.
      Je pensais que la vidéo source sur laquelle je me suis appuyée était complète. Les précisions que vous apportez sont donc les bienvenues.

      Bonne journée
      Caroline

  3. Ccifacile dit :

    Bonjour et merci,
    Bon article et bien complété par ALC.
    Par contre la vidéo et en mode privée et donc illisible.
    Bonne journée
    Cécile

  4. ROBERT MICHIT dit :

    pouvez-vous donner une bibliographie simple et courte qui peut être cité sur ce sujet
    bien cordialement

    • Caroline dit :

      Bonjour

      je me suis appuyée sur une conférence du Dr Guy Lacombe mais elle n’est apparemment plus disponible sur You Tube. Je mentionne également un lien vers un livre de Jeanne Siaud-Facchin « Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir ? » (éditions Odile Jacob) et un autre vers le livre d’Elisabeth Nyuts « L’école des illusionnistes » (Prix Enseignement et Liberté 2002).
      Sur les notions de fonctions exécutives, les conférence du Dr Adele Diamond (en anglais) sont des sources sûres.

      J’espère avoir répondu à votre demande.

      Caroline

  5. Jonathan Fortier dit :

    Bonjour, dans votre premier paragraphe vous parlez de mémoire dans le lobe frontal. Or nous savons que la mémoire est principalement située dans le lobe temporal avec notamment la formation hippocampique et para-hippocampique .

    Voici un lien vers « le cerveau à tous les niveaux », un site assez bien vulgarisé.

    http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_07/i_07_cr/i_07_cr_tra/i_07_cr_tra.html

    Bonne continuation,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.