3 petits jeux sur les émotions pour les jeunes enfants

3 petits jeux sur les émotions pour les jeunes enfants

3 petits jeux sur les émotions jeunes enfants

1.Dialogues en charabia

Les enfants sont assis sur des chaises par deux, face à face. Ils se tiennent le dos bien droit et se regardent. Puis ils commencent à parler en charabia de différentes façons suivant des indications. Ils peuvent se parler en charabia comme s’ils étaient :

  • en colère,
  • tristes,
  • apeurés,
  • surpris,
  • dégoûtés,
  • joyeux,
  • honteux,
  • timides,
  • confiants.

A la fin de ce petit exercice, on peut demander aux enfants quels sont les différences entre les divers manières de parler selon l’état émotionnel envisagé (ton de la voix, posture du corps, mimiques du visage…).

2.Plus fort, moins fort

On demandera aux enfants de mimer des émotions, d’abord de faible intensité puis de plus en plus fort. On profitera de cet exercice pour enrichir le vocabulaire des enfants en nommant les émotions selon leur intensité :

  • agacement/ énervement/ furie
  • désagrément/ tristesse/ désespoir
  • étonnement/ surprise/ stupéfaction
  • enthousiasme/ joie/ excitation
  • appréhension/ peur/ effroi
  • écœurement/ dégoût/ malaise

A la fin de chaque mime, on pourra demander aux enfants s’ils connaissent d’autres mots pour désigner l’émotion qu’ils viennent de mimer. C’est l’occasion de leur demander quelle intensité ils mettent derrière les mots qu’ils connaissent : plus ou moins que ce qu’ils viennent de faire ? comment mimeraient-ils l’état émotionnel qu’ils décrivent ?


3.Le désaccord

Les enfants sont par deux et un thème sujet à désaccord leur est donné où chaque enfant va prendre un parti. Ils auront alors la mission de trouver un accord qui convient aux deux. Quelques exemples :

  • la destination des vacances : l’un.e veut partir à la mer, l’autre à la montagne;
  • le cinéma :  l’un.e veut voir un film d’aventure, l’autre un film d’amour;
  • la voiture :  l’un.e veut une voiture rouge, l’autre une voiture bleue;
  • le repas :  l’un.e veut aller au restaurant, l’autre veut rester manger à la maison…

Il sera précisé que le désaccord doit être réglé de façon pacifique : les enfants doivent passer du désaccord à l’accord sans qu’aucun des deux ne se sentent spolié et sans s’agresser. On peut imaginer laisser les enfants commencer à parler puis, s’ils ne trouvent pas de solution et campent sur leurs positions, leur proposer de parler de leurs émotions et de leurs besoins, émettre l’idée qu’il est possible de trouver une solution qui concilie leurs besoins sans que ce soit l’idée de départ de l’un ou de l’autre.

…………………………………………………..

Des jeux inspirés par le livre Exercices et jeux pour les ateliers thérapeutiques de Eric Loonis (éditions Negrefont)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *