Les 4C de la motivation (+ 20 stratégies pour créer un climat motivant en classe ou à la maison)

Les 4C de la motivation (+ 20 stratégies pour créer un climat motivant en classe ou à la maison)

Les 4 besoins de la motivation

Dans leur livre Parcours d’Education Positive et Scientifique, Ilona Boniwell et Laure Reynaud évoquent les 4C de la motivation, qui correspondent à quatre besoins fondamentaux à la base de la motivation.

1.Connexion ( = besoin d’appartenance sociale)

Les êtres humains sont faits pour être en lien avec d’autres humains.

2.Choix ( = besoin d’autonomie)

Les êtres humains ont besoin d’exercer et expérimenter leur autonomie, de se sentir exister et être libres, de prendre des décisions personnelles, d’avoir un pouvoir personnel sur les situations.

3.Compétence ( = besoin de confiance)

Les êtres humains ont besoin de développer leurs compétences, leur capacité de contrôle.  Des objectifs clairs, atteignables mais suffisamment difficiles pour générer des efforts, aiguiser la curiosité et poser des défis, participent à combler ce besoin.

Par ailleurs, les retours sur action immédiats et correctement dosés (ni trop, ni trop peu) permettent le développement de compétences.

Enfin, les encouragements et soutiens contribuent eux-aussi à nourrir le besoin de compétence.

4.Compréhension ( = besoin de sens)

Pour être engagé dans une activité,  un être humain a besoin de comprendre pourquoi il la fait. Il doit pouvoir lui donner du sens. Pouvoir donner du sens aux apprentissages renforce l’engagement, aiguise la curiosité et soutient la persévérance.

20 stratégies motivationnelles pour les enseignants et les parents

1.Connexion

Permettre l’interaction et la coopération avec les autres

Permettre de demander de l’aide quand on en a besoin

Considérer le rôle des émotions dans les apprentissages (refléter les émotions d’un enfant qui trouve une tâche difficile, qui se décourage ou s’énerve en reconnaissant ses difficultés, partager la joie/ fierté d’un enfant qui réussit…)

Instaurer un climat de coopération plutôt qu’un climat de compétition (classement, récompenses pour les « meilleurs »…)

Réfléchir à des personnes ressources qui peuvent être sollicitées selon les besoins

Identifier des soutiens à la fois « techniques » et émotionnels (parents, profs, ami.e.s, réseaux virtuels…)

2.Choix

Offrir des choix dans les tâches à accomplir

Accepter une gestion du temps flexible, le temps juste pour chacun.e (voir le concept d’éducation lente et son application en classe : L’éducation lente : une nouvelle perspective pédagogique pour des apprentissages réussis et profonds

Donner la possibilité d’une auto évaluation

Développer le sentiment de contrôle (exemple : auto correction, problèmes sous forme de défis et jeux comme avec un sablier…)

Mettre en place des moyens de mesurer les progrès (valoriser les progrès, quel que soit le point de départ et encourager les efforts pour aller plus loin)

Aider les enfants à reformuler leurs pensées critiques/ négatives sur eux-mêmes en utilisant le pouvoir de l’état d’esprit de développement (ou « growth mindset ») -> lire : Adoptons le « growth mindset » pour développer le potentiel des enfants et adolescents

phrases remotiver enfants

Mettre en place des stratégies environnementales et laisser les enfants y avoir recourir en cas de besoin (exemples : identifier ce qui favorise la concentration comme de la musique douce, un bureau rangé, une pièce épurée…; exercer des activités qui soutiennent concentration et motivation tels que des pauses actives, des massages, des séances de pleine conscience, de méditation, de relaxation…)

3.Compétence

Proposer des tâches adaptées au niveau de chacun.e

Encourager en décrivant le travail effectué, les efforts et stratégies déployés  et en parlant des émotions (celles de l’enfant et celles de l’adulte)

Permettre la prise de responsabilité

Fournir des retours d’expérience positifs, correctement dosés, fréquents, clairs et positifs (avec des moyens pour l’enfant de progresser, d’identifier ses erreurs, des les auto corriger, de trouver des ressources aidantes…)

Mettre à disposition des stratégies mentales (exemples : multiplier les évocations mentales à la fois visuelles, auditives, kinesthésiques; expliquer à quelqu’un; jouer au prof et faire le cours; imaginer des questions à poser à des personnes qui ne connaissent rien au sujet;  concevoir une carte mentale ou Mind Map…)

4.Compréhension

Énoncer des objectifs clairs et précis, en rapport avec l’objectif global au service de la « vie »

Expliquer le contexte dans lequel intervient l’activité proposée (exemple : à quoi sert d’étudier les mots de la même famille -> trouver le sens des mots inconnus en le reliant à d’autres mots, écrire les lettres muettes entendues dans d’autres mots, enrichir le vocabulaire utile pour la compréhension en lecture…)

………………………………………………………………………………………………………

Source : Parcours d’Education Positive et Scientifique de Ilona Boniwell et Laure Reynaud (éditions Leduc S. Pratique). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.

Commander Parcours d’Education Positive et Scientifique sur Amazon ou sur Decitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.